07 septembre 2018

Zurich : travaux et études pour l'extension des tramways

Le projet du Limmatalbahn, à l'ouest de l'agglomération, progresse puisque la pose des voies a débuté en mai dernier et la ligne aérienne en juin, au terminus de Schlieren, ce qui assure la réalisation de la première section de ce projet entre Alstetten et Schlieren. En revanche, la seconde section vers Killwangen est soumise à consultation le 23 septembre prochain du fait des oppositions qui se sont manifestées.

En revanche, les études de desserte d'Affoltern par tramway, en remplacement du trolleybus 32 fortement chargé malgré l'exploitation par trolleybus bi-articulé, envisagent la reprise du parcours entre Radiostudio et Holzerhurd par la ligne 11 qui abandonnerait la desserte de Auzelg au profit de cette nouvelle branche. La ligne 15 serait alors prolongée de son actuel terminus Bucheggplatz vers Auzelg. Pour l'instant, la transformation de la section du trolleybus 32 entre Bucheggplatz et Strassenverkehrsamt, faisant fonction de rocade à l'ouest de la ville, n'est pas envisagée.

Notre dossier sur les tramways zurichois.

Posté par JJ_Socrate à 18:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

19 août 2018

Berne : de futurs développements pour les tramways

Avec 5 lignes et près de 40 km de réseau, la capitale fédérale de la Suisse doit aujourd'hui faire face à l'importante fréquentation de certaines lignes exploitées en trolleybus articulés de 18 m. A court terme, l'arrivée de trolleybus bi-articulés de 24 m devrait améliorer la situation, mais à plus long terme, il faudra recourir à des solutions de plus grande ampleur.

Plusieurs projets existent, depuis plusieurs années. La conversion au tramway de la ligne 10 Köniz - Ostermundingen, sur la section Berne - Ostermundigen, est étudiée depuis près de 10 ans, mais a été retardée par une votation négative le 28 septembre 2014. Pourtant, la cadence aux 3 minutes ne suffit plus à transporter correctement les voyageurs. Au cours de cette votation, le prolongement de la ligne 9 à Kleinwabern était cependant validé. Finalement, Ostermundigen sera bien desservie par tramway, puisque la votation d'avril 2016 donna un résultat positif, mais pas avant 2027. Le financement, approuvé au printemps dernier, d'un montant de 102 MCHF, est assorti d'un calendrier prévoyant le début des travaux en 2022. L'extension de la ligne 9 est jugée prioritaire : elle devrait débuter en 2019. Mais la desserte de Köniz risque de faire les frais d'une opposition violente aux investissements sur les transports en commun d'une partie de la population bernoise...

extensions-tram-berne

Autre réflexion, la conversion de la section entre la gare et Länggasse de la ligne 12, actuellement exploitée par trolleybus, pourrait être mise à l'étude, mais avec une réalisation qui n'est pas envisagée avant 2035. Il lui faudra surtout passer le stade de l'approbation populaire, ce qui à Berne n'est pas toujours chose aisée...

Posté par JJ_Socrate à 20:36 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,
13 décembre 2017

Les tramways de Bâle desservent Saint Louis

Depuis le 9 décembre, les tramways de Bâle franchissent une nouvelle fois la frontière franco-suisse. La ligne 10 faisait déjà une incursion en France, à Leymen. La ligne 3, exploitée par le BVB, est désormais prolongée à la gare de Saint Louis. D'un coût de 80 M€, cette section de 3,1 km comprend 600 m en Suisse et 2,5 km en France et dessert 4 nouvelles stations. Il reste à mettre en service l'année prochaine le parc-relais de la gare de Saint Louis, d'une capacité de 740 places.

091217_3saint-louis-gare_knoerr

Saint-Louis - Gare - 9 décembre 2017 - La rame inaugurale au nouveau terminus français de la ligne 3. Après le prolongement de la ligne 8 en Allemagne à Well-am-Rhein, le tramway bâlois se joue des frontières. © A. Knoerr

Cette mise en service marque l'aboutissement d'un projet engagé voici près d'une décennie, et qui a connu quelques soubressauts. Initialement, il était plutôt envisagé de prolonger la ligne 11 pour une desserte du centre de Saint Louis, mais la ville française s'y est opposé au titre de la diminution de la capacité de circulation automobile et de la situation du commerce local. La ligne 3 a donc constitué une solution de repli, valorisé par la ville de Saint Louis par la desserte de nouveaux quartiers et du lycée Jean Mermoz, pour maintenir le principe d'une liaison Bâle - Saint Louis par tramway.

plan-tram-saint-louis

On peut espérer que l'idée de prolonger la ligne 11 n'est pas totalement abandonnée. En revanche, il commence à être question d'un prolongement de la ligne 3 vers l'aéroport.

Posté par ortferroviaire à 09:41 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,
10 août 2017

Saint Louis renoue avec le tramway

Il avait été supprimé en 1957. Soixante ans plus tard, il revient. Depuis le 2 août, le BVB, exploitant du réseau de Bâle-Ville, a engagé les premiers essais sur le prolongement de la ligne 3 du réseau suisse, jusqu'à la gare de Saint Louis. Après Strasbourg, c'est la deuxième extension transfrontalière d'un tramway. On rappellera quand même qu'à Bâle, les tramways se jouent déjà furtivement de la frontière puisque le réseau suburbain de Bâle-Campagne, exploité par le BLT, dessert le village français de Leymen, avec la ligne 10. 

La mise en service de ce prolongement à Saint Louis est confirmée pour le 9 décembre prochain.

Posté par JJ_Socrate à 15:07 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,
21 avril 2017

Zurich : top départ pour le Limmatalbahn

Officiellement, le projet du Limmatalbahn est désormais approuvé par la Confédération. D'une longueur de 13,4 km, la nouvelle ligne qui sera connectée au réseau de tramways de Zurich, desservira 27 stations entre Alstetten et Killwangen-Spreitenbach. Le coût du projet est devisé à 715 MCHF. Elle assurera un service parallèle au RER zurichois, avec un maillage plus fin, notamment entre Alstetten et Dietikon. L'exploitation sera assurée par le BDWM, déjà opérateur de la ligne Dietikon - Bremgarten - Wohlen, et non par le VBZ, l'opérateur du réseau de tramways de Zurich.

La ligne sera alimentée en 600 V continu, sauf dans la traversée de Dietikon où, compte tenu de l'alimentation de la ligne Dietikon - Bremgarten - Wohlen, elle sera sous caténaire 1200 V. Essentiellement établie en site propre, les 13,4 km seront parcourus en 37 minutes soit 21,7 km/h de moyenne, avec une fréquence de passage de 15 minutes. La mise en service est prévue en 2022.

Posté par JJ_Socrate à 13:42 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

25 février 2017

Tramways de Suisse : des matériels spécifiques

Enrichissant son étude consacrée aux tramways suisses, après les dossiers consacrés aux réseaux de Bâle, Zurich et Genève (nous nous intéresserons ultérieurement à Berne), voici un nouveau chapitre consacré aux matériels roulants circulant sur ces réseaux. Nous nous sommes concentrés sur les matériels spécifiques qui circulaient encore en 2016, des dernières normalisées de Bâle aux Tango et autres Cobras. Bonne lecture !

Posté par ortferroviaire à 11:26 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , , , ,
22 février 2017

Tramways de Genève : premiers travaux en France

Le 20 février dernier, les travaux du prolongement de la ligne 12 des tramways genevois vers Annemasse ont officiellement débuté. D'une longueur de 3,3 km et comprenant 7 stations, cette première extension en France sera réalisé en deux phases. Dans un premier temps, en novembre 2019, la ligne 12 franchira la douane de Moillesulaz et desservira 4 stations jusqu'au parc Montessuit. L'extension de 3 stations supplémentaires au lycée des Glières ne sera livrée qu'en 2022. Le coût du projet atteint 86 M€.

Le tracé du Tram Annemasse - Genève

Aujourd'hui, ce sont plus de 35 000 véhicules par jour qui franchissent la frontière franco-suisse entre Annemasse et Genève. Le tramway reliera Annemasse et Genève en 25 minutes, avec un intervalle de 8 minutes. Il assurera une desserte de cabotage parfaitement complémentaire du RER CEVA, qui devrait faire ses débuts tout juste un mois après le prolongement du tramway, en décembre 2019.

Au passage, on espère que la circulation sur le territoire français de tramways suisses, déjà en service et homologués par l'OFT, ne posera pas de difficultés administratives avec le STRMTG étant entendu qu'il sera difficile de demander aux TPG de modifier leur parc, même si les extensions côté français devraient se poursuivre, notamment avec le prolongement de la ligne 15 à Saint Julien en Genevois.

Les tramways de Genève feront donc leur retour à Annemasse après 61 ans d'absence. Ceci dit, ce ne sera pas la première incursion de tramways suisses en France : le petit village de Leymen a toujours été desservi par le BLT, tandis que les travaux se poursuivent à Saint Louis pour le prolongement de la ligne 3 du réseau urbain bâlois, en vue d'une mise en service en décembre de cette année. Il est d'ailleurs désormais question d'une nouvelle extension jusqu'à l'aéroport de Mulhouse-Bâle en 2021.

Posté par ortferroviaire à 14:01 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : ,
22 juillet 2016

Genève : objectif 2018 pour TOSA

Les TPG, ABB et Hess ont signé le 15 juillet dernier les contrats relatifs au déploiement du TOSA sur la ligne 23 du réseau genevois, qui reliera à horizon 2018 Carouge à l'aéroport genevois. Les TPG vont donc acquérir 12 véhicules articulés de 18 m "Light Tram" de 133 places ainsi que 13 stations de recharge en ligne, 3 postes de charge au terminus et 4 postes pour les dépôts, pour un investissement total de 24 MCHF. L'Office fédéral de l'énergie a accordé une subvention de 3,4 MCHF pour ce projet. Les travaux de génie civil et d'installation des stations de recharge en ligne et aux terminus sont financés par le canton de Genève à hauteur de 15 MCHF.

http://cdn.phys.org/newman/gfx/news/hires/2014/tosabusespow.jpg

TOSA : exemple de station de recharge flash en 15 secondes (cliché X)

La ligne de 12 km sera parcourue en 50 minutes à l'heure de pointe avec une cadence aux 10 minutes. Les TPG attendent dans un premier temps 10 000 voyageurs par jour.

TOSA est le fruit d'unpartenariat public-privé réunissant les s (TPG), l’Office de Promotion des Industries et des Technologies, les Services industriels de Genève, ABB Sécheron SA et le Canton de Genève, dans l'objectif de réduire l'empreinte énergétique du transport public. Il est aussi le fruit d'une coopération avec les écoles d'ingénierie des universités de Genève et de Lausanne.

TOSA permet de recharger le véhicule en 15 secondes, c'est à dire pendant un arrêt commercial, en lui procurant 600 KW, soit une autonomie d'environ 1500 m, ce qui réduit le volume et la masse des batteries embarquées à bord du véhicule, tout en générant une économie d'énergie de 10% par rapport à un véhicule électrique sur batterie de grande autonomie, pénalisé par l'importante capacité de stockage. Le véhicule étant équipé du freinage électrique à récupération, les décélérations permettent de recharger les batteries en roulant, hors dispositif de biberonnage.

Les TPG estiment le gain énergétique à 410 000 litres de gasoil par an, et 1000 tonnes de CO². Autre vertu environnemental, le moindre niveau sonore : 60 dB en phase d'accélération jusqu'à 30 km/h, contre 70 dB pour un bus Diesel, soit une réduction du bruit de moitié. Ceci dit, le trolleybus permet aussi un tel gain.

Posté par ortferroviaire à 16:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
19 mai 2016

Zurich commande 70 Flexity 2

Depuis plusieurs années, la signature d'un contrat entre le VBZ, exploitant du réseau de Zurich, et Bombardier, candidat pressenti, était retardée par des blocages de diverses natures. A l'origine, le VBZ envisageait d'attribuer une commande de nouveaux tramways à Bombardier, ce qui avait provoqué de fortes réactions de Stadler, également candidat, et faisant pression pour réexaminer les candidatures, espérant ainsi souffler le marché à Bombardier. L'affaire prit un tournant politique, entre la Ville et le Canton de Zurich, si bien que les conditions d'attribution du marché n'étaient pas réunies.

Bonne nouvelle, le feuilleton politico-industrielle qui anima - une fois n'est pas coutume -  la chronique zurichoise, a connu son épilogue hier. La commande a pu être officialisée : 70 rames Flexity 2, longues de 43 m, à voie métrique évidemment et au gabarit de 2,40 m, sont destinées à prendre la succession des deux premières séries de rames Tram2000 livrées à la fin des années 1970. D'une puissance de 660 KW, elles pourront circuler à une vitesse maximale de 70 km/h et transporter 276 voyageurs dont 90 assis, avec 8 portes dont 6 doubles et 2 simples. Les livraisons sont prévues entre 2018 et 2023. 

flexity2-zurich

Image de synthèse du futur matériel zurichois. On trouvera quelques analogies esthétiques de la face frontale avec les rames berlinoises. (document VBZ)

Autre nouvelle qui concerne les transports zurichois et plus particulièrement les tramways, dans la procédure de désignation de l'opérateur qui exploitera le tramway de la vallée de la Limmat, le ZVV a choisi l'offre du BDWM, exploitant du chemin de fer secondaire Dietikon - Bremgarten - Wolhen, au détriment de la SZU (exploitant des lignes de la vallée de la Sihl et de Uetliberg) et du VBZ, l'opérateur principal des tramways !

Posté par ortferroviaire à 16:47 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
22 avril 2016

Regard sur les transports de Lausanne

transporturbain reprend le fil de ses reportages sur les réseaux urbains suisses. Après Bâle, Genève et Zurich, voici Lausanne. Contrairement aux trois autres villes, pas de tramway : il a été supprimé en 1964 mais reviendra d'ici 2020. Lausanne bénéficie d'un important réseau de trolleybus très performant et de deux lignes de métro assez atypiques. L'une est un chemin de fer léger principalement destiné à la desserte du domaine universitaire. L'autre a pris la succession de deux funiculaires. Lausanne est à ce jour la plus petite ville dotée d'un métro dans le monde. Et ce n'est pas fini puisqu'une troisième ligne est envisagée.

Le réseau urbain a connu une forte progression de son usage depuis le début du 21ème siècle avec une fréquentation en hausse de 36% dans la zone centrale et de 29% dans l'ensemble de l'agglomération. La coordination entre l'offre ferroviaire et le réseau urbain est largement responsable de cette attractivité.

Le début des travaux du projet Léman 2030, destiné à augmenter la desserte sur l'arc lémanique, aura mécaniquement un effet sur le réseau urbain lausannois, qui s'y prépare avec la combinaison d'une troisième ligne de métro, d'une première ligne de tramway et de la mise en site propre d'une partie de son réseau de trolleybus.

170416_523-028+M1renens

Renens - 17 avril 2016 - Un des exemples de l'intégration des modes de transport à Lausanne : quai à quai, le RER vaudois avec une automotrice Flirt en direction de Grandson et à droite une Bem 4/6 du TSOL aujourd'hui désigné M1. © transporturbain

Le nouveau dossier de transporturbain est en ligne et attend vos commentaires. Notez aussi que les dossiers sur Bâle et Zurich ont été mis à jour, enrichis de nouvelles illustrations et que transportrail propose un dossier sur la ligne Lausanne - Echallens - Bercher.

Posté par ortferroviaire à 18:44 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :