Hong Kong est sous un régime administratif spécial. Son économie orientée vers le tertiaire en fait la troisième place financière du Monde. Le port de Hong Kong est le cinquième du Monde en termes de tonnage cargo. Son commerce est principalement tourné vers l’extérieur.

Géographiquement, Hong Kong couvre un territoire de 1 104 km² comprenant l’île de Hong Kong proprement dite, Kowloon sur le continent et les Nouveaux Territoires à la fois sur le continent au nord de Kowloon et sur des îles situées dans la baie telles Lantau, Lamma, Po Toi pour les plus importantes.

Hong_Kong_districts_map

Les différents territoires de Hong Kong. (© Wikipedia.org)

L’ensemble abrite près de 7,5 millions d’habitants répartis d’une façon inégale dont la plus forte concentration se trouve sur la face nord de l’île de Hong Kong (Hong Kong ville), à Kowloon même et dans une moindre mesure, au nord de Kowloon, dans les Nouveaux Territoires (continentaux). Les autres parties de cet ensemble présentent parfois des zones peu habitées voire de somptueux paysages presque vierges ou encore des villes balnéaires plus ou moins denses.

Sans-titre-1

Carte des densités des territoires de Hong Kong. (© Wikimedia.org)

Cette organisation territoriale, conséquence de l’histoire et de la géographie, donne à l’ensemble un visage particulier qui influe directement sur l’organisation des transports urbains. La très forte densité du nord de l’île principale et de Kowloon allant de 10 000 à plus de 40 000 habitants au kilomètre carré, a naturellement provoqué la mise en place d’un réseau très serré de bateaux, de tramways, de Métro et d’autobus. A l’inverse, les endroits moins peuplés représentant plus des deux tiers de la surface, sont desservis par un nombre de lignes plus réduits mais souvent avec une forte fréquence afin de les relier aux zones denses.

La ville de Hong Kong en tant que telle est étalée en un long ruban étroit sur la face septentrionale de l’île éponyme, adossée à une chaine montagneuse centrale. La façade méridionale de l’île est complètement différente avec une succession de petites villes et de villages.

Depuis sa rétrocession à la Chine, Hong Kong fait face à une pression contradictoire de Pékin qui tend progressivement à renforcer les contrôles, le régime chinois admettant difficilement les tendances démocratiques de Hong Kong. On sait que les tensions très fortes de ces derniers mois ont provoqué des manifestations violentes, Pékin agissant en renforçant sa mainmise sur le contrôle politique local.

Le visiteur ressortissant d’un des pays de l’UE peut se rendre librement à Hong Kong dès lors qu’il présente un passeport. A l’inverse, il ne pourra accéder à la Chine continentale voisine qui impose un visa.

01---230764

Hong Kong – Johnston Road – 18 mars 2019 – Image typique de l’ambiance contemporaine de Hong Kong. Agitation permanente et transports sont les deux phénomènes visuels majeurs de la cité. (© Thierry ASSA)

Eléments historiques

Lors de la prise progressive de possession de Hong Kong par les Britanniques à partir de 1841, l’île comptait environ 6 000 habitants. La démographie ira croissant avec 280 000 habitants en 1900, 750 000 en 1945 et passera le cap des 4 000 000 d’habitants en 1971.

Cette situation poussa les autorités à proposer de développer les transports terrestres et le premier projet de tramway fut élaboré dès 1881. Vingt ans se passeront avant que la ligne de tramway soit inaugurée le 30 juillet 1904 entre Kennedy Town à l’ouest de l’île de Hong Kong et Causeway Bay au centre, près des installations portuaires. La ligne sera prolongée dans les années suivantes vers Shau Kei Wan, à l’est de l’île.

02---1912---121506264_o

Hong Kong – Queen’s Road East – 1912-1913 – A gauche, une des motrices sans impériale de 1904. A droite, une motrice à impériale de la première série de 1912 (carte postale)

En 1905, l’exploitation était assurée par 16 motrices ouvertes et 20 motrices mixtes, sans impériale. Les premières voitures à impériales apparurent en 1912 qui devinrent l’emblème de la ligne, plusieurs séries se succédant jusqu’à nos jours. A partir de 1964, l’exploitant mit en service plusieurs séries de remorques sans impériale pour augmenter la capacité de transports. Celles-ci disparurent définitivement en 1982.

03---Pa-Stcrp-00175

Hong Kong – Queen’s Road – vers 1920 – Motrice à impériale de la série de 1918-1920. Il est parfaitement impossible de reconnaître les lieux de nos jours. (carte postale)

04---1918_tram

Hong Kong – Johnston Road ( ?) – vers 1920 – Motrice à imériale de 1912. Autour de 1918, une toiture a été ajoutée à l’impériale. A l’époque, Johnston Road donnait directement sur la baie. L’urbanisation a pris sur l’eau depuis lors, il y a ici une rue très dense. (Cliché X)

A partir des années 1920, le développement urbain tant à Hong Kong qu’à Kowloon fit apparaître de nouveaux besoins. Un projet de tramways à Kowloon fut conçu mais sans suite. A la même période, les premiers autobus firent leur entrée en scène avec la China Motor Bus et la Kowloon Motor bus. Le réseau routier ne cessa alors d’être développé afin de couvrir tous les quartiers ou sites en cours d’urbanisation ainsi que les villages.

05---1930s-Leyland-Lion-HK

Honk Kong – Vers 1930 – Un des Leyland Lion’s bus de la China Motor Bus C°. (Transpress Nz)

06---Hong-Kong_0_1936---Methodist-church

Hong Kong – Vers 1936 – Hennessy Road – Passage d’une motrice à impériale de la série de 1925 devant l’Eglise Méthodiste. L’endroit existe toujours, l’église aussi mais dans un environnement architecturalement totalement différent. (Cliché X)

On notera également la célèbre Star Ferry, créée en 1888, élément majeur des transports locaux qui permet de relier Hong Kong à Kowloon depuis ses origines, ainsi qu’un réseau Métro mis en service dès 1979.

07---YauMaTeiMarket&Bus12-1950s

Hong Kong – Vers 1955 – Yau Ma Tei – Autobus Leyland de la Kowloon Motor Bus. La tradition britannique des autobus à impériale est maintenue depuis près d’un siècle. (Cliché X)

08---Pa-Stcrp-00176

Hong Kong – Vers 1975 – Le centre de Hong Kong dans les années 70. Une sorte d’anarchie urbaine pour lo’eil européen. La ville a poussé en hauteur et a encor changé depuis lors. Les tramways assurent l’essentiel du trafic central. A gauche, une remorque derrière une motrice à impériale. (carte postale)

Depuis le 14 septembre 1988, Tuen Mun importante ville sur le continent, à l’ouest de Kowloon, dispose d’un réseau de tramways original qui a marqué le retour de ce mode de transport en Asie.

Ce portrait des transports en commun de Hong Kong comprend 5 chapitres :

En guise de conclusion

Pour nous être rendu à trois reprises à Hong Kong, plusieurs impressions s’imposent à l’observateur des transports urbains :

  • la multiplicité des modes de transports, si elle peut être déroutant en première approche, offre une réelle efficacité, chaque mode de transport étant adapté aux types de dessertes qui sont d’une grande variété ;
  • à Hong Kong ville, la présence de la ligne de tramways, telle la colonne vertébrale du réseau, est un phénomène très structurant. La ligne est d’une importance capitale pour la desserte fine et le cabotage de surface en dépit de la présence de la ligne de Métro lourd qui la double ;
  • les tramways de Tuen Mun sont un remarquable exemple de qui a été mis en place très tôt au moment du renouveau des tramways dans le Monde. C’est une réalisation parfaitement adaptée à un tissu urbain ayant rapidement grandi au sein de grands ensembles d’immeubles à forte densité d’habitations ;
  • le Métro fait officie à la fois de réseau proprement urbain et de réseau périurbain. La structure géographique de l’ensemble du territoire de Hong Kong a nécessité une intégration parfois difficile, en viaduc ou en tunnel. La réalisation plus que nécessaire dans cet environnement très dense avec des mouvements de déplacements extrêmement rapides et importants, a donné à Hong Kong un réseau moderne d’une grande efficacité qui irrigue jusqu’à la frontière continentale chinoise.
  • les autobus forment l’essentiel des dessertes où que l’on soit. On ne niera point dans ce cas, que leur souplesse d’adaptation est un atout majeur pour desservir – ne soyons pas pusillanime – tout ! Il est un élément vital pour les villages et bourgs des villes des îles, permettant de rallier les embarcadères, ports, stations de Métro ou plus classiquement, pour se déplacer d’un endroit à un autre dans un environnement très changeant depuis les zones urbaines denses jusqu’aux montagnes.
  • les autres moyens de transport, bateaux, funiculaire et escalier mécanique, complètent l’ensemble. Ils sont incontournables et même si le Peak Tramway a une vocation devenue touristique, il n’en reste pas moins nécessaire pour desservir certains quartiers résidentiels des hauteurs.

Si la tarification à l’unité, le manque de plan et la complexité réelle des réseaux peuvent être déroutants pour le visiteur – mais le touriste loge souvent à Hong Kong Ville, donc utilise le tram – il n’en reste pas moins qu’avec un peu de patience, il est possible d’assimiler les principes généraux de l’ensemble et les déplacements sont très simples.

C’est un ensemble atypique dans un des plus endroits du Monde tant Hong Kong est d’une richesse de vie et de culture incontestable. La beauté des lieux, des îles, la vision fascinante de la Baie de Hong Kong fait de ce point central de notre planète un endroit incontournable. Et le réseau des transports urbains l’est tout autant pour tout découvrir !

32---230668

Hong Kong – Des Vœux Road Central – 16 mars 2019 – La nuit de Hong Kong a quelque chose de fascinant tant la ville ne dort jamais. Les tramways et autobus assurent tardivement des services fréquents et attractifs, participant pleinement à l’animation de la grande cité d’Asie. (© Thierry ASSA)