Capitale du tram-train, Karlsruhe a bâti le développement de son réseau de transport urbain et suburbain en parvenant à mixer les tramways avec le réseau ferroviaire : au centre du dispositif un matériel aussi à l'aise dans les rues de la capitale judiciaire allemande que d'aller courir à 100 km/h sur les voies du réseau ferroviaire.

Depuis 17 ans, le tram-train tisse sa toile et fait du réseau de transport de Karlsruhe un véritable exemple, mais dont la transposition n'est pas aussi évidente qu'il n'y paraît, ce qui explique qu'à l'heure actuelle, bien peu de villes se soient lancées dans un tel modèle : Mulhouse sera de celles-là l'année prochaine.

Pour assurer le développement de son réseau, les deux exploitants (AVG pour l'Abtalbahn et les VBK) ont passé une nouvelle commande de 30 rames de 37,5 m et larges de 2,65 m. Alors que les premières générations de matériel ont été fournies par Siemens, c'est Bombardier qui a remporté le marché avec la gamme Flexity Swift. Pour mémoire, c'est Bombardier qui a équipé le tram-train de Sarrebruck, l'autre référence germanique... qui met un pied en France, à Sarreguemines.

Le marché comporte une option de 45 rames supplémentaires. Dans l'attente de sa levée, les livraisons commenceront mi-2011 pour s'achever en septembre 2013.

Pendant ce temps, les réseaux français restent le plus souvent dans la contemplation vis à vis de ce "modèle" à la traduction française manifestement empreinte d'une certaine complexité.