Marseille fut desservie par l'un des plus importants réseaux de tramways de France constitué par l'importante Compagnie Générale Française de Tramways. Le maillage serré du centre-ville et l'irrigation des vallées et collines autour de la ville bénéficia d'une modernisation régulière, améliorant de façon quasiment continue le service.

140214_T1chave2

Marseille - Boulevard Chave - 14 février 2014 - L'unique ligne survivante a été complètement modernisée et prolongée. Sur le boulevard Chave, l'aménagement retenu au doit des stations assure le maintien du trafic automobile mais avec la priorité aux tramways. On remarquera que les bordures de quai sont doublées d'une épaisse bande caoutchouc, comme si la RTM préfigurait un passage au gabarit 2,65 m... © transporturbain

Marseille imagina, avec Lyon, dès le milieu des années 1940, une exploitation accélérée des tramways, préfigurant finalement ce que Bruxelles mit en oeuvre en 1958 à l'occasion de l'Exposition Universelle : il n'est pas exagéré de considérer que le prémétro puise une partie de ses origines à Marseille.

N'échappant pas au mouvement de démantèlement en règle des réseaux, par les effets conjugués de la crise économique de l'entre-deux guerres, une obsolescence avéré de certaines infrastructures et motrices, mais aussi par un climat hostile aux transports publics, Marseille réussit néanmoins à sauver une seule ligne, ne devant son salut qu'à un accès direct à la Canebière par un court tunnel. Ainsi, Marseille fut avec Saint Etienne et Lille, l'un des trois seuls refuges du tramway en France, avec une salutaire arrivée de motrices PCC en 1969.

La préservation du 68 a permis à Marseille de relancer le tramway et d'amorcer son renouveau, aux côtés du métro arrivé en 1977. Cependant, il y a matière à débat sur le développement du réseau, pour l'instant très central et donc assez redondant avec un métro également peu étendu et à l'utilisation assez moyenne. Dans cette ville encore largement tributaire de la voiture, le tramway a, aux côtés du métro, un rôle majeur à jouer pour quadriller les quartiers périphériques, mais les décisions ont été jusqu'à présent empreintes d'une lenteur certaine. Marseille accuse un retard important par rapport aux autres grandes métropoles françaises. La nécessaire modernisation du métro, avec son automatisation, ne doit pas être considérée comme un argument pour retarder la mise en oeuvre de projets d'extension des tramways.

transporturbain vous propose son dossier sur les tramways de Marseille en deux volets :

Chapitre 1 : première époque jusqu'en 2004

Chapitre 2 : le nouveau réseau depuis 2007