18 février 2017

Tramways de Nantes : quelles extensions ?

290216_2cinquante-otages

Nantes - Cours des Cinquante Otages - 29 février 2016 - Croisement de deux TFS "version d'origine" à hauteur de la bifurcation avec la ligne 3. Autrefois, cette artère était entièrement dévolue à l'automobile avec un vaste parking en plein air. Une des images les plus fortes de la transformation de la ville amorcée avec le tramway. © E. Fouvreaux

Plus de 30 ans d'exploitation et quasiment une décennie sans grand projet de tramway. Nantes la pionnière a privilégié l'amélioration du réseau de bus pour réduire l'écart de qualité de service entre bus et tramway, mais aussi pour digérer les investissements passés. La décennie 2020 pourrait être marquée par plusieurs projets récemment annoncés par la Métropole en lien notamment avec la transformation des anciens terrains ferroviaires de l'ïle de Nantes, objet d'un vaste programme de transformation urbaine.

transporturbain s'est donc penché sur les possibilités d'extensions du réseau de tramways de Nantes en s'appuyant sur les études en cours. A cette occasion, notre dossier sur l'histoire du réseau a été restructuré. Bonne lecture !

Posté par ortferroviaire à 14:48 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags : , ,

21 juillet 2016

Nantes : grands travaux place du Commerce

C'est le noeud du réseau de tramways nantais : la place du Commerce accueille les 3 lignes de tramway, avec la ligne 1 sur l'axe est-ouest et les lignes 2 et 3 sur l'axe nord-sud. Pas moins de 900 tramways par jour passe sur le croisement des voies qui, depuis son installation en 1992, n'avait pas été renouvelé. Depuis le 4 juillet et jusqu'au 28 août, le service des tramways est modifié avec des terminus provisoires à Commerce et Bouffay sur la ligne 1, Hôtel Dieu et Place du Cirque sur la ligne 2, Hôtel Dieu et Bretagne sur la ligne 3.

A cette occasion, les quais des deux stations seront allongés de sorte à recevoir simultanément deux rames dans chaque sens pour réduire les effets d'encombrement, notamment sur les lignes 2 et 3, et mieux gérer les 60 000 voyageurs qui transitent chaque jour dans les deux stations.

290216_1commerce

Nantes - Place du Commerce - 29 février 2016 - La station de la ligne 1 mise en service en 1985 sera rénovée pour s'adapter aux 60 000 voyageurs par jour qui y transitent. Elle pourra aussi accueillir deux rames sur chaque voie. © E. Fouvreaux

200215_2cinquante-otages1

Nantes - Cours des Cinquante Otages - 20 février 2015 - Même chose pour la station des lignes 2 et 3 pour éviter les attentes en amont, pénalisant les voyageurs qui souhaitent descendre. © transporturbain

290216_1commerce2

Nantes - Place du Commerce - 29 février 2016 - Sur ce cliché, on aperçoit au premier plan l'aiguille de raccordement "sud-est" et la double jonction "nord-est" appelée à disparaître au profit d'une nouvelle jonction "ouest-sud". © transporturbain

En outre, une nouvelle communication sera posée entre la branche sud (vers Rezé et Neustrie) et la branche ouest (vers François Mitterrand). Il n'est cependant pas prévu de créer une nouvelle ligne : cette communication permettra d'exploiter la section ouest de la ligne 1 (Commerce - François Mitterrand) pendant les travaux de renouvellement qui se profilent en 2018 sur la section Commerce - Gare. Elle viendra remplacer la jonction existant jusqu'alors, orientée "est-nord"

Posté par ortferroviaire à 22:09 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :
09 mars 2016

Nantes poursuit sur le BHNS

Pionnière du tramway français moderne, Nantes a engagé depuis 2006 une politique de rénovation de l'offre bus destinée à redorer l'image de ce mode de transport et réduire l'écart de performance avec le tramway. Dix ans après ce tournant, le réseau nantais poursuit cette restructuration du réseau : plus d'efficacité sur les grands axes, plus d'attractivité et une maîtrise des coûts.

Busway : augmentation de capacité en vue

Première étape, la mise en service en novembre 2006 du Busway, la ligne 4 du réseau nantais, entre la cathédrale et la porte de Vertou avait montré la capacité de l'autobus à proposer un service de qualité comparable avec un effet comparable sur l'aménagement urbain. Le Busway nantais circule en effet en site propre quasi-intégral, dispose de stations comparables à celle du tramway (notamment avec la vente de titres à quai), d'une priorité absolue aux carrefours et d'une qualité d'accessibilité élevée.

290216_4de-gaulle1

Nantes - Boulevard Charles de Gaulle - 29 février 2016 - Aménagement du Busway dans l'île de Nantes : sa création a permis de transformer une pénétrante autoroutière en boulevard urbain. © transporturbain

Après 10 ans d'exploitation, le succès est réel : avec 38 000 voyageurs par jour et 18 autobus articulés en ligne pour un effectif de 23, la ligne 4 est saturée au point que le débat sur l'abandon du tramway dès ses origines peut refaire surface. A l'heure de pointe, l'intervalle est de 2 min 45, impliquant des coûts d'exploitation importants, pour compenser la capacité insuffisante des autobus. Avec 110 places, les Citaro G fonctionnant au GNV n'arrivent plus à absorber le flux, d'autant que le développement urbain sur l'île de Beaulieu a renforcé la chalandise de la ligne.

Ainsi, en 2018, apparaîtront de nouveaux véhicules. L'appel d'offres prévoit des autobus bi-articulé de 24 m de long, offrant 150 places. La motorisation passera du gaz naturel à l'électricité. Il ne s'agira pas de bus hybrides mais bien de véhicules intégralement électriques : un trolleybus mais sans les lignes aériennes.

Le coût de l'opération est de 43,2 M€, coût intégrant l'acquisition du matériel roulant, l'adaptation des quais pour la réception de véhicules plus longs et en particulier le réaménagement du terminus de la place Foch, déjà mal aménagé : on se souvient que le 6 novembre 2006, le bus inaugural avait allègrement détruit la rampe d'accès au quai en bois en raison d'une étude de giration un peu trop optimiste...

Chronobus restructure le réseau

Initialement, Chronobus était un label concernant 3 lignes "courantes" (25 Gare de Chantenay - Ecole centrale, 32 Commerce - Bout des Landes, 86 La Chapelle sur Erdre - Bout des Pavés) , du réseau de bus nantais, désignant des itinéraires à cadence régulière et disposant de quelques aménagements de voirie faciliant la circulation des bus. Mis en place de 2003 à 2007, ce programme manquait cependant de cohésion compte tenu de la disparité de service sur les lignes.

En 2009, la SEMITAN restructure son réseau afin d'enrayer la chute du taux de couverture des charges par les recettes en supprimant des dessertes pas assez fréquentées et en misant sur les axes à fort potentiel. Sept lignes structurantes ont été définies et mises en oeuvre en deux étapes de réorganisation du réseau. Les lignes C1 à C4 ont été mises en service le 1er octobre 2012 et les lignes C5 à C7 le 26 août 2013. Ces 7 lignes totalisent 70 000 voyageurs par jour.

290216_C1calvaire1

Nantes - Rue du Calvaire - 29 février 2016 - La ligne C1, premier Chronobus "nouvelle génération" est dotée d'autobus articulés Heuliez GX427. Apparaissent également des GX437 hybrides. Sous le pare-brise, une "banane" est installée sur ces véhicules communs à l'ensemble du réseau lorsqu'ils assurent le service de ces lignes. © transporturbain

Les Chronobus partagent une charte visuelle avec une variante de livrée sur le matériel, un indice spécifique alphanumérique et un niveau de service, avec une fréquence de 5 à 8 minutes. Le niveau d'aménagement de voirie reste variable, en fonction des difficultés de circulation rencontrées en ligne. L'objectif est de rivaliser avec la voiture.

chronobus-nantes

Ainsi, la ligne C1 assure la liaison Haluchère - Place du Cirque en 20 minutes alors que le trajet moyen en voiture est de 24 minutes. La ligne C5 bénéficie d'un traitement particulier : elle circule à 90% en site propre, avec priorité au carrefour et des aménagements de voirie finalement assez proches de ceux du Busway avec 17 carrefours réaménagés pour assurer un passage prioritaire.

290216_C5vincent-gache

Nantes - Boulevard Vincent Gâche - 29 février 2016 - La ligne C5 assure une liaison rapide entre l'île de Nantes et la gare SNCF. Elle circule à 90% en site propre intégral avec priorité aux carrefours selon des aménagements très comparables au Busway. © transporturbain

Trois nouvelles lignes ou extensions sont programmées par Nantes Métropole. La ligne C3 rejoindra Saint Herblain. La ligne C9 assurera une liaison de rabattement en rive gauche de Loire depuis le tramway Pirmil vers Basse Goulaine et St Sébastien sur Loire. La ligne C20 amorcera une première ligne de rocade labellisée entre l'Ecole Centrale et Chantenay, alors que les autres lignes Chronobus étaient jusqu'à présent des radiales.

chronobus-C9

Programme général des aménagements de la ligne C9 (document Nantes Métropole)

Posté par ortferroviaire à 20:46 - - Commentaires [17] - Permalien [#]
Tags : , , ,
10 avril 2015

Nantes : la restructuration du réseau porte ses fruits

En 2009, la rationalisation du réseau de bus avait entraîné une diminution de l'offre à raison d'un million de km-bus par an. Il fallait faire des économies et recentrer le service de bus sur sa mission principale. Environ 0,4% de la clientèle avait été lésée par cette refonte du réseau.

En 2014, le bilan est positif. Le rythme de croissance du trafic atteint 3% par an et les recettes ont augmenté d'un tiers par rapport à 2009. Le taux de couverture des charges par les recettes approche les 40%, soit 2,5 points de plus qu'en 2009.

La refonte reposait notamment sur la création de 7 lignes majeures dites Chronobus, développant 70 km de linéaire. Elles transportent 70 000 voyageurs par jour, soit environ 50% de plus que les lignes qui les précédaient avant la réorganisation.

200215_C1leclerc3

Nantes - Rue du Général Leclerc - 20 février 2015 - Les lignes Chronobus utilisent différents types de matériel roulant mais sont principalement assurées en articulés, avec ici le croisement d'un Volvo 7900 au GNV et à droite d'un GX327. © transporturbain

 

Posté par ortferroviaire à 13:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
07 janvier 2015

Le tramway de Nantes a 30 ans

7 janvier 1985 : une date historique dans l'histoire des transports urbains en France. L'actualité du jour était dominée par le froid qui régnait sur l'Europe (il faisait jusqu'à -25°C dans l'est), les discussions sur le statut de la Nouvelle Calédonie et la reprise des contacts entre l'URSS et les Etats Unis dont les arsenaux nucléaires proliféraient. Autant dire que la mise en service de la première ligne du tramway de Nantes se contentait d'un entrefilet dans les médias.  C'est également sous la neige que les tramways faisaient leurs débuts commerciaux entre la place du Commerce et Haluchère alors que la circulation automobile était quasiment paralysée par la neige et le verglas. Des débuts sans inauguration : le nouveau maire élu en 1983 s'était opposé au projet et souhaitait l'interrompre, mais trop avancé, il avait dû se résigner à laisser le projet se poursuivre.

Trente ans plus tard, Nantes dispose de 3 lignes et son réseau continue d'être cité en exemple car son développement a nourri les projets des autres villes par l'évolution de ses choix techniques et d'aménagement urbain.

Cet anniversaire ne pouvait être célébré autrement que par la publication du dossier de transporturbain sur l'histoire du réseau nantais, en deux parties. La première est consacrée au chapitre historique (1876-1958) et la seconde au réseau contemporain.

A vos commentaires !

Posté par ortferroviaire à 09:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
07 janvier 2010

25 ans de tramway moderne en France

Il y a 25 ans, le 7 janvier 1985, le tramway de Nantes entrait en service, après huit années marquées d'abord par des études, puis des débats, des travaux, des remises en cause... et finalement l'aboutissement in extremis d'un projet dont on ne pouvait réellement imaginer qu'il donnerait lieu à la véritable renaissanced'un mode de transport banni.

01660

Nantes - Place du Commerce - 4 août 1984 - Un jour historique : la présentation du premier tramway français moderne, la première motrice TFS nantaise avec sa livrée prototype. Les chantiers sont en cours mais la foule de tous âges se presse voir l'objet qui a défrayé la chronique et alimenté les débats des élections municipales de 1983 ! Depuis, le tramway est entré dans le paysage de près de 30 villes françaises. © Th. Assa

C'est sous la neige que le tramway de Nantes faisait ses débuts alors que la circulation automobile était quelque peu difficile. La première journée du service commercial consacrait des années de travail et de négociations : apparu lors de la campagne des élections municipales de 1977, l'idée du tramway - on disait métro léger à l'époque - tranchait singulièrement alors que Marseille avait mis en service son métro, que Lyon allait couper le ruban du sien et que Lille se lançait dans l'aventure du VAL.

Pourtant, dès 1958, Saint-Etienne avait modernisé son unique ligne survivante, avec l'arrivée des motrices PCC. Marseille faisait de même 11 ans plus tard et Lille récupérait du matériel de seconde main en Allemagne pour le Mongy. Mais ces investissements demeuraient encore anecdotiques dans une période sombre pour les transports urbains. Le choc pétrolier avait suscité une prise de conscience et le concours lancé par le Sécrétaire d'Etat aux Transports, Marcel Cavaillé, avait poussé les techniciens à explorer le sujet d'un nouveau matériel ferroviaire léger.

Nantes et GEC Alsthom avec son TFS partaient à l'aventure et allaient rapidement affronter l'hostilité d'une partie de la population qui avait encore en mémoire les anciens tramways jaune. La peur du "péril jaune' était tenace. Les travaux, bien engagés au moment des élections municipales de 1983 n'ont - heureusement - pas rendu possible la promesse de campagne du nouveau maire qui voulait - rien de moins - abandonner un projet déjà réalisé à plus de la moitié.

Sans inauguration festive, le tramway de Nantes s'est finalement imposé, et la première ligne tracée sur de larges avenues et utilisant une emprise ferroviaire sous-utilisée, a rapidement attiré les regards des spécialistes.

La suite est connue : Grenoble, Paris, Rouen, Strasbourg, Montpellier, Orléans, Lyon, Bordeaux, Valenciennes, Mulhouse, Le Mans, Marseille, Mulhouse... et la liste va encore s'allonger avec Dijon, Brest, Le Havre, Tours, Toulouse, Lens, Béthune, Besançon...

Nos dossiers sur les tramways de France et sur un siècle d'évolution du tramway klk

Posté par ortferroviaire à 14:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,