02 novembre 2014

Trolleybus de Marseille : tout a disparu !

Les derniers trolleybus ont circulé à Marseille le 27 juin 2004 : d'après le maire de la ville, il fallait rendre aux marseillais leur ciel bleu. Qu'importe si elle se place désormais dans les meilleures places du hit-parade des villes les plus polluées. Qu'importe si les autobus s'époumonent dans les rues à forte pente du réseau.

150214_trolley-carrefour-saint-victor2

Marseille - 15 février 2014 - Le carrefour Saint Victor avec sur le boulevard de Corse, les anciennes bifilaires du 54. A gauche, venant de la rue Sainte, celles du 55 direction Roucas Blanc et à droite celles des lignes 55, 61 et 80 venant de Roucas Blanc, Bompard et Endoume. L'intégralité du carrefour a été déposé. © transporturbain

Les lignes aériennes subsistantes concernaient les lignes de la colline (54, 55, 61, 80, 81) et certaines sections du 41. Une première tranche de dépose avait été justifiée par la construction du tramway, entre le Vieux Port et la gare de La Blancarde. La disparition des lignes subsistantes au cours de l'été 2014 s'est faite sans opposition. Il faut toutefois reconnaître qu'elles étaient en fort mauvais état et remontaient pour la plupart aux origines du réseau. Le trolleybus à Marseille a bel et bien vécu.

150214_trolley-endoume-bompard1

Marseille - 15 février 2014 - La rue d'Endoume à la séparation des lignes 55 (Bompard) et 80 (Endoume). L'aiguille à fil coupé trahissait l'âge des installations électriques remontant pour l'essentiel aux années 1940.  © transporturbain

Posté par ortferroviaire à 19:32 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

08 avril 2014

Amiens : douche écossaise pour le tramway

Les élections municipales ont entrainé une alternance politique à Amiens où le maire socialiste sortant, Thierry Bonté, a été défait par l'UMP Brigitte Fouré. Au coeur de la campagne électorale, le projet de tramway a été particulièrement malmené. La nouvelle maire d'Amiens souhaite remettre profondément en cause le projet considérant que seul un tramway sur pneus, plus économique, pourrait être maintenu.

Première gaffe - et de taille - pour le nouvel édile qui manifestement ne connaît pas vraiment la situation des réseaux exploitant des tramways sur pneus, Brigitte Fouré fait une entrée remarquée au hit-parade des "petites phrases maladroites" des nouveaux élus en prenant en référence... Nancy et son TVR !

A moins que madame la maire ne décide de s'orienter vers un simple trolleybus, auquel cas, la stratégie d'alliance avec Caen volerait en éclat.

Posté par ortferroviaire à 09:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
27 janvier 2014

Marseille teste l'hybride et oublie le trolleybus

Après les annonces parisiennes sur l’arrêt des commandes d’autobus « tout Diesel » au profit de la technique hybride, la RTM envisage à son tour la même mutation : deux Mercedes Citaro articulés hybrides sont actuellement en essai. Son directeur général considère que la transition du Diesel à l’électrique se fera progressivement d’ici 2017 et que l’autobus hybride apparaît aujourd’hui le point d’équilibre en matière de véhicule électrique. La RTM attend aussi une nouvelle génération de véhicules à plus haut rendement que les actuels modèles.

Marseille semble oublier qu’elle a connu une solution de véhicule routier électrique fiable, éprouvée et à l’impact économique parfaitement maîtrisé par près de 70 ans d’exploitation sur le réseau : le trolleybus.

La topographie marseillaise est évidemment propice à la traction électrique et l’abandon du trolleybus voici bientôt 10 ans (en juin 2004) apparaît de plus en plus comme une incongruité et un manque de clairvoyance de la part des décideurs, d’autant qu’avec le développement du tramway, une synergie sur les installations électriques pouvait être engagée.

En 2004, le trolleybus restait exploité sur 3 lignes : 54 Saint Pierre – Catalans, 80 Endoume – Blancarde et 81 Saint Just – Pharo. Une partie de ce réseau a été remplacé – ou va l’être – par le tramway, notamment entre le cours Belsunce et Blancarde, ainsi que sur la rue de Rome.

Néanmoins, le potentiel du trolleybus à Marseille n’en demeure pas moins considérable, évidemment en commençant par les lignes de Notre Dame de la Garde,moyennant un véhicule à gabarit réduit, afin de remplacer les autobus s’époumonant dans les rues présentant des pentes atteignant voire dépassant les 10%. Au-delà, le trolleybus pourrait d’abord équiper les lignes structurantes objet des projets de BHNS de la métropole marseillaise qui se constitiue.

Mais trop rationnel, le trolleybus n'est pas assez "dans le vent"...

Notre dossier sur les atouts du trolleybus est tioujours disponible.

Posté par ortferroviaire à 19:05 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,
13 octobre 2013

Les trolleybus à Saint Etienne

C'était une des villes où le trolleybus tenait le haut du pavé aux côtés de l'unique ligne de tramway ayant survécu. Saint Etienne était même un modèle du genre puisque la traction électrique régnait sur les lignes principales et l'autobus complétait la desserte des quartiers périphériques. Le réseau se targuait même d'être bénéficiaire du fait de son organisation rationelle et de son trafic élevé, à l'époque d'une cité minière et industrielle d'ampleur nationale.

Les temps ont bien changé et l'avenir du trolleybus dans la cité stéphanoise se dessine en pointillés... L'occasion pour transporturbain de retracer l'histoire des trolleybus dans cette ville et de dresser quelques perspectives sur son champ de pertinence dans cette agglomération.

A vos réactions !

Posté par ortferroviaire à 21:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
19 septembre 2013

Tram ou BHNS ?

On entend encore souvent dire que le tramway est un investissement trop élevé et que l'amélioration des dessertes par bus est une solution équivalente et de moindre coût. L'essor du bus à haut niveau de service (BHNS) a indéniablement permis de montrer que le bus avait des possibilités pour casser son image de mode de transport lent et inconfortable. Néanmoins, toute chose ayant ses limites, le BHNS n'est pas une solution pouvant se substituer au tramway en toutes circonstances.

transporturbain lance donc cette étude sur les coûts comparatifs entre le tramway et le BHNS, dans les différentes conceptions qu'il peut recouvrir. Elle s'intéresse d'abord aux coûts d'investissements et aborde la question plus délicate des coûts d'exploitation.

La vocation de cette étude est d'être enrichie : si vous souhaitez réagir ou y contribuer, apportez vos commentaires ici !

Posté par ortferroviaire à 19:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
04 juin 2013

UITP 2013 : le trolleybus réapparaît

Le Salon de l'Union Internationale des Transports Publics se tenait à Genève et a été l'occasion - une fois n'est pas coutume - de mettre en avant le trolleybus. Outre le désormais traditionnel Swisstrolley, Hess était venu avec TOSA, un prototype de trolleybus à captage ponctuel. L'essai réalisé entre l'aéroport et le parc des expositions de Genève n'est pas suffisant pour être conclusif : les performances constatées étaient modestes, peut-être dues au caractère prototype, alors que la traction électrique a pour avantage décisif la performance. Une ligne d'essai devrait demeurer jusqu'au salon de l'Auto l'année prochain.

Van Hool exposait son Exquicity, continuant la déclinaison de sa gamme BHNS déjà connue pour le Mettis de Metz, et puis un trolleybus était aussi exposé chez Stadler, qui viendrait sur le marché du transport urbain routier, au moins comme partenaire.

transporturbain vous propose son reportage sur le trolleybus à l'UITP, où il n'y avait pas de grande nouveauté en matière ferroviaire.

 

Posté par ortferroviaire à 15:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
15 février 2013

Bologne se sépare de ses Civis trolleybus

Le réseau de trolleybus de Bologne comprend quatre lignes avec un effectif total de 56 trolleybus, des MAN Bussotto et des Solaris Trollino. Il comprend deux lignes radiales et deux lignes circulaires (intérieur et extérieur) mais dont seul le circulaire intérieur est assuré effectivement en trolleybus (quoique les installations soient prêtes). En effet, il faudrait 80 véhicules pour exploiter l'intégralité du réseau.

Une commande de 49 trolleybus Civis articulés, évolution du Cristalis avec guidage optique et conduite centrale, avait été passée entre l'exploitant du réseau de Bologne et Irisbus. La livraison s'est déroulée de juin 2008 à avril 2010.Elle devait permettre le remplacement des séries anciennes.

Suite à de longues procédures techniques et juridiques mettant en cause la conception du véhicule et les termes du contrat entre les deux parties, un accord a finalement été trouvé. Irisbus produira 49 trolleybus sur la base du Créalis Neo, le produit BHNS du constructeur, qui repose sur l'autobus Citélis, lequel découle de l'Agora... lui-même évolution du R312 conçu au début des années 1980.

Que deviendront les 49 Civis ? Puisque le Créalis Neo peut être développé en version trolleybus, d'autres réseaux ne seraient-ils pas intéressés ?

Posté par ortferroviaire à 16:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
22 novembre 2012

Lyon électrifie la ligne C13

Avec la restructuration du réseau d'autobus et de trolleybus (Atoubus), la ligne 13 (devenue C13) Montessuy - Hôtel de ville a été prolongée à Grange Blanche par Cordeliers, Part Dieu et l'avenue Lacassagne. L'itinéraire n'étant pas intégralement doté de lignes aériennes, l'exploitation est assurée par autobus Diesel. Le parc de trolleybus Cristalis libéré a été transféré à la ligne C14 résultant de la fusion de la section de plaine du 18 (Jean Macé - Terreaux) et de la ligne 44 (Hôtel de ville - Les Sources), l'allongement de la ligne nécessitant un surcroît de parc.

030911_C13cuire4Cuire - 3 septembre 2011 - La ligne C13 est exploitée depuis sa création avec des autobus, la section Part Dieu - Grange Blanche n'étant pas équipée de bifilaires. Les Citélis sont bien à la peine pour monter à la Croix Rousse... © transporturbain

L'électrification de la ligne C13 est donc engagée et sera réalisée d'ici l'été 2014. Les travaux seront réalisés en commençant par le secteur de Grange Blanche et en "descendant" vers la Part Dieu.

Les bifilaires reviendront donc sur l'avenue Lacassage, d'où ils furent déposés à la fin des années 1960, puisque la ligne 28 Cordeliers - Montchat / Vinatier était exploitée par trolleybus jusqu'à la fin de 1969. Les lignes aériennes sur la rue Professeur Florence et la place d'Arsonval susbistèrent jusqu'en 1984, à la suppression des trolleybus sur la ligne 1 Saint Jean - Vinatier.

Reste une question, et non des moindres : y aura-t-il assez de Cristalis pour exploiter la ligne C13 en trolleybus ? La question mérite d'être posée puisque le service des lignes C4, C11, C13, C14 et C18 nécessite 64 voitures en lignes pour un effectif de 69 ETB12. Ces lignes étant réparties sur quatre dépôts (C4 à Alsace, C11 à La Soie, C13 et C18 à Caluire et C14 à Saint Simon), il faudra donc une disponibilité totale du parc pour assurer la totalité du service de ces lignes en trolleybus. Compte tenu de la fiabilité des Cristalis, cet objectif nous semble très - trop ? - ambitieux, et on ne peut écarter que des autobus soient engagés à la première indisponibilité.

Pourtant, une commande de trolleybus ne serait pas superflue, tant par l'intérêt de ce mode de transport à Lyon que par la fréquentation élevée de la ligne C13 (plus de 25000 voyageurs par jour) : l'exploitation en autobus standard de 65 places succédant aux véhicules articulés de la ligne 28 offrant 110 places avec la même fréquence n'a pas été la mesure la plus intelligente de la restructuration du réseau lyonnais...

Posté par ortferroviaire à 16:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,