Les réseaux de transports en commun de Berlin ne manquent pas de particularités. Un rapide coup d'oeil sur une carte permet de relever plusieurs dissymétries. La plus flagrante est la concentration des tramways sur la moitié Est de la ville, mais on remarquera aussi que le réseau ferroviaire suburbain, la S-Bahn, y est plus développée alors que le métro présente un maillage plus dense dans les arrondissements de l'Ouest. Autant d'éléments qui résultent largement de l'histoire politique de la capitale allemande.

Un peu de géographie pour commencer : 3,46 millions d'habitants au coeur d'une agglomération de 4,3 millions, et seulement un allemand sur 19. On mesure immédiatement le fossé avec le centralisme français puisque l'Ile de France accueille un français sur 5 ! En outre, Paris représente à elle seule un habitant sur 6, alors que 80% des habitants des berlinois habitent... Berlin ! Berlin est pourtant une capitale peu dense (3880 habitants / km² soit 7 fois moins que Paris) dévelopée à partir de 1862 sur la base du plan Hobrecht, prévoyant un réseau viaire aérés et accordant une large place aux espaces verts. L'histoire politique de Berlin a aussi généré des espaces vacants : les bombardements de la seconde guerre mondiale puis la partition de la ville procurent encore aujourd'hui de nombreux terrains vacants.

220910_S-BAHNbahnof

Berlin - Hauptbahnhof - 22 septembre 2010 - En plein coeur de Berlin, la S-Bahn est incontournable, tout comme les nombreuses grues qui montrent une politique d'urbanisme qui se veut conquérante. Les terrains libres sont encore nombreux comme ici à quelques pas de la gare centrale ! © transporturbain

Si à Paris, une frontière physique, les fortifications pour la dernière, ont délimité la capitale et sa banlieue, il en fut tout autrement à Berlin, qui s'est formée par le regroupement de multiples unités. Cependant,  l'infrastructure a aussi contribué à délimiter l'espace central berlinois. C'est ici le chemin de fer de Ceinture qui a joué, et joue encore ce rôle de façon active.

En matière de transports en commun, Berlin dispose d'une qualité de maillage exceptionnelle : tramway, métro et S-Bahn forment un réseau de 806 km, soit 904 m d'infrastructure par km² ou encore 234 m pour 1000 habitants. En comparaison, l'Ile de France le maillage ferré par unité de surface est 6 fois moindre (149 m par km²) ou 157 m pour 1000 habitants, ce qui s'explique d'abord par la forte présence du tramway à Berlin.

La capitale allemande reconquiert peu à peu sa population : on est certes loin des 5 millions d'habitants annoncés en 1990. L'urbanisme contemporain est fondé sur la reconstitution de la trame historique, la mixité des fonctionnalités et un contingentement de plus en plus fort de la circulation automobile dans les quartiers centraux. A l'heure actuelle, marche, vélo, transports en commun et voiture particulière ont des parts de marché assez équilibrées : avec 13%, le vélo est évidemment très présent, mais la ville est plate et les distances moyennes parcourues sont plus courtes grâce au polycentrisme de la capitale. Les transports en commun représentent 26% des déplacements quotidiens et la voiture plafonne à 32%. Pour seuls modes motorisés, la part de marché des transports en commun reste sous la moyenne européenne, à 45%, contre 74% dans Paris (31% en Ile de France), 54% à Vienne, 50% à Munich, 47% à Madrid et 26% à Rome. Néanmoins, l'administration berlinoise reste assez favorable à la voiture, alors que la population conteste systématiquement les projets routiers.

240914_M1friedrichstrasse1

Berlin Mitte - Friedrichstrasse - 24 septembre 2014  - L'intégration des différents modes de transports en commun constitue une des atouts de la capitale allemande. En revanche, les évolutions se font à un rythme très lent : manque de moyens et une administration locale assez favorable à la voiture. © transporturbain

Un mot d'économie : le taux de couverture des charges par les recettes atteint 50%, mais le Sénat de Berlin reproche au BVG, l'exploitant urbain, une médiocre maîtrise de ses coûts de production.

250914_100unter-den-linden1

Berlin Mitte - Unter den Linden - 25 septembre 2014 - Deux autobus assez représentatifs du réseau berlinois. D'abord les autobus à impériale Man Lion's City, sur un châssis à 3 essieux de 15 m de long, offrant une grande capacité assise, mais peu adaptés aux lignes urbaines à arrêts fréquents. Derrière, un Solaris Urbino 18 : bus articulés et quête de véhicules plus légers pour diminuer la consommation de carburant. © transporturbain

Berlin dispose en particulier du troisième plus grand réseau de tramways du monde, alors qu'il ne couvre qu'environ 40% du territoire urbain. Surtout, Berlin restera dans l'histoire des transports urbains comme la ville où fut mis en service le premier tramway électrique. Son métro est l'un des 10 plus anciens, la première datant de 1902, deux ans après Paris. Il comprend deux sous-ensembles, comme à Madrid : le réseau ancien (lignes U1 à U4) est au gabarit étroit de 2,30 m alors que les lignes U5 à U9, dont les premières sections datent de 1924 à 1930, ont adopté un gabarit plus généreux de 2,65 m.

Dernière particularité du réseau berlinois : la très grande lenteur de tout projet, qu'il s'agisse de tramway, de métro ou de S-Bahn !

transporturbain vous propose de parcourir les réseaux berlinois avec une série de dossiers, en commençant par les tramways

Nous vous rappelons également le dossier de transportrail consacré à la S-Bahn de Berlin.