09 mars 2017

50 ans de bus articulés en France

Le 9 mars 1967, les transports en commun lyonnais - c'était encore le temps des Omnibus et Tramways Lyonnais même si les derniers tramways avaient disparu 10 ans auparavant - mettaient en service les 12 premiers autobus articulés destinés au service de la ligne 7 Perrache - Cusset, la plus importante du réseau. Jusqu'alors, 48 trolleybus VA3-B2 assuraient le service tant bien que mal dans une circulation grandissante, conduisant à la formation de trains de trolleybus. Après la sortie d'un prototype en 1963, les usines Berliet avaient conçu sur la base de leur autobus PH100 le PH12/180 d'une capacité annoncée de 180 places. Dès l'arrivée d'une seconde tranche de 24 véhicules, la ligne 7 était complètement convertie à l'autobus articulé, rapidement surnommé "bétaillère" par les lyonnais.

Lyon - Cours Franklin Roosevelt - 1978 - La bétaillère sur son territoire, quelques semaines avant la mise en service du métro qui allait lui succéder. Basée sur le PH100 conçu dans les années 1950, elle avait été dotée de la calandre de l'autobus standard PCMU : pas une grande réussite esthétique. Mais le PH12/180 reste dans l'histoire comme le pionnier. © J.H. Manara

Les PH12/180 furent retirés du service en 1978, à la mise en service du métro lyonnais. La même année, de nouveaux autobus articulés étaient mis en service à Dijon : les O305G HLZ, sur châssis Mercedes et avec une caisse Heuliez. La France avait pris du retard par rapport aux autres constructeurs en Europe. Il fallut attendre 1981 pour que RVI décline le PR100 en PR180. Par la suite, chaque autobus standard français, à l'exception notable du R312, fut décliné en version articulée.

Cependant, avec l'ouverture du marché européen, les réseaux français se sont intéressés aux productions autres que celles de la lignée RVI (devenue Irisbus puis Iveco Bus). Van Hool, Mercedes, Man, Scania et Solaris ont réussi à placer leurs produits sur les réseaux français.

A l'occasion du 50ème anniversaire de la mise en exploitation du premier bus articulé français, transporturbain vous propose cette rétrospective illustrée sur l'évolution des ces véhicules de grande capacité et la diversification des parcs par la percée de plus en plus nette des constructeurs européens.


11 janvier 2017

Un livre sur les trolleybus français

Au début des années 1980, René Courant et Pascal Béjui publiaient, aux Presses et Editions Ferroviaires, un ouvrage intitulé Les trolleybus français, en trois volets : la technique, les véhicules, les réseaux. Désormais daté et assez généraliste, un nouvel ouvrage était devenu nécessaire. Georges Muller, qui fut entre autres le père technique du tramway de Strasbourg, s'y était attelé.

Les trolleybus français en France et dans le monde (1900-2016) constitue la somme de 40 années de recherche sur ce mode de transport et les réseaux qui l'ont connu. L'ouvrage a été terminé juste avant la disparition en décembre dernier de son auteur.

L’ouvrage paraîtra le 14 avril 2017. Il est en souscription jusqu’au 28 février 2017 au prix promotionnel de 50 € port compris, auprès de Maquetrén - Apartado de correos 35102 - E-28080 Madrid, ou par e-mail (pedidos@maquetren.net). Le prix de l’ouvrage passera ensuite à 55 €.

A mettre absolument dans vos bibliothèques !

Posté par ortferroviaire à 14:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
12 mars 2015

Du Citybus à l'Urbanway : 20 ans d'autobus à plancher bas français

C'était en 1995 : face à la chute des ventes du R312, Renault Véhicules Industriels adaptait le châssis de son autobus standard et confiait à son partenaire Heuliez Bus le soin de concevoir la caisse d'un autobus à plancher bas. Ainsi naissait le Citybus qui préfigurait l'Agora sorti un an plus tard, le temps que RVI achève la conception de son propre véhicule. Heuliez poursuivait sa production dans la gamme Access'Bus avec le GX317.

En deux décennies, l'autobus à plancher bas est passé d'un besoin spécifique à quelques lignes desservant des hôpitaux à une généralité sur l'ensemble des réseaux français. Après l'Agora fut le temps du Citélis et maintenant celui de l'Urbanway, tandis que l'Access'Bus d'Heuliez entame sa troisième génération. L'heure pour Transport Urbain de passer en revue 20 ans de production d'autobus à plancher bas en France dans son nouveau dossier.

A vos commentaires !

Posté par ortferroviaire à 17:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , , , , , , , ,
25 août 2013

Nancy lance son Stanway

En 2000, Nancy faisait la une de l'actualité avec son TVR, premier engin hybride capable de rouler guidé ou non, en électrique ou en Diesel. On sait ce qu'il en est advenu depuis et le réseau pâtit toujours des difficultés de fonctionnement de cet engin.

Hier 24 août a été mise en service la 2ème ligne du réseau TCSP de Nancy. Il s'agit d'un BHNS tout ce qu'il y a de plus conventionnel, exploité avec des Créalis Neo d'Irisbus fonctionnant au GNV, qui ont tout de même coûté la bagatelle de 630 000 € par véhicule (soit près de deux fois le prix d'un bus articulé classique). La ligne 2 relie le quartier Champ le Boeuf à Laxou et Laneuveville les Nancy, soit 13,5 km et 39 stations, avec une fréquence de 5 minutes en heure de pointe.

L'agglomération a longtemps tergiversé sur le type de matériel roulant et donc le contenu du projet de TCSP : dès lors que le TVR devenait hors jeu, l'idée de commander des trolleybus a été évoqué, mais sans réelle suite, d'autant plus que les résultats des Cristalis à Lyon, Saint Etienne et Limoges n'étaient pas à proprement parler des références... et qu'il était peu concevable de commander des véhicules à l'étranger. Dès lors, la solution du BHNS thermique s'est imposée, en dépit de l'important potentiel de la traction électrique, d'autant que Nancy dispose encore d'installations électriques, ne serait-ce que celles du TVR et de bifilaires inutilisées depuis l'abandon des trolleybus PER180H. Malgré leurs 330 ch, les Créalis Néo auront fort à faire dans la rampe du Haut du Lièvre... où passaient jusqu'à la fin des années 1990 les anciens trolleybus !

Posté par ortferroviaire à 14:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
15 février 2013

Bologne se sépare de ses Civis trolleybus

Le réseau de trolleybus de Bologne comprend quatre lignes avec un effectif total de 56 trolleybus, des MAN Bussotto et des Solaris Trollino. Il comprend deux lignes radiales et deux lignes circulaires (intérieur et extérieur) mais dont seul le circulaire intérieur est assuré effectivement en trolleybus (quoique les installations soient prêtes). En effet, il faudrait 80 véhicules pour exploiter l'intégralité du réseau.

Une commande de 49 trolleybus Civis articulés, évolution du Cristalis avec guidage optique et conduite centrale, avait été passée entre l'exploitant du réseau de Bologne et Irisbus. La livraison s'est déroulée de juin 2008 à avril 2010.Elle devait permettre le remplacement des séries anciennes.

Suite à de longues procédures techniques et juridiques mettant en cause la conception du véhicule et les termes du contrat entre les deux parties, un accord a finalement été trouvé. Irisbus produira 49 trolleybus sur la base du Créalis Neo, le produit BHNS du constructeur, qui repose sur l'autobus Citélis, lequel découle de l'Agora... lui-même évolution du R312 conçu au début des années 1980.

Que deviendront les 49 Civis ? Puisque le Créalis Neo peut être développé en version trolleybus, d'autres réseaux ne seraient-ils pas intéressés ?

Posté par ortferroviaire à 16:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
12 février 2013

Nancy appelle tram ses bus

Le 24 août 2013, l'agglomération de Nancy mettra en service une deuxième ligne de transport en site propre qui complètera la première ligne exploitée avec le tristement célèbre TVR. Baptisé Stanway, cette ligne de bus à haut niveau de service est présentée par les élus nancéiens comme un tramway. Longue de  13,5 km, la ligne relie Laneuville à Malzéville, sera en site propre sur 60% du trajet et devrait transporter 16 000 voyageurs par jour.

L'agglomération s'est dotée de 24 autobus Créalis Neo acquis auprès d'Irisbus à 650 000 euros pièce pour une capacité de 120 places, soit 5417 € la place, pour un matériel dont la durée de vie est de 15 ans. Comparativement aux tramways - aux vrais s'entend - dont la durée de vie est de 40 ans (soit 2,67 fois plus longue que le BHNS), le coût de la place offerte avec un tel matériel atteint 2,67 x 5417 soit 14445 € sur 40 ans. Or avec un tramway à 2 M€ pour 220 places, le coût à la place n'atteint que 9090 €.

Certes, il y a les infrastructures mais dont la durée d'amortissement est également d'une durée de l'ordre de 40 ans...

Toujours est-il qu'avec 16 000 voyageurs par jour, le tramway n'est pas justifiable socio-économiquement parlant, mais cela fait mieux en termes de communication auprès du grand public qui depuis 13 ans avale les couleuvres du TVR !

Posté par ortferroviaire à 16:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,