Pour tout dire, Brest faisait partie des réseaux que nous n'avions pas encore visité. C'est chose faite (et en plus sous le soleil, photos non retouchées...), et le dossier de transporturbain a été largement recomposé et ses illustrations enrichies.

Au passage, nous avons encore une fois la confirmation que l'incapacité à franchir des rampes sévères par un tramway relève de la légende...

2025 : une deuxième ligne de tramway et un BHNS ?

La concertation pour la réalisation d'une nouvelle ligne de tramways à Brest, complétée par une ligne de BHNS elle aussi électrique, se déroule jusqu'au 14 juillet prochain. La première ligne, mise en service en juin 2012, n'a pas atteint l'objectif de fréquentation avec 36 000 voyageurs par jour contre 45 000 dans l'avant-projet. Pour autant, la réintroduction du tramway a bien pris dans l'agglomération... même si la genèse a été difficile, après l'échec du projet initial de 1989. La deuxième ligne, qui desservira la gare, à l'écart du tracé naturel de la première, devrait apporter un surcroît de fréquentation par un effet réseau.

190419_Asiam2

Brest - Rue de Siam - 19 février 2019 - Avec son architecture et sa trame urbaine de ville reconstruite (Brest ayant été ravagée à 90% par les bombardements de 1944), le tracé de la première ligne de tramway n'a pas rencontré de difficultés majeures. La piétonnisation de la principale artère commerçante avait été amorcée avec des aménagements pour les autobus et le tramway a composé avec les fontaines réalisés en terre-plein central. © E. Fouvreaux

Affrontement RATP - SNCF pour l'exploitation du réseau Bibus

Par ailleurs, signalons que, le 26 avril 2019, Keolis, exploitant du réseau Bibus, a déposé un référé devant le Tribunal Administratif de Rennes alors que la Métropole devait confirmer le changement d'opérateur dans le cadre du renouvellement de la délégation de service public. RATP Dev serait en effet sorti en tête de l'analyse des offres. Keolis, opérateur depuis 1987 (à l'époque de ViaGTI), déplore les fuites dans la presse dès le mois de mars dernier sur l'évaluation des offres. RATP Dev semble être très conquérante avec une offre très inférieur au plafond budgétaire (il serait question d'une contribution métropolitaine de 29M€ par an) et d'un engagement sur une hausse de 16,5% du trafic en 8 ans. RATP Dev proposerait aussi une accélération de l'électrification du parc d'autobus (tiens, et si on parlait trolleybus ?), titres de transport dématérialisés sur smartphone, service de vélos électriques en libre-service, desserte du petit matin pour le port (entre 4h et 7h)... RATP Dev a déjà remporté Vannes, Lorient et Angers : au travers de leurs filiales, c'est bien à un affrontement - pour l'instant feutré - entre la RATP et la SNCF auquel on assiste, mais la Métropole est peut-être aussi en train de faire payer à Keolis un long conflit social ces dernières années et les difficultés récurrentes du téléphérique (dont nous parlerons prochainement).