19 juillet 2017

Métros et tramways de Toulouse

Ils manquaient à notre liste depuis trop longtemps. Ils sont désormais disponibles : transporturbain vous propose ses dossiers sur les tramways et le métro de Toulouse, alors que le premier réseau ferré a disparu voici 60 ans, et au moment où la métropole définit le tracé de sa troisième ligne de métro. 

Ces deux modes de transport sont étroitement liés à Toulouse puisque le tramway est réapparu en 2008 dans les débats en négatif de la politique précédente, qui durant plus de 20 ans, avait privilégié le métro avec la construction de deux lignes, et a été mis en sommeil en 2014 par le retour sur la place publique du métro et l'actuel projet de troisième ligne.

Il n'en demeure pas moins que le retard de l'offre de transports en commun à Toulouse est important comparé au développement de cette métropole, à l'urbanisation mal maîtrisée et une organisation politique complexe, faite de rivalités de territoires et de personnes. La troisième ligne de métro en projet s'inspire des principes directeurs du Grand Paris Express, appliqué au tissu économique toulousain, fortement lié à l'industrie aéronautique : c'est le métro pour relier les différents sites d'Airbus et de l'Aérospatiale. Mais sera-t-il suffisant ?

 

Posté par ortferroviaire à 11:40 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : ,

07 juillet 2017

Toulouse présente sa 3ème ligne de métro

Le comité syndical de Tisséo-Collectivités, l'ancien SMTC toulousain, a officialisé le 5 juillet le tracé de la troisième ligne de métro longue de 27 km, entre les gares de Colomiers et de Labège, baptisée Toulouse Aerospace Express. Le coût total du projet est évalué à 2,33 MM€.

IMAGE_TISSEO_TRACE_03

Cette nouvelle ligne, c'est un peu le Grand Paris Express transposé à Toulouse. D'abord par le tracé, qui contourne le centre de l'agglomération. Ensuite par le choix du tracé desservant les 3 sites d'emplois du groupe Airbus, la future cité des affaires à proximité de la gare Matabiau, et le "quartier européen de l'innovation" de Montaudran et Labège. D'après Tisseo, un emploi sur deux de la métropole serait desservi par ce métro.

Ce métro sera connecté au réseau ferroviaire : sur les 20 stations, 5 desserviront des gares : Colomiers et Labège évidemment, Matabiau au coeur de la ligne, mais aussi les stations de La Vache - Route de Launaguet et de Montaudran.

Tisso envisage des rames de 40 à 45 m, circulant sur une infrastructure en souterrain sur 60% du parcours et  une fréquentation de 200 000 voyageurs par jour à la mise en service, envisagée dès 2024, "en même temps que la LGV Bordeaux - Toulouse" s'empresse de rappeler le maire de Toulouse...

Le nouveau métro ne desservira pas l'aéroport, ce qui crée surprise et mécontentement, notamment de la part de la direction de l'aéroport. Tisseo annonce un "people moover" sur les infrastructures de la ligne T2 du tramway. Comprendre une navette de tramway entre la future station Jean Maga du métro et le terminal. Il faudra construire une station de plus sur le tramway pour assurer la correspondance.

Nul doute qu'il y aura une forte compétition du monde ferroviaire pour fournir les automatismes et le matériel roulant de cette nouvelle ligne qui, si elle semble d'inscrire dans un renforcement des transports en commun sur un territoire saturé et dont la croissance démographique reste soutenu, va tout de même consommer une grande partie des moyens mobilisables. D'ailleurs pour l'instant, les élus toulousains n'évoquent pas le financement : un point qui, en général, crée quelques discussions animées dans la ville rose...

Posté par JJ_Socrate à 11:30 - - Commentaires [22] - Permalien [#]
Tags : ,
31 mars 2017

Toulouse : début des travaux de capacité sur la ligne A

Avec 210 000 voyageurs par jour, la ligne A du métro de Toulouse est saturée car les petites rames VAL206 et VAL208, même avec une cadence à la minute, n'arrivent plus à absorber le flux. Or les prévisions de trafic tablent sur 285 000 voyageurs par jour en 2025 dans une métropole à la démographie galopante et au passage toujours aussi consommatrice d'espace.

Après avoir obtenu la déclaration d'utilité publique le 23 mars dernier, Tisseo peut engager les travaux de modification des infrastructures de cette ligne pour l'exploiter avec des formations doubles de 52 m de long. Le coût de l'opération est estimé à 180 M€ dont 61 pour le génie civil et 66 pour le système d'exploitation. Il faudra notamment allonger 4 stations qui n'avaient pas été prédisposées, équiper les demi-quais non utilisés sur les autres, modifier les façades de quais et les automatismes. Voir le site dédié au projet.

Les chantiers se dérouleront sur 3 étés durant lesquels la ligne A sera fermée durant 35 jours en 2017, 2018 et 2019. Le réseau de bus sera modifié avec la création de lignes temporaires pour compenser l'absence du métro. Mais elles ne pourront que transporter que 20% de la clientèle estivale de la ligne A, malgré un passage toutes les 3 minutes.

Pendant ce temps, le projet de 3ème ligne, qui ne fait pas l'unanimité, se poursuit : un conseil scientifique est désignée pour étudier les orientations de ce projet entre Colomiers et Labège.

PS : oui, nous avons un dossier à réaliser sur le métro de Toulouse (et le tramway aussi d'ailleurs). Patience... ça va venir !

Posté par ortferroviaire à 13:12 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,
26 août 2016

Toulouse : 3,8 milliards € pour les transports

"Le plus ambitieux plan pour les transports urbains après Paris" : c'est ce qu'affirme le président de Toulouse Métropole. Le 25 juillet dernier, une enveloppe de 3,8 MM€ a été actée pour le développement des transports urbains dans la métropole toulousaine jusqu'en 2030. La majorité de ce budget sera allouée à la création d'une troisième ligne de métro, évaluée à 2,2 MM€. Sont également intégrés les opérations de doublement de la capacité de la ligne A (180 M€), le prolongement - en voie unique - de la ligne B à Labège (180 M€), le téléphérique au sud de la ville (62 M€) et la création de 10 lignes de BHNS (97 M€).

Ainsi, la hache de guerre au sud-est de l'agglomération, entre les partisans du prolongement de la ligne B et la création d'une nouvelle ligne de métro pour la desserte de l'Innopôle, est enterrée au moyen d'un non-choix.

PDU-toulouse

La Métropole prendra en charge les trois quarts de cet investissement en recourant essentiellement à l'emprunt. Le Département de Haute Garonne contribuera à hauteur de 201 M€. La Région Occitanie apportera 150 M€. La même somme est attendue de l'Etat y compris de crédits européens. Les intercommunalités toulousaines (c'est une spécificité locale : le PTU regroupe 4 intercommunalités dont le périmètre est plus large que le PTU et la nouvelle Métropole n'y a rien changé). Il reste tout de même une zone d'ombre de 171 M€ sur ce plan de financement, pour lequel la Métropole attend un effort de l'Etat, du Département, de la Région et de certaines communes, qui pour l'instant sont réticentes. L'ensemble des contributions Etat - Région - Département - Collectivités reste à stabiliser, d'où la multiplication des déclarations politiques sur le décalage entre les ambitions et les moyens.

En attendant, le débat public sur la troisième ligne de métro aura lieu du 12 septembre au 17 décembre prochain.

http://static.ladepeche.fr/content/media/image/large/2016/03/31/201603312017-full.jpg

La particularité de la ligne de métro projetée est de contourner le centre de Toulouse. Le coût élevé du projet ne manquera pas d'y être évoqué, tout comme la question globale de l'augmentation des déplacements dans une métropole à la démographique presque galopante. On ne peut écarter le retour sur la scène du débat concernant la desserte de Labège par la ligne B, la solution de voie unique pour conserver le principe en minimisant les coûts semblant tout de même assez précaire.

Il sera aussi assurément question de l'équilibre des investissements, la poursuite de la priorité au métro étant considérée comme une concentration des ressources sur un faible projet sur un territoire de densité de population somme toute moyenne et un territoire à l'urbanisation très consommatrice d'espace. Le tramway est en marge du débat, les extensions un temps envisagé dans le centre de Toulouse n'étant plus d'actualité, ce qui limitera le rôle de ce mode de transport à un niveau subalterne. Plus globalement, l'enjeu de l'articulation entre les transports urbains toulousains et l'offre ferroviaire devrait être mis sur la table, tant dans ce débat public que dans les suites des Etats Généraux du Rail lancés par la Région.

Posté par ortferroviaire à 15:16 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,
22 juin 2016

Toulouse : L'Europe finance les études pour le métro

Dans le cadre du deuxième appel à projets du Mécanisme pour l'Interconnexion en Europe, la Comission européenne a attribué 9,8 M€ de subvention aux études sur la troisième ligne de métro de Toulouse, éligible au titre de la connexion entre les modes ferroviaires et aériens. Cette aide représente 50% du coût des études, soit le taux maximal.Le projet franchit donc une nouvelle étape par le financement des études.

Posté par ortferroviaire à 17:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

22 décembre 2015

Toulouse face à la saturation du métro

L'agglomération toulousaine connaît une croissance démographique très soutenue depuis près de 20 ans, de l'ordre de 12 000 à 15 000 habitants supplémentaires par an, ce qui accentue les problèmes de déplacements sur son territoire et met d'autant plus en avant le retard en matière d'offre de transport. Les deux lignes de métro sont en limite de capacité. Première priorité, l'allongement des stations de la ligne A pour recevoir des trains formés de 2 éléments VAL, soit 52 m. Avec 213 000 voyageurs par jour actuellement, les prévisions de trafic font état d'une augmentation de 50 000 à 60 000 voyageurs d'ici 2020.

VALtoulouse

Toulouse - Station Bagatelle - 18 août 2010 - Une rame VAL208 sur la ligne A : Tisséo dispose déjà d'un parc suffisant pour exploiter la ligne A avec des rames doubles grâce à une acquisition anticipée. (cliché X)

Le coût de ces travaux est de 180 M€ alors qu'il ne concerne que 4 stations de la ligne, les autres ayant déjà été construites en intégrant une réserve pour extension ultérieure, qu'il faudra aménager et équiper, comme c'est également le cas sur la ligne 1 de Lille en proie aux mêmes difficultés. Les travaux entraineront une interruption estivale de l'exploitation en 2017, 2018 et 2019. Ils intègrent aussi le percement d'un second ouvrage de correspondance à la station Jean Jaurès entre les lignes A et B.

Annoncé pendant la campagne des élections municipales de 2014, le projet de troisième ligne de métro semble se confirmer avec la définition d'un tracé de référence et de quelques variantes. Avec un socle de tracé long de 21 km et comprenant 17 stations, auxquels s'ajoutent 8 km de variantes de desserte pour un coût total évalué à 1,7 à 2 MM€, le Toulouse Aerospace Express relierait le site Airbus de Colomiers à l'Innopôle de Labège en desservant le nord et l'est de l'agglomération, en proposant des correspondances avec la ligne A (à Matabiau), la ligne B (La Vache et Montaudran) ainsi qu'avec les deux lignes de tramway (selon le choix de tracé dans la zone de Blagnac). Elle serait empruntée par au moins 200 000 voyageurs par jour.

Les études préliminaires seront engagées en 2016 avec saisine de la Commission Nationale du Débat Public pour organiser un débat sur le projet. L'objectif de l'agglomération est d'obtenir une déclaration d'utilité publique en 2019 en vue d'une mise en service en 2024.

Cette troisième ligne de métro bouscule fortement le projet initial de prolongement de la ligne B vers Labège Innopôle combiné à une station TER sur la ligne de Toulouse à Narbonne, ce qui n'est pas sans provoquer quelques tensions sur un territoire dont la structure administrative est faite de plusieurs syndicats intercommunaux dont l'entretien des rivalités n'est pas la moindre des préoccupations...

Enfin, l'agglomération toulousaine envisage de créer un premier téléphérique, Aérotram, enjambant la Garonne, entre le cancéropôle, l'hôpital de Rangueil et l'université Paul Sabatier pour assurer la correspondance avec la ligne B du métro. D'un coût de 44 à 63 M€, le téléphérique assurerait la liaison en 10 minutes contre au mieux 20 en voiture et 45 en transports en commun. Les prévisions de trafic tablent sur 6000 à 7000 voyageurs par jour soit un niveau de ligne de bus. La mise en service est espérée en 2020. Au-delà, un prolongement vers la ligne A à Basso-Cambo voire vers la troisième ligne de métro est envisagé.

Posté par ortferroviaire à 11:11 - - Commentaires [28] - Permalien [#]
Tags : , ,
11 juin 2015

Toulouse : troisième ligne et troisième réseau

Des tracés pour la troisième ligne de métro

Les premières études de tracé du projet de troisième ligne de métro ont été présentés aujourd'hui : 19 à 25 km de longueur, 18 à 24 stations, mais une réalisation pas avant 2024 voire 2030. Les variantes 1, 2 et 3 sont en métro, qu'on imagine évidemment compatible avec les lignes A et B existantes de technologie VAL. La variante 4 serait en tram-train, utilisant en partie les infrastructures ferroviaires existantes. 

Le financement reste en suspens : aucune actualisation du coût de cette ligne n'a été présentée depuis les premières estimations entre 1,7 et 2 MM€ ce qui semble assez ambitieux vue la longueur de la ligne. Pourtant, le tracé serait presque entièrement souterrain dans une agglomération dont la croissance démographique reste l'une des plus importantes de France. Reste évidemment la question des délais : compte tenu de cette pression, Toulouse peut-elle encore attendre au moins 10 ans ?

Linéo : entre bus et tramway

Le réseau de bus toulousain va évoluer avec la constitution de 10 lignes de BHNS baptisée Linéo. Elles seront assurées en autobus articulés hybrides avec l'acquisition de 25 véhicules supplémentaires et la redistribution du parc existant, soit un investissement de 20  M€. Des aménagements de voirie seront réalisés pour créer des sites propres, mais aussi traiter le franchissement de certains carrefours par des aménagements ponctuels, et l'installation d'une priorité aux feux tricolores, pour un montant de 100 M€. L'objectif est de transporter 110 000 voyageurs par jour sur ces 10 lignes, qui bénéficieront d'une fréquence de 5 à 10 minutes. La première expérience entre Balma et le stade des Sept Deniers transporte déjà 22 000 voyageurs par jour contre 16 000 dans les prévisions de trafic.

Posté par ortferroviaire à 19:51 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,
16 mars 2015

Toulouse : marche à blanc pour T2

Si les esprits toulousains sont en ce moment un peu focalisés sur les débats autour d'une troisième ligne de métro, la vie continue et la marche à blanc de la deuxième ligne de tramway débute aujourd'hui. La section de 2400 m se débranchant de l'actuelle ligne à la station Ancely pour rejoindre l'aéroport de Toulouse - Blagnac sera mise en service le 11 avril prochain.

Posté par ortferroviaire à 10:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
05 février 2015

Toulouse planche sur une 3ème ligne de métro

Alors que la plupart des collectivités locales serrent les budgets et réduisent la voilure des investissements dans le domaine des transports, la métropole toulousaine joue une partition différente en soutenant le projet d'une 3ème ligne de métro. Elle est fondée sur le constat de saturation du réseau existant, notamment des 16 000 voyageurs par heure sur la ligne A Balma-Gramont - Basso Cambo et sur la prévision de développement de l'agglomération, avec 12 000 nouveaux habitants par an, soit 500 000 déplacements supplémentaires par jour à horizon 2025 : c'est autant que le trafic journalier du périphérique.

Cette troisième ligne est actuellement étudiée sous l'appellation "Aerospace Express" car elle relierait plusieurs sites aéronautique d'Airbus : en quelque sorte, c'est un peu le Grand Paris Express version toulousaine. La ligne aurait son origine à Labège et rejoindrait Colomiers ou Saint Martin du Touch en passant par la gare Matabiau et en contournant l'hypercentre par l'est et le nord. Selon ses promoteurs, elle serait plus pertinente que le prolongement de la ligne B à Labège, quitte à en différer la desserte de plusieurs années.

La question des financements est encore loin d'être traitée : elle sera à coup sûr déterminante. En revanche, la polarisation du SMTC surce projet se fait au détriment des autres opérations envisagées, notamment le développement du tramway. Le nouveau PDU, adoptée hier afin de le rendre compatible avec le projet de nouveau métro, conserve cependant la réalisation de 10 itinéraires prioritaires pour autobus et continue de plancher sur un téléphérique pour la desserte de certains quartiers sud.

Posté par ortferroviaire à 12:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
14 novembre 2014

Toulouse : la 3ème ligne de métro au coeur des débats

Au cours de la campagne des élections municipales, les transports en commun ont été au coeur des débats, et même des clivages entre les candidats. Jean-Luc Moudenc a été élu notamment sur le projet d'une troisième ligne de métro type VAL contre les extensions du tramway, notamment la ligne suivant le canal du Midi et desservant la gare Matabiau, et en alternative à des projets de BHNS qui suscitent des critiques, notamment parmi les partisans de la voiture en ville. Reliant le site Airbus Saint Martin à Labège via la gare Matabiau. Les débats ont évidemment repris puisque ce projet de ligne C entre en conflit avec le prolongement de la ligne B de Ramonville à Labège, qui fut difficile à stabiliser, et dont les 3 km (373 M€) supplémentaires sont attendus en 2019 pour améliorer la desserte d'Innopôle. En revanche, la question du financement de cette troisième ligne de métro n'est évidemment pas stabilisée...

Posté par ortferroviaire à 08:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,