04 juillet 2015

Le tramway de Reims

170411_TRAMlanglet4

Reims - Cours Jean-Baptiste Langlet - 17 avril 2011 - Pas de doute, nous sommes bien en Champagne ! Cet élégant cours central fait partie de la section munie de l'APS où se croisent des représentantes des familles Rose et Violet. © transporturbain

Voici un réseau assez atypique : un long tronc commun et deux courtes antennes, pas de livrée "réseau" mais un florilège de couleurs, une face avant qui rappelle immanquablement une boisson locale de renommée mondiale, et un montage financier en partenariat public-privé : Reims a mis en service son tramway le 16 avril 2011, soit 27 ans après les premières annonces. Comme Brest, le projet avait capoté au début des années 1990 du fait des pressions des commerçants. Sans doute ses promoteurs avaient-ils eu raison trop tôt.

Le nouveau dossier de transporturbain vous emmène donc à Reims et attend vos commentaires !

Posté par ortferroviaire à 21:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

19 avril 2011

Reims inaugure son tramway

Depuis samedi 16 avril, l'agglomération de Reims a renoué avec le tramway disparu en 1939. La mise en service de la première ligne longue de 11,2 km met fin à plus de vingt ans de chronique champenoise.

170411_TRAMlanglet5

Reims, cours Jean-Baptiste Langlet - 17 avril 2011 - Perspective sur la cathédrale : les aménagements retenus s'insèrent parfaitement dans le tissu architectural rémois, constitué d'immeubles construits pour l'essentiel après les bombardements de la première guerre mondiale. © transporturbain

En effet, un premier projet avait été défini dès 1984 et présenté au public, enthousiaste, dès 1986. Considéré prioritaire par l'agglomération et approuvé par l'Etat en 1990, le projet est torpillé par l'opposition des commerçants et des riverains : la ville recule. C'était peut-être trop tôt alors même que le tramway ne circulait encore que dans des villes de taille relativement importante : Lille, Marseille, Saint-Etienne, Nantes et Grenoble.

Dix ans plus tard, la mise en service du tramway d'Orléans commençait à faire bouger les lignes car la taille de l'agglomération se rapprochait déjà un peu plus de la situation rémoise. Le projet était relancé dès le retour du père du projet initial à la tête de la ville.

Il s'agit en réalité de deux lignes en tronc commun : la ligne A longue de 9 km relie le quartier Neufchâtel à l'hôpital Robert Debré, tandis que la ligne B longue de 6,9 km assure la liaison entre la gare centrale et la gare TGV de Bezannes, qui est par ailleurs connectée au réseau TER.

La desserte est assez intense pour une ville de 181 000 habitants et une aire urbaine de 290 000 : sur la ligne A, la fréquence en semaine oscille entre 6 et 7 minutes en semaine, 8 minutes le samedi, 20 minutes le dimanche et s'abaisse à 25 minutes en extrême matinée et en soirée. La ligne B est desservie toutes les 18 à 24 minutes et en soirée, la desserte est calée sur les TGV desservant la gare TGV de Bezannes.

Le tramway a été construit sous la forme d'un partenariat public-privé comprenant Transdev, Alstom, la Caisse des Dépôts et Consignations, la Caisse d'Epargne Champagne-Ardennes, Bouygues et Colas pour les acteurs essentiels. Le groupement MARS, Mobilité Agglomération Reims, assure l'exploitation et la maintenance.

Ce qui surprend dès les premiers tours de roue, c'est la vitesse à laquelle le tramway circule : 20 km/h de moyenne, et surtout des pointes à 60 km/h sur les avenues, des intersections franchies à 40 et une pointe à 70 sur la voie unique rejoignant la gare TGV de Bezannes. Lors de ce week-end inaugural, il fallait marquer les esprits : c'est chose faite et on entendait des "ça fonce !" dans les rames bondées tant les rémois attendaient leur tramway.

Dans le centre, de Bouligrin à Comédie, le tramway circule en alimentation par le sol et près du palais de justice comme en aval de la station Comédie, les appareils de voie du débranchement d'une future troisième ligne sont déjà installés, preuve que Reims imagine déjà la suite. Et pour enfoncer le clou, les stations sont dimensionnés pour des rames de 45 m... alors que les 18 rames Citadis actuelles sont en configuration 32 m. Signe que Reims croit au succès de son projet !

Posté par ortferroviaire à 16:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,