05 février 2020

Nice : notre dossier mis à jour

Notre dossier sur les tramways de Nice s'enrichit de nouvelles illustrations et d'une analyse des deux nouvelles lignes.

L'axe Est-Ouest est déjà un succès de fréquentation qui lui a valu un premier renfort d'offre. Nice est le seul cas de réseau de tramways dans une grande ville française à offrir des intervalles de 5 à 6 minutes le dimanche matin. Il est difficile de différencier le service selon les heures étant donné la grande régularité du trafic dans la journée et tout au long de la semaine, week-end inclus. En outre, l'accès direct à l'aéroport constitue un facteur d'attractivité supplémentaire.

190120_T1borroglione2

Nice - Avenue Borroglione - 19 janvier 2020 - La ligne 1 a bénéficié pour partie de l'allongement de son parc puisque le 15 rames ont reçu 2 modules supplémentaires pour porter leur capacité à 300 places. © transporturbain

180120_T2jean-medecin1

Nice - Station Jean Médecin - 18 janvier 2020 - Station la plus fréquentée de la ligne 2, Jean Médecin assure aussi une correspondance avec la ligne 1, avec d'abord une longue remontée à la surface et un trajet dans le centre commerçant et piétonnier. Le délai de transit est un peu long, tout comme place Garibaldi. © transporturbain

180120_T3simone-veil2

Nice - Avenue Simone Veil - 18 janvier 2020 - Peu de risque de croiser une automobile puisque l'artère est fermée à la circulation en amont des matches de football de l'OGC Nice dans son nouveau stade. Le photographe a donc tout loisir de mettre en image le tramway sur la ligne 3, l'arrière-pays et les sommets enneigés... sans oublier les nombreuses grues du nouveau quartier sortant de terre autour du stade, qui est habilement masqué sur le cliché ! © transporturbain

La section souterraine entre le port et la rue de France conforte le caractère assez atypique de la ligne 2 dans la conception française des tramways, au-delà de ses modalités d'alimentation électrique. En France, l'analogie avec Rouen est intéressante, plus qu'avec Strasbourg (où il fallait gérer le passage du faisceau ferroviaire et d'un dénivelé), même si le choix normand était lié à une hostilité locale à l'égard du passage du tramway dans l'hypercentre. Dans le cas niçois, le passage en surface aurait au moins doublé le temps de parcours entre le Centre Universitaire Méditerranéen et le port. On peut aussi rapprocher cette réalisation du réseau d'Anvers, plus que celui de Bruxelles, car dans la capitale belge, les sections souterraines de tramway ont été prédisposées pour un métro. Ce n'est pas le cas à Anvers, pas plus qu'à Nice. Autre comparaison : Madrid, avec les lignes de Metro Ligero (métro léger) qui sont des tramways en partie souterrain. A l'extrême, on pourrait aussi trouver quelques similitudes dans le principe avec des réseaux type Stadtbahn, comme par exemple à Cologne, où la composante interurbaine est forte : ce n'est pas - encore - le cas à Nice mais l'extension annoncée jusqu'à Cagnes ouvre d'intéressantes perspectives...

Posté par ortferroviaire à 18:55 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags : ,

14 décembre 2019

Nice : la ligne 2 arrive à bon port

T2 : dernière étape

La dernière section souterraine de la ligne T2 du tramway de Nice est donc mise en service aujourd'hui, entre la station Jean Médecin et Port Lympia. L'axe est-ouest est donc pour l'instant achevé, sachant que le principe d'une troisième branche à l'ouest de la gare Saint Augustin vers Cagnes sur mer à horizon 2026 est déjà acté.

Le terminus est assez insolite puisqu'il se situe sur le port, en contrebas de la place de l'Ile de Beauté, sur le quai Cassini, où émerge le tunnel emprunté par le tramway. Il surclasse assurément Le Havre dans le titre du tramway le plus près de la mer...

inauguration-T2-nice-port

Nice - Quai Cassini - 14 décembre 2019 - Fumigènes, fanfare, présidents de la Région, du Département, de la Métropole, Préfet, public nombreux, enfants des écoles... Le portrait complet d'une inauguration. Même le soleil était au rendez-vous (mais ça, ce n'était pas trop difficile). Un peu plus de 12 ans après l'ouverture de la première ligne, l'offre de transports en commun à Nice a changé d'envergure. Et maintenant, quelles suites ? (cliché Nice Métropole)

La ligne T2 est un succès considérable avec déjà 80 000 voyageurs par jour, ce qui pose déjà des problèmes de capacité et d'exploitation, impliquant la commande de rames supplémentaires pour faire face à l'affluence. Le service est aussi perturbé par des incidents divers, surtout du fait de l'affluence et de la gestion de bagages abandonnés à l'aéroport. Il y eut également les effets des intempéries automnales, particulièrement violentes, qui nécessiteront peut-être des mesures complémentaires pour mieux protéger l'ouvrage.

En outre, la restructuration de la desserte par bus a semble-t-il sous-estimé l'appel d'air provoqué par le tram : la concentration des flux sur T2 est peut-être un peu trop forte, malgré le maintien d'une desserte sur la Promenade des Anglais (ligne 12) et dans la traversée centrale (ligne 8).

Et maintenant, quelles suites ?

Ainsi désormais, Nice dipose de 3 lignes de tramway, formant 2 ensembles distincts puisqu'il n'y a pas de connexion entre T1 et T2. Un peu plus de 15 ans après le début des travaux de la première ligne, Nice dispose de 27,5 km de tramways. Alors quelles évolutions demain pour le réseau ?

On rappelera d'abord que la ligne T3 devrait être prolongée au nord de Saint Isidore vers la gare de Lingostière des Chemins de fer de Provence avec la création c'une véritable correspondance. Ensuite, la Métropole avait annoncé, lors de l'ouverture de la première section du tunnel, l'engagement des études pour une nouvelle branche entre Saint Augustin et Cagnes sur mer, qui amènera à repenser l'exploitation de la ligne T2 avec 3 missions cadencées aux 10 minutes (Aéroport, CADAM et Cagnes sur mer) de sorte à intégrer cette nouvelle desserte sur l'axe Est-Ouest.

Plus récemment, le prolongement de T1 de l'hôpital Pasteur à Drap-Cantaron a été émise, avec l'idée - saugrenue - d'un tram-train circulant sur la ligne Nice - Breil - Tende sur environ 2 km entre les gares de La Trinité-Victor et de Drap-Cantaron, que transporturbain avait déjà analysé.

Cependant, il faudra aussi se pencher sur la situation de T1 et T2 dont le succès devrait susciter une réflexion sur l'organisation du trafic et le maillage du réseau.

Dans ce cadre, transporturbain suggère la mise à l'étude d'un prolongement de T2 au-delà du port, dans l'objectif de délester la ligne T1, avec une liaison Port - Université Saint Jean d'Angély qui aurait l'avantage de desservir le quartier de Riquier et sa gare. Cette nouvelle correspondance avec le réseau ferroviaire ferait de Riquier une porte d'entrée assez efficace dans le centre de Nice pour les voyageurs venant de l'est de la conurbation littorale (avec le RER azuréen), délestant la gare centrale et donc la ligne T1. Il serait peut-être possible de rejoindre le boulevard de Riquier, peut-être après la place Max Barrel et en supprimant sa trémie routière, moyennant une courte section souterraine supplémentaire pour quitter le quai Cassini.

Les stations souterraines de T2 ayant été semble-t-il conçues en réservant la possibilité d'allonger les quais de 45 à 60 m, il faudra aussi envisager l'allongement du matériel roulant pour faire face à l'affluence. Des rames de 60 m existent déjà sur le marché et circulent à Budapest.

Enfin, il serait intéressant d'examiner les opportunités d'utilisation plus intensive de la ligne des Chemins de fer de Provence pour la liaison entre la vallée du Var et le centre de Nice. Idée que nous développerons prochainement dans les colonnes de transportrail et que nous esquissons pour l'instant sur ce schéma.

plan-tram-nice

Dans ce schéma, le réseau de tramways serait donc connecté non seulement à l'aéroport mais aussi aux gares de l'agglomération avec au total 6 correspondances avec les gares SNCF et une avec celle des CP (Lingostière) sachant que notre étude propose de réaliser un prolongement souterrain des CP qui desservirait non seulement la gare Thiers mais aussi le centre-ville jusque place Garibaldi.

Posté par ortferroviaire à 18:13 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : ,
13 novembre 2019

Nice : et de 3

Inauguration hier de la troisième ligne des tramways niçois... et avec 3 mois d'avance. Branchée sur la ligne T2 à hauteur de la gare Saint Augustin, elle relie l'aéroport au quartier Saint Isidore en passant par le nouveau stade. Officiellement, la ligne T3 est en correspondance avec la ligne des Chemins de fer de Provence, Nice - Digne, mais il y a quand même 300 mètres à parcourir pour rejoindre la petite gare.

plan-tram-nice2019

inauguration-T3-nice

Saint Isidore - 13 novembre 2019 - Evidemment, on fait la fête autour du tramway et les élus n'oublient pas de se mettre en avant à 5 mois des élections municipales. Ceci dit, le développement du réseau est un vrai succès au point que 9 rames vont s'ajouter aux 25 déjà livrées au titre des lignes T2 et T3 pour faire face à un trafic déjà conséquent, alors que T2 n'arrivera au port que dans un mois. (cliché Ville de Nice)

La nouvelle ligne a été réalisée par la création d'une nouvelle section de 3,7 km sur l'avenue Simone Veil, depuis la station Digue des français de la ligne T2 (branche CADAM, qui permet l'accès au dépôt). Elle est intégralement équipée du système de recharge par le sol en stations. Le service est assuré avec une cadence de 9 à 11 minutes, avec des rames Alstom Citadis 405, identiques à celles de T2.

Reste une dernière section à inaugurer d'ici la fin d'année, entre la station Jean Médecin et le terminus du port, sur la ligne T2. Il va donc falloir que les appareils photos de transporturbain aillent y faire un tour... mais ce sera probablement l'année prochaine !

Posté par ortferroviaire à 21:28 - - Commentaires [27] - Permalien [#]
Tags : , , ,
24 octobre 2019

Nice : plein succès pour le tramway

Depuis le début du mois, la desserte des 2 lignes de tramway de Nice est renforcée. Sur la ligne T1, l'ajout de 2 rames en circulation le dimanche permet d'assurer un intervalle de 5 minutes 30, très élevé pour un service dominical. Sur la ligne T2, le succès est tel qu'il faut d'ores et déjà ajouter 3 rames le samedi, procurant un intervalle de 4 minutes 30, et 4 rames le dimanche, pour atteindre le même service que sur T1.

La Métropole prévoit d'autres renforcements car le succès est au-delà des prévisions, si bien qu'avec la campagne des élections municipales, certains en profitent pour placer le sujet sur le terrain politique. Laissons-leur ce loisir si ça les amuse... Ainsi, 9 rames supplémentaires vont être acquises sur la ligne T2 avec une livraison prévue dès le second semestre 2020. L'acquisition de 13 rames de 43 m pour la ligne T1 est également prévue entre 2020 et 2022 et il semble que l'hypothèse d'un remplacement anticipé du matériel de cette ligne soit étudié, ce qui poserait la question de leur seconde vie.

Posté par ortferroviaire à 11:51 - - Commentaires [25] - Permalien [#]
Tags : ,
30 juin 2019

Nice : première ouverture pour le tunnel du T2

La ligne T2 des tramways niçois a été prolongée le 28 juin dernier jusqu'à la station Jean Médecin, marquant la mise en service de la première partie du tunnel traversant le centre de Nice d'est en ouest. Ainsi, la ligne T2 propose une correspondance avec la ligne T1 et va donc pouvoir véritablement monter en puissance. Mais surtout, la ligne T2 propose une liaison directe en moins de 30 minutes entre l'aéroport et le coeur de la ville, avec une rame sur deux, l'autre rejoignant le terminus de la CADAM.

Dans le tunnel, les rames peuvent circuler jusqu'à 70 km/h. Contrairement au reste de la ligne, cette section est dotée d'une ligne aérienne d'alimentation, alors que la section en voirie est équipée du Système de Recharge par le Sol d'Alstom, rechargeant les batteries pendant les arrêts.

Le choix du tunnel a été contesté par le surcoût qu'il générait, mais il faut bien lui reconnaître cet avantage de la rapidité dans la traversée du centre de Nice, et surtout sur cet axe est-ouest qui ne dispose que de voiries étroites. La ville de Nice annonce d'ailleurs que la recomposition de la voirie avec un objectif de végétalisation accrue en profitant du retrait de la desserte en autobus sur certains itinéraires.

En outre, le principe d'une quatrième ligne de tramway semble bel et bien faire son chemin avec une mise en service espérée en 2026. Le tracé long de 6,2 km comprendrait 15 stations entre la gare Saint Augustin et Cagnes sur mer, suivant l'ancienne nationale 7, aujourd'hui M6007, avant de remonter le boulevard du maréchal Juin. Le tramway sera donc principalement parallèle à la voie ferrée, mais seule la gare de Saint Laurent du Var sera réellement desservie par le tramway. Les deux gares de Cagnes sur mer sont à l'écart de l'itinéraire retenu. Le coût de cette quatrième ligne devrait varier entre 216 et 242 M€.

En attendant, à l'automne, la ligne T2 sera prolongée de Jean Médecin jusqu'au port et la ligne T3 sera mise en service dans la plaine du Var. Elle reliera l'aéroport à Saint Isidore via le grand stade niçois, desservant les deux branches de la ligne T2 entre l'aéroport et la station Digue des Français.

Quant à l'idée d'un tram-train pour le prolongement de T1 vers Drap-Cantaron, manifestement, les questions que nous avons mises en évidence commence à faire débat jusque dans la tête de ceux qui ont émis l'idée. Pour transporturbain, un prolongement du tram à la gare de La Trinité est possible, mais l'interconnexion jusqu'à Drap apparaît trop complexe et potentiellement onéreuse pour des enjeux faibles.

Posté par ortferroviaire à 14:07 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : ,

07 juin 2019

Nice : revirement sur la desserte de l'Ariane, voici le tram-train

Article que nous publions à la fois à transporturbain et à transportrail...

C'est assurément un sujet qui va donner du fil à retordre à la métropole niçoise, à son exploitant Lignes d'Azur, mais aussi à la SNCF. Pour assurer la desserte de la vallée du Paillon et notamment du quartier excentré de L'Ariane, l'hypothèse d'un BHNS avait été privilégiée (notre article du 9 juin 2018) au détriment d'une antenne à la ligne 1 du tramway, portée localement par les associations d'usagers.

Finalement, le bus en site propre est abandonné et revoici une solution ferrée. La ligne 1 du tramway sera prolongée du terminus de l'hôpital Pasteur vers La Trinité, en rive droite du fleuve, avant de passer en rive gauche et de rejoindre la voie ferrée Nice - Breil - Tende - Cuneo afin de rejoindre Drap-Cantaron. Voici donc un projet de tram-train.

C'est assez audacieux. Facteur facilitant, le tramway est au gabarit 2,65 m, simplifiant la conception de l'interface matériel roulant - infrastructure en évitant la conception d'un tram-train au gabarit réduit. Pour les lacunes horizontales quai-tram, aucun impact sur le réseau urbain... mais il faudra combler 12,5 cm entre le tram-train et le quai ferroviaire entre La Trinité et Drap-Cantaron. Pas plus compliqué que les autres trams-trains en France, avec un comble-lacune... qui retarde quand même de 4 secondes l'ouverture des portes et l'autorisation de départ (8 secondes par arrêt, cela finit par compter).

281215_TRAMmassena2

Nice - Place Masséna - 28 décembre 2015 - Le tramway de Nice franchit 2 places sur batteries. Un élément dimensionnant pour la réflexion sur le tram-train du Paillon qui s'engage dans la Métropole... et qui ressemble à un steeple-chase ! © E. Fouvreaux

Toujours pour les quais, il faudra prévoir la desserte à la fois par des trains classiques avec une hauteur normalisée à 550 mm et par des trams-trains dont les accès s'effectuent par des quais de 320 mm. Travaux à prévoir dans les gares de La Trinité - Victor et Drap-Cantaron... et voici les premiers choix un peu moins simples !

Glissons progressivement vers la complexité. Il faudra préciser le schéma d'exploitation de ce tram-train dans la partie urbaine car la traversée des places Garibaldi et Masséna est dépourvue de lignes aériennes et les tramways les franchissent sur batteries. Ce qui nous amène à soulever deux questions :

  • Quelle alimentation sur la partie ferroviaire ?

Sur la partie urbaine, compte tenu de la situation préexistante sur la ligne 1 des tramways niçois, il est plus que probable que l'extension adoptera le fil aérien en 750 V continu. Mais qu'en sera-t-il sur la courte partie ferroviaire ? Vu du matériel roulant, alimenter la section La Trinité - Drap-Cantaron en 750 V serait la solution de facilité... aux bornes du tram-train. En revanche, les trains régionaux pour Breil et au-delà ne pourraient lever le pantographe puisque les matériels ferroviaires classiques ne connaissent pas cette tension.

Alors envisageons le 1500 V continu, assez simple à prévoir sur un tram-train. Mais il constituerait un petit isolat entre La Trinité et Drap... la section Nice Saint Roch - La Trinité étant hors du périmètre, et le reste des installations niçoises sont de toute façon en 25 kV. 

Voyons donc l'incidence du 25 kV sur cette section. Pas d'obstacle majeur sur le tram-train, pouvant supporter un tel transformateur. Dans ce cas, il serait logique d'électrifier la section Nice Saint Roch - La Trinité-Victor pour alimenter le tram-train par le réseau existant... et permettre l'exploitation des trains Nice - Breil et au-delà en traction électrique dans l'agglomération niçoise.

Oui mais voilà... comment assurer la transition entre le 750 V urbain et le 25 kV de la voie ferrée. L'expérience du T4 francilien montre que le sujet est... complexe ! Pour mémoire, le débranchement urbain Gargan - Montfermeil a nécessité la réélectrification en 750 V de la zone de gare de Gargan, compte tenu des oppositions techniques du STRMTG et des services de sécurité (pompiers notamment) à l'installation d'une section - si courte soit-elle - de 25 kV en voirie. Compte tenu de la configuration du raccordement à la voie ferrée, ce point est loin d'être anodin.

Donc en résumé : 750 V, c'est de la solution de facilité, mais pour le tram-train seul. Le 1500 V crée une compatibilité toute théorique avec les trains, mais sans cohérence à l'échelle de l'étoile de Nice. Le 25 kV est la solution cohérente avec le réseau ferroviaire... au prix d'une forte contrainte de conception du projet de tram-train. Dernière solution : un tram-train sur batteries. Une façon habile de contourner le problème ?

  • Quelle desserte pour Drap-Cantaron ?

La ligne Nice - Breil est équipée en BAPR simplifié et l'un des points assez dimensionnant sera d'évaluer le nombre de circulations supplémentaires acceptables au-delà des sillons utilisés pour la desserte de l'arrière-pays, avant de devoir passer par la case des investissements. 

Question subsidiaire : quelle attractivité de la desserte dans l'équilibre fréquence / temps de parcours ? Ce qui pose la question de la desserte urbaine de ce projet.

  • Quel matériel pour quelle desserte urbaine ?

Il faudra disposer d'un matériel de compromis entre les besoins d'une ligne de tramway très urbaine à fort trafic, y compris sur du cabotage de quelques stations, et un tram-train qui généralement comprend moins de portes, plus de places assises, et exporte des contraintes ferroviaires sur l'architecture du matériel, en particulier les bogies. Le Dualis de ce point de vue n'est pas une réussite, impliquant une qualité de maintenance de la voie habituellement resquise sur des lignes empruntées par des trains à 200 ou 220 km/h : bref pas vraiment la quotidien d'une ligne de desserte fine du territoire !

Conclusion provisoire : il faut une bonne dose d'audace pour oser se lancer dans l'aventure du tram-train...

Posté par ortferroviaire à 21:09 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,
24 mars 2019

Nice : début des essais de T2 dans le tunnel

Les premiers essais ont débuté dans le tunnel de la ligne T2 des tramways de Nice et la vitesse de 70 km/h a été soutenue. Durant un mois, la première partie de cet ouvrage traversant à 25 m de profondeur en moyenne le sous-sol niçois va être mis à l'essai pour une mise en service commerciale jusqu'à la station Jean Médecin prévue en juin. Ce n'est qu'à l'automne que la dernière section jusqu'au port sera ouverte au public, matérialisant la fin du projet. Si la section en voirie est alimentée par le Système de Recharge au Sol développé par Alstom, le tunnel est équipée d'une ligne aérienne 750 V, afin d'optimiser la recharge des batteries sur une section de plus de 3 km.

essais-nice-tunnel

 

Posté par ortferroviaire à 19:40 - - Commentaires [19] - Permalien [#]
Tags : ,
15 décembre 2018

L'aéroport de Nice desservi par le tramway

Deuxième phase de la deuxième ligne de tramway de Nice : l'antenne desservant l'aéroport de Nice Côte d'Azur a été mise en service ce matin. Elle de débranche à la station Grand Arénas et dessert les deux terminaux. Comme la première section de la ligne, elle est dépourvue de lignes aériennes, les rames étant alimentées par le système SRS rechargeant les batteries en station.

tramway-aeroport

Le tramway à l'aéroport : une connexion utile, qui ne fera pas forcément plaisir aux taxis, mais priorité aux transports collectifs. Si on ajoute la transformation de la gare voisine de Nice Saint Augustin, toutes les briques d'une nouvelle politique des transports s'affranchissant de la voiture s'assemblent progressivement. (cliché X)

Les lignes de bus 98 et 99 sont pour l'instant maintenues : ces services dédiés à la liaison aéroportuaire vers le centre et la gare de Nice seront supprimés quand la ligne T2 sera achevée, c'est à dire lors de la mise en service de la section souterraine jusqu'au vieux port. Pour l'instant, le tramway fait toujours terminus à la station Magnan en amont du tunnel. Il pénètrera dans le tunnel en juin prochain avec une troisième étape l'amenant à la station Jean Médecin, pour assurer la correspondance avec la ligne T1 et arrivera au port en septembre. A cette échéance, il faudra 26 minutes pour relier l'aéroport et le port de Nice, avec une fréquence soutenue de 6 à 8 minutes sur chaque branche (CADAM et Aéroport)

 

 

Posté par ortferroviaire à 14:20 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags : ,
02 juillet 2018

Nice inaugure sa deuxième ligne de tramways

Une des rares nouveautés de 2018

Assurément, l'ouverture de la deuxième ligne de tramway de Nice est la grande nouveauté des réseaux urbains français d'une année 2018 qui s'annonce assez maigre puisque nous n'aurons à nous mettre sous la dent que cette réalisation et le prolongement du T3 parisien vers la porte d'Asnières en fin d'année.

inauguration-T2-nice

Inauguration de la première section de la ligne T2 à Nice : un grand spectacle et des nouveautés technologiques. (cliché X)

Cette inauguration ne se démarque pas par la longueur de la section inaugurée, puisqu'il ne s'agit que d'une ouverture partielle sur 5 km et 13 stations, le reste de la ligne n'étant pas encore terminé ; ni par la nature des aménagements, dans la tradition classique de l'école française du tramway. Pour trouver de la vraie nouveauté, il faut se plonger dans la technique.

trace-ligne-2-tramway-nice

Le Citadis 405 s'offre une première, le SRS aussi

D'abord, c'est la première ligne exploitée par des Citadis nouvelle génération à bogies Ixège en version longue de 45 m : jusqu'à présent, seuls les Citadis Compact d'Aubagne utilisaient cet organe développé pour le tram-train Dualis. Longues de 44 m, elles sont au gabarit 2,65 m comme la ligne T1 et offrent 300 places. Elles disposent de 7 doubles portes, y compris aux extrémités, ce qui devrait notablement améliorer les échanges voyageurs puisque, sur les tramways français, l'accès aux stations s'effectue souvent par l'avant et l'arrière de la rame.

Ensuite, et surtout, c'est la première ligne dotée du Système de Recharge par le Sol développé par Alstom. Cette technologie est utilisée sur la section en voirie de la ligne T2, tandis que le tunnel sera équipé d'une ligne aérienne conventionnelle, ce qui permettra de recharger plus longuement les 68 batteries installées sur chacune des rames. De type métal-hydure et d'une puissance disponible de 200 kW, elles disposent d'une capacité de stockage de 13,5 kWh. Elles sont rechargées en 20 secondes pendant les arrêts en station, par un dispostif de captage au sol inspiré de l'APS déjà proposé par Alstom, par le biais du freinage à récupération et, quand le tunnel sera ouvert, par la section classiquement alimentée par ligne aérienne. La ligne T2 de Nice est une première technologique mondiale, dont il faudra suivre la fiabilité et surtout le modèle économique du système.

300618_T2californie_de-coster

Nice - Avenue de Californie - 30 juin 2018 - Elégante livrée pour le nouveau tramway de Nice dont on remarque évidemment l'absence de ligne aérienne. Le système SRS va devoir faire ses preuves dans le temps. © R. De Coster

Les prochaines étapes niçoises

La mise en service de la ligne T2 est très progressive car Alstom est en retard sur la production des rames. Pour l'instant, le service entre le Centre Administratif des Alpes-Maritimes (CADAM) et la station Magnan se limite à une rame toutes les 15 minutes, avec 4 rames. Fin juillet, l'arrivée d'une cinquième rame portera la cadence à 12 minutes et l'intervalle de 8 minutes sera atteint fin septembre. Il faudra ensuite tenir le rythme car la ligne T2 sera dotée d'une antenne entre la gare de Nice Saint Augustin et l'aéroport niçois, même s'il faudra encore attendre 6 mois pour que le tramway emprunte la première partie de la section souterraine jusqu'à la station Jean Médecin, en plein centre-ville et en correspondance avec la ligne T1. La ligne T2 atteindra son terminus du port en septembre 2019, atteignant son développement maximal de 11,3 km avec 19 stations dont 4 souterraines. Alstom livrera 19 rames pour la ligne T2 et 6 rames pour la ligne T3 dont la construction débute dans la plaine du Var avec l'objectif d'une mise en service complète en fin d'année 2019, échéance annoncée pour l'exploitation de la section Digue des français - Saint Isidore.

Dernière précision, le tramway T2 est gratuit tout au long de l'été.

Notre dossier sur les tramways de Nice est à relire... en attendant des images de cette nouvelle ligne : si vous en avez, vous pouvez nous les proposer à l'adresse suivante : ortf.ferroviaire@yahoo.fr.

Posté par ortferroviaire à 20:31 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
09 juin 2018

Nice : le nouveau tram se prépare

Baptisé Charles Ginésy, le nouveau centre de maintenance des lignes 2 et 3 du réseau de tramway de Nice a été inauguré le 4 juin dernier. Il porte le nom d'un ancien président du Conseil Général des Alpes-Maritime, réputé bâtisseur mais surtout connu pour ses grands travaux routiers.

A cette occasion, le calendrier de mise en service a été précisé : c'est donc bien le 30 juin prochain qu'ouvrira la première section aérienne de la ligne T2 entre le carrefour de Magnan et la plaine du Var, au CADAM. Ce sera d'ailleurs une des rares nouveautés de l'année 2018 en la matière, avec le prolongement du T3b à Paris.

Ensuite, T2 atteindra l'aéroport à la fin de cette année. Le port Lympia sera desservi à l'automne 2019, après l'achèvement des travaux du tunnel et, dans la foulée, le tramway atteindra le stade niçois de l'Allianz Riviera. Au total, 11,3 km avec 20 stations dont 4 souterraines formeront cette nouvelle ligne, comprenant un tronc commun du port à la gare Saint Augustin et deux antennes, vers l'aéroport et la plaine du Var. Coût du projet : 780 M€, soit plus de 330 M€ de dépassement par rapport au premier projet, qui ne prévoyait pas de section souterraine. Autre dépassement, celui du délai, puisque la mise en service était initialement envisagée en 2016.

trace-ligne-2-tramway-nice

Le tracé de cette ligne donna lieu à des tergiversations, y compris une éphémère proposition de transit par la Promenade des Anglais, ce qui, hormis l'effet d'image, n'avait aucun intérêt pour les niçois. Il faut bien admettre que ce tunnel procurera en principe une bonne vitesse commerciale et devrait faciliter les extensions à l'ouest : avec un temps de parcours de 26 minutes, la vitesse moyenne sera de 26 km/h, ce qui est très élevé pour un réseau urbain. Les prévisions de trafic tablent sur 140 000 voyageurs par jour à l'achèvement de la ligne T2

travaux-tunnel-nice

Le tunnelier a achevé sa mission et a été démonté en février 2018. L'équipement du tunnel se poursuit avant les essais et l'homologation de l'ouvrage. Le tramway atteindra le vieux port niçois dans 15 mois environ. (photo tramway de Nice)

Rappelons que la deuxième ligne niçoise innovera avec ces rames Alstom Citadis type 405 : ce sont les premières de la nouvelle génération sur bogies Ixège, et elles sont équipées d'un système de recharge en station pendant 20 secondes, lui permettant de s'affranchir d'une ligne aérienne sur la section en voirie : la section en tunnel sera pour sa part classiquement alimentée par fil aérien.

En revanche, la mise en exploitation le 30 juin s'annonce d'autant plus partielle que seules 5 rames seront disponibles sur les 8 contractuellement prévues : Alstom reconnait un retard de près de deux mois en raison de difficultés avec un fournisseur. Comme la ligne 2 est isolée de la ligne 1, et de surcroît alimentée uniquement par le SRS (Système de Recharge en Station), les premiers mois s'annoncent donc tendus...

A l'occasion de cette inauguration, deux nouvelles perspectives ont été tracées : le prolongement de la ligne 3 du stade au pont de La Manda à Carros, pour la connexion aux Chemins de fer de Provence d'une part, et la poursuite de la ligne 2 vers Saint Laurent du Var puis Cagnes sur mer.

En revanche, le prolongement de la ligne T1 vers le quartier de L'Ariane est remis en cause puisque la Métropole annonce le lancement d'un plan de conversion de plusieurs lignes de bus au BHNS, en commençant par cet axe. L'argument avancé est un délai de mise en oeuvre plus rapide. Et puis un moindre coût ?

Posté par ortferroviaire à 20:27 - - Commentaires [26] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,