Nous allons vous parler d'un temps que les moins de 30 ans ne peuvent pas connaître. Lyon en ce temps-là venait de mettre en service non sans mal sa 4ème ligne de métro, du moins sa première section. Mais le pilotage automatique Maggaly (Métro Automatique à Grand Gabarit de l'Agglomération LYonnaise) était en retard et il avait fallu en urgence équiper de postes de conduite certaines rames MPL85 destinées à la ligne D.

Les nouvelles rames MPL16 destinées à l'exploitation de la ligne B modernisée arrivent à un rythme régulier à l'atelier de La Poudrette, mais leur mise en service ne cesse d'être retardée et cela commence à poser des problèmes d'organisation puisque les TCL avaient planifié la conversion et géré les effectifs de conducteurs en conséquence, notamment pour ceux arrivant à l'âge de la retraite. Mais voilà, pour l'instant, le changement de mode d'exploitation ne peut être opéré. Même chose pour le renforcement de la desserte sur la ligne A, puisque 26 des 32 MPL75 devraient être conservées pour cette ligne.

290912_MPL75charpennes3

Villeurbanne - Station Charpennes - 29 septembre 2012 - L'automatisation de la ligne B est le moyen de réduire l'intervalle sans avoir à investir pour augmenter la capacité du terminus à voie et quai unique des Charpennes : il pourra ainsi passer de 3 minutes 17 secondes à 2 minutes. © transporturbain

Autre élément de vigilance, le prolongement de la ligne B de la gare d'Oullins au pôle hospitalier Lyon Sud a vu l'achèvement ces derniers jours du percement du tunnel, en vue d'une mise en service d'ici 18 mois. Il faudra non seulement du matériel supplémentaire pour couvrir l'allongement de la longueur de la ligne mais aussi pour en augmenter sa capacité avec des trains en UM2 de 4 voitures (sans intercirculation totale, ce qui est bien dommage).

Ce retard à ce stade indéterminé a valu au président d'Alstom un déplacement à Lyon pour se justifier de cette situation, car l'automatisation de la ligne B a été confiée tant pour le matériel roulant que le système d'exploitation à ce même industriel. Si on avait pu être un temps rassuré par le fait qu'Alstom n'avait pas proposé le même produit que celui devant être fourni à Lille (Urbalis 400 plutôt qu'Urbalis Fluence), la prudence devient franchement de mise... car ce n'est pas le premier retard de ce type que doit annoncer Alstom : en Ile de France, l'annonce de 18 mois de délai pour le RERng a entraîné la convocation de M. Poupart-Lafarge devant les élus administrateurs d'Ile de France Mobilités. Mais là, il s'agit d'un sujet entre Alstom et Siemens, fournisseur du CBTC (NExTEO) chargé de gérer la circulation des trains sur le futur tronçon central du RER E.