Le constructeur belge né en 1948 a depuis les années 1980 une petite activité de production de trolleybus basée dans un premier temps sur une adaptation des autobus à moteur thermique. Au fil du temps, les produits proposés ont assez nettement progressé et le modèle actuel Exquicity a rencontré un succès modeste dans un marché cependant bien faible en Europe de l’Ouest.

Un premier véhicule pour Gand

Elle avait commencé avec l’AG280T, qui a circulé sur le réseau de Gand : l’appel d’offres avait été lancé en 1982, le trolleybus étant l’un des modes de transport « innovants » destinés à promouvoir les productions belges. L’AG280T a circulé en service commercial à Gand à 20 exemplaires sur la ligne 3 de mars 1989 à décembre 2008, avant d’être remplacé par des autobus, dans une ville qui a servi de laboratoire, mais qui n’a jamais vraiment apprécié ce mode de transport.

280308_3korenmarkt4

Gand - Korenmarkt - 28 mars 2008 - La ligne 3 fut l'unique ligne de trolleybus de Gand dont les véhicules ont été entretenus a minima sur la fin. Le projet de conversion en tramway n'a toujours pas été concrétisé mais a servi de prétexte à l'élimination de la traction électrique. © transporturbain

Les AG280T étaient munis d’un moteur électrique fourni par les Ateliers de Constructions Electriques de Charleroi, développant une puissance de 177 kW. Un moteur thermique en secours d’une puissance de 57 kW avait été installé, fournissant une puissance limitée sous 375 V contre 600 V sur le réseau de bifilaires, avec une vitesse maximale plafonnée à 40 km/h.

Longs de 17,95 m, ces trolleybus étaient accessibles moyennant le franchissement de 2 marches et disposaient de 4 portes.

Les AG300 T

Par la suite, la gamme à plancher bas a également été déclinée en trolleybus en fonction des demandes des clients en Italie, aux Pays-Bas (à Arhem) et sur la ligne interurbaine suisse entre Vevey et Montreux sur base AG300, donnant naissance à l’AG300T.

L’équipement électrique de ces véhicules est fourni par Kiepe : Van Hool procède évidemment à l’assemblage de la caisse et du châssis et à l’intégration de la partie électrique. Avec le développement des trolleybus avec autonomie par moteur thermique, Van Hool a également piloté l’achat de ces moteurs d’appoint.

100107_AG330Tmontreux

Montreux - Grand'rue - 10 janvier 2007 - L'unique ligne réellement interurbaine du Vevey-Montreux-Chillon-Villeneuve est fidèle à Van Hool. Après les AG300T, des Exqui.city ont été livrés. Le cliché est pris à hauteur de la gare. © transporturbain

170515_4franz-rehrl-platz

Salzburg - Franz Rehrl platz - 17 mai 2015 - Grande diversité du parc de trolleybus à Salzburg où Van Hool avait aussi placé des AG300T. Circulant sur la ligne 4, le trolleybsus n°274 vient de franchir la Salzach. © transporturbain

La version New A300 / A330 avait également été déclinée en trolleybus pour les mêmes raisons, Ces véhicules de 12 et 18 m offrent comme les autobus une capacité moyenne de 65 et 110 places, variant selon la configuration d’aménagement. Ces trolleybus circulent en particulier sur 4 réseaux italiens, totalisant 73 exemplaires :

  • Gênes : 17 articulés AG300 T ;
  • Milan : 30 articulés AG300 T ;
  • Lecce : 12 standards A330T ;
  • Cagliari : 14 standards A330T.

200615_92piceno

Milan - Via Piceno - 20 juin 2015 - Changement de génération avec une évolution en douceur : les AG330T milanais ont une fiabilité bien supérieure aux Cristalis qui ont plutôt tendance à rester au dépôt. L'équipement électrique Kiepe est très performant. © transporturbain

La production comprend 2 modèles, standard (A330T) et articulé (AG330T) avec une motorisation respectivement de 180 et 360 kW. L'autonomie peut être fournie soit par un petit moteur thermique ou par des batteries. Les perches peuvent être munies de rattrape-trolleys classiques ou alors le véhicule est livré avec canne téléscopique isolée pour la remise des perches aux fils hors entonnoirs.

De notre expérience milanaise, les AG330T sont des trolleybus certes assez conventionnels (des « bus à perches ») mais franchement réussis : la motorisation est discrète (depuis le Cristalis, il n’est pas inutile de le préciser) et nerveuse, voire parfois un peu trop même, à moins que les conducteurs de l’ATM aient le pied un peu trop lourd au démarrage sur l’accélérateur, ce qui est le cas sur des lignes au service très intensif.

Exquicity : une version trolleybus aussi

La nouvelle gamme Exquicity cible à la fois les besoins de type BHNS, comme on peut le voir à Metz, Pau et à Fort de France, et le marché des trolleybus, en particulier pour les réseaux d’Italie et de Suisse. Elle a été présentée en 2011 et de décline en 2 versions de longueur : 18,6 et 23,8 mètres. Leur allure est assez particulière, avec une symétrie presque parfaite, la face arrière étant constituée des mêmes composants que la face avant, tant pour la version de base que pour la version BHNS. L'aménagement intérieur peut favoriser soit les grands flux (28 places assises, y compris en version bi-articulée) soit la capacité assise (44 places en version articulée, 61 en version bi-articulée), avec 4 portes dans les 2 cas.

Plusieurs motorisations sont proposées : électrique par batteries ou avec des perches ; hybride Diesel ou au GNV et enfin à hydrogène. La version électrique peut être équipée de 2 moteurs de 160 ou 180 kW. L'autonomie est fournie par des batteries avec une puissance de 80 kW

En 2020, la version trolleybus a déjà été vendue à 111 exemplaires répartis dans 5 villes de Suisse et d’Italie :

  • Parme : 10 articulés ;
  • Genève : 33 articulés pour la première commande et 23 pour la seconde ;
  • Linz  : 20 bi-articulés ;
  • Rimini : 9 articulés ;
  • Montreux : 16 articulés.

260514_5garibaldi_apedretti

Parma - Piazza Garibaldi - 26 mai 2014 - Certains diront que la livrée pourrait inspirer les transports en commun lyonnais : cette ville d'Italie a été la première à commander la nouvelle génération de trolleybus Van Hool Exquicity caractérisée par une configuration atypique, permettant d'isoler le conducteur de l'espace voyageurs. © A. Pedretti

211219_19pont-jonction1

Genève - Pont de la Jonction - 21 décembre 2019 - Pour l'instant, le plus gros client de Van Hool pour sa nouvelle génération de trolleybus est le réseau genevois. Les TPG sont revenus à l'orange, dans une découpe plus dynamique que dans les années 1970-1980. © transporturbain

060118_46linz-ziegeleistrasse_tfischbacher

Linz - Ziegeleistrasse - 6 janvier 2018 - L'autre réseau de trolleybus en Autriche, c'est Linz. Au moins 4 lignes sont exploitées avec des Exquicity bi-articulés en configuration classique. © T. Fischbacher

D’autres commandes en Italie, notamment à Gênes, devraient suivre.

De notre expérience genevoise, ces nouveaux véhicules sont agréables, avec en particulier une bonne luminosité à bord, même en partie arrière, grâce à la disposition de la motorisation sous la ceinture de caisse. La chaîne de traction est fournie par Kiepe avec un moteur Traktionssysteme Austria (anciennement Brown-Boveri Autriche). L’équipement d’autonomie est situé dans la caisse avant sous les sièges, emplacement destiné au moteur thermique dans les autres versions.

020317_METTISgare1

Metz - Place de la gare - 2 mars 2017 - Ce BHNS n'est pas électrique mais hybride. La configuration intérieure de l'Exquicity en version 24 mètres est assez réussie, l'espace de la motorisation étant assez compact. © transporturbain

Un candidat de plus en plus sérieux

En Europe, quand on parle de trolleybus, on pense évidemment d’abord au Swisstrolley de Hess, surtout si on a un penchant naturel pour les réseaux de Suisse… mais Solaris se taille une place de choix avec son Trollino du fait de ses positions dans la partie centrale du continent, où le trolleybus est encore assez présent. Van Hool, dont la part de marché était tout de même très modeste, et assez concentrée en Italie, semble avec sa nouvelle plateforme pouvoir prétendre à de nouvelles conquêtes si le trolleybus sortait un peu de son anonymat… même si sur le plan commercial, Van Hool mise sur la diversité des motorisations possibles, à commencer par la version hydrogène très médiatique, pour capter de nouvelles parts de marché.