Les recherches actuelles sur l’optimisation du coût de la construction de nouvelles lignes et rames de tramway, mais aussi sur les méthodes de captation de l’énergie incitent à observer un siècle d’évolution du tramway, alors que la question de la mobilité dans les agglomérations, y compris leurs couronnes périurbaines, met de plus en plus en évidence la faillite économique, écologique et sociétale d’une mobilité très majoritairement fondée sur l’automobile.

L’école française du tramway a redonné ses lettres de noblesse à un mode de transport délaissé et démantelé du fait d’un lobbying industriel qui avait réussi à emporter dès les années 1930 le plus important réseau mondial de tramway. La France n’était pas seule à subir cette poussée de l’industrie automobile : le Royaume-Uni, les Etats-Unis, pour ne citer que ces deux exemples, connurent aussi un puissant mouvement de démantèlement des tramways.

Ce dossier de transporturbain consacré à 100 ans d’évolution du tramway donne l’occasion d’évoquer comment la technique s’est mise au service des besoins de villes de plus en plus vastes et de plus en plus peuplées. Il s’appuie notamment sur l’étude de Patrice Malterre Du tramway au métro léger parue dans la revue de la FACS au début des années 1980 et l’ouvrage anglais The Development of the modern tramway de Brian Patton.

Il comprend 5 chapitres :