02 mars 2015

Rouen : desservir la future gare Saint Sever

La décision d'implanter la nouvelle gare de Rouen en rive gauche de la Seine, sur le site de l'ancienne gare aux marchandises de Saint Sever, répond aux difficultés d'exploitation ferroviaire du noeud rouennais, contraint par l'exiguïté de la gare de Rouen Rive Droite, tant en nombre de voies qu'en longueur utile des quais, coincés entre deux tunnels dans une tranchée étroite.

La nouvelle gare Saint Sever fait partie intégrante du projet de liaison nouvelle Paris - Normandie, et surtout de l'une des sections prioritaires (la traversée de Rouen, Paris - Mantes étant la seconde).

Cette nouvelle gare modifiera inéluctablement la géographie des déplacements dans l'agglomération rouennaise. La gare actuelle devrait être utilisée dans le cadre d'une liaison périurbaine entre Yvetot et Elbeuf, mais les dessertes principales (Intercités, Régional, Grandes Lignes) seront toutes reportées sur Saint Sever.

Or le site n'est pas desservi par le tramway et se pose donc la question de l'intégration de la nouvelle gare dans le système de transport urbain de l'agglomération. La création d'une bretelle dès le franchissement de la Seine pour rejoindre la gare pourrait être envisagée sur le quai Jacques Anquetil ou sur le cours Clémenceau, mais avec un raccordement plus complexe car la station Joffre-Mutualité est souterraine.

L'hypothèse d'une liaison entre la nouvelle gare et l'écoquartier Flaubert située à l'ouest du centre-ville avait été un temps avancée mais elle semble en sommeil. Cet axe est-ouest en rive gauche pourrait amorcer une relance du tramway dans l'agglomération rouennaise en lien avec de grands projets urbains : si le concept des BHNS Teor s'avère assez intéressant, il ne semble pas de nature suffisante pour desservir la nouvelle porte d'entrée ferroviaire de l'agglomération rouennaise.

Cette liaison est-ouest pourrait aussi préfigurer la réutilisation de la ligne ferroviaire Rouen Rive Gauche - Saint Pierre les Elbeuf afin de desservir Petit Quevilly, Grand Quevilly, Petit Couronne et Grand Couronne, au tracé intéressant par rapport à la géographie des communes mais qui imposerait la traversée du complexe pétro-chimique, dont on sait qu'il entraînerait des mesures de protection onéreuses et - malheureusement - probablement dissuasives pour la réouverture de la ligne aux voyageurs.

Posté par ortferroviaire à 16:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

17 décembre 2014

Le tramway de Rouen a 20 ans

Le 17 décembre 1994 entrait en service celui qu'on appelait Métrobus à Rouen : en réalité, un tramway circulant en souterrain sous le centre-ville. Objet de longues discussions et compromis politiques dans l'agglomération, le réseau de 15 km n'a pas évolué depuis 1997 hormis le renouvellement du matériel roulant pour augmenter la capacité. Pas de développements envisagés non plus d'autant que les axes est-ouest ont été équipés de BHNS à guidage optique. Le tramway de Rouen est donc "endormi". Le fonctionnement du réseau est satisfaisant, en attestent sa vitesse moyenne de 19 km/h et ses 70 000 voyageurs par jour, mais l'insertion urbaine n'est pas une franche réussite dans une agglomération qui fait encore de la place accordée à la voiture une priorité.

transporturbain vous propose son nouveau dossier consacré au tramway de Rouen à l'occasion de son 20ème anniversaire. A vos commentaires !

Posté par ortferroviaire à 09:28 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,
29 août 2014

Rouen : restructuration du réseau de bus

La Communauté d'Agglomération Rouen Elbeuf Austreberthe est devenue la Métropole Rouen Normandie. L'évolution de la politique des transports, coordonnée avec la Région Haute Normandie et le Département de Seine Maritime, aboutit à la mise en place d'une série de mesures renforçant l'attractivité des réseaux de transport public.

Ainsi, l'évolution du réseau de bus propose 5 nouvelles lignes de BHNS baptisées F1 à F5, optimisant le tracé et l'offre des lignes 4, 7, 10, 16 et 21. Le réaménagement des quais de rive droite de la Seine, qui se terminera en décembre, ménagera un couloir réservé aux autobus de la ligne F5 (actuel 21) entre l'avenue Gambetta et le boulevard des Belges. L'agglomération investit aussi autour des gares avec des capacités de stationnement accrues dans les gares de Oissel et Malaunay. A Saint Etienne du Rouvray, le terminus de la ligne 27 prolongée viendra améliorer l'intermodalité.

Enfin, le dispositif Atoumod de la Région, expérimenté sur Rouen - Elbeuf, est étendu à toutes les gares de l'agglomération, regroupant sur un seul titre de transport l'ensemble des offres urbaines et interurbaines du bassin de vie.

Posté par ortferroviaire à 16:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
09 juin 2013

Rouen : après les TFS, place aux Citadis

Dans les nouveautés de l'année 2013, l'arrivée des Citadis à Rouen a permis d'augmenter la capacité de transport en remplaçant les 28 TFS de 178 places par 27 Citadis 402 de 300 places. Les TFS ont trouvé preneur, en Turquie. Les Citadis assurent le service exclusif des deux lignes de tramway depuis le début du mois de mars.

Leur livrée est d'une banale simplicité : blanche et une ondulation noire. Des motifs sont appliqués sur les vitres, rappelant notamment l'activité portuaire de la ville. Elle est aussi appliquée sur les nouveaux autobus Citélis et Créalis des lignes Teor.

070613_CITADISpont-jeanne-d'arc3Rouen - Pont Jeanne d'Arc - 7 juin 2013 - Sortant du tunnel sous le centre-ville, le tramway franchit la Seine. L'extrémité frontale rappelle celle d'Angers, et la livrée est des plus dénudées ! © transporturbain

Posté par ortferroviaire à 16:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
17 janvier 2013

Rouen : les TFS iront en Turquie

Depuis que l'agglomération de Rouen avait décidé de remplacer les 28 rames TFS assurant le service des deux lignes de tramway en service depuis 1994 dans le but d'augmenter la capacité de transport, les spéculations allaient bon train. Qui allait récupérer ces rames disposant d'un potentiel résiduel d'une vingtaine d'années ?

Le 15 janvier dernier, le contrat de vente de ces 28 éléments au réseau turc de Gaziantep a été signé. Contrairement donc à ce qui courait ça et là dans les discussions sur différents forums, ni la SEMITAG ni la RATP ne récupèreront de rames rouennaises. Nous évoquions ici le sujet dès le 5 octobre 2011, et le 27 juin 2012, nous avancions la piste d'une cession à un réseau étranger.

Il ne reste plus que quatre rames TFS en service, en principe jusqu'au mois de mars.

Posté par ortferroviaire à 16:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :