Des bus évidemment, des trolleybus (c’est un peu moins courant), des tramways, des trams-trains (non interconnectés…), des métros (à roulement fer ou sur pneus, en adhérence ou à crémaillère, alimentés par caténaire ou 3ème rail, à pilotage automatique, semi-automatique ou manuel)… et des funiculaires ! On trouve de tout dans les transports en commun lyonnais (encore que… on pourrait dire qu’il manque un tramway sur pneus et des téléphériques, mais n’allons pas donner de mauvaises idées…)

Lyon a compté à son apogée pas moins de 5 funiculaires, encore que l’un ait connu une période de près de 60 ans durant laquelle il fut transformé en chemin de fer à crémaillère. Il n’en reste plus que 2 puisque l’un a fermé faute de trafic, un autre a été transformé en voie routière et le dernier, reconstruit en métro à crémaillère, connaît une nouvelle vie depuis 1974.

C’est donc depuis le quartier de Saint Jean que partent les 2 derniers funiculaires lyonnais en direction de Fourvière et Saint Just.

Ce dossier de transporturbain comprend 2 chapitres :

Chapitre 1 : les funiculaires de la Croix-Rousse

Chapitre 2 : les funiculaires de la colline de Fourvière

Qui n’a pas pris la ficelle de Fourvière n’est jamais vraiment allé à Lyon…