22 juin 2020

Nantes : de nouveaux tramways signés Alstom

Ce n'est pas franchement une surprise, mais avec un petit côté symbolique : on serait tenté de dire qu'il s'agit d'un retour aux sources. Après avoir diversifié ses fournisseurs, d'abord avec Bombardier (à l'époque, encore ADTranz) puis avec CAF, les tramways nantais renouent avec Alstom. Le marché destiné à préparer le renouvellement des TFS de première génération et couvrir les développements annoncés du réseau a donc été attribué au Citadis. Il comprend 76 rames, au gabarit de 2,40 m mais avec une longueur inédite : 48 m. La tranche ferme devrait comprendre 46 rames.

exterieur-citadis-nantes

Allure assez futuriste pour le Citadis nantais, qui n'est pas sous certains aspects sans rappeler la version tourangelle. Cependant, encore une fois, une allure sombre risque de se dégager du matériel. C'est assez regrettable pour l'image du transport public, qui n'est pas qu'un objet de designer et doit aussi véhiculer une image positive. Tant de gris procure un sentiment d'austérité... et un certain manque d'imagination... (document Alstom)

nouveaux-tram-nantes

Observez les différences entre ces deux images de synthèse pour découvrir les différences entre la première visualisation (de juin) et celle de décembre (actualisation de cet article le 12 janvier 2021), en particulier disparition du bogie entre les 2 portes avant. Le nouveau Citadis nantais reprend l'architecture du type 405 développé pour Strasbourg. Confirmation sur ce film... (document Nantes Métropole)

interieur-citadis-nantes

Encore du gris à l'intérieur, certes marié avec du blanc et des revêtements façon bois, qui donne une ambiance pour le coup un peu plus chaleureuse et cosy. Reste à apprécier le confort des assises... (document Alstom)

Leur arrivée sera accompagnée de la construction d'un nouveau site de maintenance à La Babinière, en lien avec le projet de jonction entre les lignes 1 et 2 au nord de l'agglomération.

On en profite aussi pour souligner que la transformation de la gare de Nantes va bon train et que le parvis devant l'entée Nord a été débarrassée de toute circulation automobile. Le jardin botanique situé face à la gare devient donc la salle d'attente la plus agréable de France (surtout quand il fait beau).

En revanche, le nouveau mobilier de la station de tramway, si esthétique soit-il, peine à être qualifié d'abri...

190620_1gare

Nantes - Boulevard de Stalingrad - 19 juin 2020 - Le TFS nantaise connaît donc désormais leur successeur, qui devrait arriver d'ici 12 à 18 mois pour les premiers essais. Le nouveau mobilier ne doit en effet pas abriter grand-monde en cas de pluie, que ce soit ceux qui attendent le tram ou ceux qui le quittent. L'esthétique a primé sur l'usage. Dommage ! © transporturbain


 

MISE A JOUR - 12.02.2021

Les nouvelles rames nantaises reprendront l'architecture strasbourgeoise avec un premier bogie placé sous le poste de conduite, ce qui doit se traduire par une augmentation de la longueur du premier module pour arriver à la longueur requise.

Posté par ortferroviaire à 21:00 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

03 mars 2020

Grenoble vers un nouveau marché de tramways

Il en était question lors de l'inauguration du petit prolongement de la ligne A à Pont de Claix pendant les fêtes de fin d'année : le Syndicat Mixte des Mobilités de l'Agglomération Grenobloise (nouvelle appellation du SMTC) devrait lancer un appel d'offres pour la fourniture de 20 rames de tramway de 300 places, qui viendront remplacer 15 TFS, parmi celles n'ayant pas été rénovées, c'est à dire les 15 dernières unités livrées. Le surcroît de 5 rames est la conséquence du projet de réorganisation du réseau avec la création de nouvelles liaisons directes par l'utilisation ou la création de raccordements entre les lignes existantes.

291218_Afelix-poulat3

Grenoble - Rue Félix Poulat - 29 décembre 2018 - La motrice 2050 sur la ligne A : la dernière tranche de TFS devrait être la première à partir avec la commande de nouvelles rames de grande capacité. © ortferroviaire

Posté par ortferroviaire à 10:37 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
01 novembre 2019

Les tramways bruxellois

Chose promise, chose due... même un peu tard !

050519_150ans-984place-royale1

Bruxelles - Place Royale - 5 mai 2019 - Grâce au MTUB, remonter le temps dans les tramways est possible... surtout lors de grandes festivités, en particulier quand leur objet principal n'est autre que lui-même, comme ici pour leurs 150 ans. La motrice n°984 des Tramways Bruxellois fait partie de cette collection complète. © transporturbain

280712_3de-brouckere1

Bruxelles - Station De Brouckère - 28 juillet 2012 - Les 4000 constituent le matériel le plus récent du réseau et une grande réussite technique proposant un très bon niveau de confort aux voyageurs. Elles vont être délogées du tunnel Nord-Midi-Albert qui sera converti en métro à grand gabarit. © transporturbain

En mai dernier, Bruxelles a célébré les 150 ans de son réseau de tramways : transporturbain prolonge cet anniversaire avec un grand dossier consacré à leur histoire, particulièrement riche et souvent complexe. Celui dont on disait jusqu'au début des années 1950 qu'il était présent dans toutes les rues de Bruxelles n'a pas échappé aux conséquences de la mode automobile. Maintes fois restructuré avec des coupes très sévères, l'actuel réseau, bien que l'un des plus importants en Europe, n'est que l'ombre de ce qu'il fut. Naturellement, le métro est passé par là et c'est heureux : l'évolution progressive du tramway au métro est une spécialité locale qui mérite qu'on s'y attarde. D'autres mouvements de contraction ont impacté la consistance du réseau au profit des autobus, mais la tendance depuis le début des années 2000 est plutôt aux extensions. Certes, elles sont modestes car l'organisation administrative de Bruxelles ne simplifie pas les procédures. Elle n'est pas la capitale du surréalisme pour rien !

Au travers de 4 chapitres, auxquels s'ajoute l'histoire du métro, transporturbain vous fait remonter dans ce temps où Bruxelles bruxelait dans ces nouvelles pages...

07 janvier 2010

25 ans de tramway moderne en France

Il y a 25 ans, le 7 janvier 1985, le tramway de Nantes entrait en service, après huit années marquées d'abord par des études, puis des débats, des travaux, des remises en cause... et finalement l'aboutissement in extremis d'un projet dont on ne pouvait réellement imaginer qu'il donnerait lieu à la véritable renaissanced'un mode de transport banni.

01660

Nantes - Place du Commerce - 4 août 1984 - Un jour historique : la présentation du premier tramway français moderne, la première motrice TFS nantaise avec sa livrée prototype. Les chantiers sont en cours mais la foule de tous âges se presse voir l'objet qui a défrayé la chronique et alimenté les débats des élections municipales de 1983 ! Depuis, le tramway est entré dans le paysage de près de 30 villes françaises. © Th. Assa

C'est sous la neige que le tramway de Nantes faisait ses débuts alors que la circulation automobile était quelque peu difficile. La première journée du service commercial consacrait des années de travail et de négociations : apparu lors de la campagne des élections municipales de 1977, l'idée du tramway - on disait métro léger à l'époque - tranchait singulièrement alors que Marseille avait mis en service son métro, que Lyon allait couper le ruban du sien et que Lille se lançait dans l'aventure du VAL.

Pourtant, dès 1958, Saint-Etienne avait modernisé son unique ligne survivante, avec l'arrivée des motrices PCC. Marseille faisait de même 11 ans plus tard et Lille récupérait du matériel de seconde main en Allemagne pour le Mongy. Mais ces investissements demeuraient encore anecdotiques dans une période sombre pour les transports urbains. Le choc pétrolier avait suscité une prise de conscience et le concours lancé par le Sécrétaire d'Etat aux Transports, Marcel Cavaillé, avait poussé les techniciens à explorer le sujet d'un nouveau matériel ferroviaire léger.

Nantes et GEC Alsthom avec son TFS partaient à l'aventure et allaient rapidement affronter l'hostilité d'une partie de la population qui avait encore en mémoire les anciens tramways jaune. La peur du "péril jaune' était tenace. Les travaux, bien engagés au moment des élections municipales de 1983 n'ont - heureusement - pas rendu possible la promesse de campagne du nouveau maire qui voulait - rien de moins - abandonner un projet déjà réalisé à plus de la moitié.

Sans inauguration festive, le tramway de Nantes s'est finalement imposé, et la première ligne tracée sur de larges avenues et utilisant une emprise ferroviaire sous-utilisée, a rapidement attiré les regards des spécialistes.

La suite est connue : Grenoble, Paris, Rouen, Strasbourg, Montpellier, Orléans, Lyon, Bordeaux, Valenciennes, Mulhouse, Le Mans, Marseille, Mulhouse... et la liste va encore s'allonger avec Dijon, Brest, Le Havre, Tours, Toulouse, Lens, Béthune, Besançon...

Nos dossiers sur les tramways de France et sur un siècle d'évolution du tramway klk

Posté par ortferroviaire à 14:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,