Alors que le réseau lyonnais procède aux essais de la nouvelle section de la ligne T3 pour accéder au Stade des Lumières, transporturbain a enquêté sur un cas similaire de desserte d'un stade par le tramway, à Bordeaux. Le Matmut Atlantique a ouvert en mai dernier, succédant au stade Chaban-Delmas (anciennement appelé Parc Lescure) situé le long des Boulevards à l'ouest du centre-ville. Désormais, les amateurs de ballon rond ou ovale doivent mettre le cap au nord et emprunter non plus la ligne A mais la ligne C du réseau de tramways.

En juin dernier, à l'occasion des demi-finales du championnat de France de rugby, il manquait 20000 spectateurs à l'heure théorique de début du match. Où étaient -ils ? Dans les tramways, et le plus souvent sur les quais des stations pour essayer d'entrer dans une rame. En dépit d'une fréquence de 3 minutes, les rames de 300 places n'arrivaient pas à absorber le flux de voyageurs. A la fin du match, situation identique et certains n'ont regagné le centre-ville que vers 1h du matin, soit plus de 2h après le coup de sifflet final.

Commentaire embarrassé de TBC, l'exploitant du réseau qui, devant le mécontentement des voyageurs, qui étaient 15 000 à 18 000 selon les jours, rappelle quelques faits, notamment les contraintes d'exploitation du réseau de tramway, qui ne peut - quelle évidence - transporter autant de monde que les deux lignes de RER desservant le Stade de France. TBC rappelle que pendant les matches, il faut continuer à exploiter un réseau emprunté par 450 000 voyageurs par jour. TBC ne cache pas que la desserte du stade pendant l'Euro2016 sera compliquée... De façon à peine voilée, TBC exprime ses réserves quant au choix d'implantation du stade par rapport au fonctionnement du réseau de transport...

Ce qui semble confirmer que l'exploitation à Lyon de la ligne T3 promet quelques sueurs froides aux exploitants et du mécontentement parmi les usagers, qu'ils aillent ou non au match, mais aussi parmi les automobilistes.