02 septembre 2021

Marseille : les annonces de l'Etat

C'est symbolique : le Président de la République passe 3 jours à Marseille. Devant l'accumulation de retards dans l'équipement de la métropole, à l'insuffisance des infrastructures, au mauvais état des bâtiments publics, au sous-dimensionnement des écoles, des hôpitaux, des équipes de police et de la justice, il était acquis que le chef de l'Etat arriverait avec une liste d'engagements aussi longue que la durée de son séjour.

Dans le domaine des transports, l'Etat annonce 1 MM€ pour le réseau urbain portant sur l'automatisation du métro, la réalisation de 4 nouvelles sections de tramway et 5 lignes de BHNS. Sur les rails, 300 M€ seront consacrés au RER marseillais. Enfin, la plus grosse enveloppe va évidemment à la ligne nouvelle Provence - Côte d'Azur, avec en tête d'affiche la traversée souterraine de Marseille avec 3,5 MM€.

Voici pour les annonces... mais il faudra aller dans le détail et distinguer d'abord ce qui relève de la confirmation des précédents engagements de l'Etat, envers la Métropole et la Région dans des contractualisations existantes : l'Etat a l'habitude de recycler en nouveauté des crédits déjà annoncés (mais pas toujours programmés comptablement). Or on sait déjà que sur les transports urbains, la part de l'Etat sera de 250 M€. Sur le RER, elle atteindra 115 M€. Pour LNPCA, quelle sera la répartition des 2,1 MM€ non couverts par l'Etat ?

On note que, pour la partie ferroviaire, les annonces portent sur des projets majeurs qui s'inaugurent de façon visible... mais d'autres dossiers demeurent en carence de financement. On pensera par exemple au déploiement d'ERTMS sur Marseille - Vintimille, qui concerne directement la métropole et le projet de RER, à la croisée entre renouvellement et modernisation. Qu'en serait-il aussi des participations de l'Etat sur la poursuite des travaux de renouvellement sur la ligne de la Côte Bleue, ou l'assurance sur les dotations de renouvellement du réseau ferroviaire ? Serait-on en train d'appuyer là où cela pourrait faire mal ?

Enfin, il faudra suivre dans la durée la réalité de ses annonces, car il arrive que l'Etat ait la tête en l'air et que les discours, fussent-ils présidentiels, ne soient pas totalement suivis d'effets, surtout quand il s'agit de finances : Bercy oublie régulièrement le code du coffre...

D'ailleurs, quoi de neuf réellement depuis les dernières annonces de l'Etat, toutes aussi médiatisées (sauf dans nos colonnes, preuve de notre circonspection !), en 2013 ? Etonnant, non ?

Note aux lecteurs : article dupliqué à transportrail pour la partie ferroviaire...

Posté par Redaction TRUP à 20:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

29 août 2021

Lyon : nouveaux trolleybus, nouvelles concertations

Le plan trolleybus se poursuit

Après C13, c'est au tour de la ligne C11 Saxe-Gambetta - Laurent Bonnevay de bénéficier des nouveaux trolleybus articulés LighTram de Hess. L'usage des batteries sera mis à profit dans les mois et années à venir avec les travaux de prolongement de T6 du pôle hospitalier Est jusqu'au campus de La Doua, prévoyant un tronc commun à Villeurbanne entre l'avenue Saint Exupéry et la place Grandclément. Les moteurs d'autonomie des Cristalis ne l'auraient probablement pas supporté.

Il serait aussi intéressant que le SYTRAL envisage le retour de cette ligne place Bellecour (qu'elle a abandonné en septembre 1991) en utilisant là aussi les batteries : les voyageurs s'éviteraient une correspondance sur la section la plus chargée de la ligne D du métro (qui va fêter ses 30 ans, on en reparlera la semaine prochaine). Enfin, un prolongement dans Vaulx en Velin, par exemple en reprenant la desserte de l'actuelle ligne C8, parachèverait une opération destinée à épauler la ligne C3 : toutes ces propositions figurent dans les réflexions de transporturbain sur le réseau de trolleybus lyonnais.

150711_11florian

Villeurbanne - Rue Jean Jaurès - 15 juillet 2011 - Les ETB12 vont céder la place à une nouvelle génération de trolleybus plus fiables (et plus capacitaires). L'ETB12 n°1804 quitte l'arrêt Florian à l'approche du futur tracé de T6. © transporturbain

Concertations pour les tramways

Deux concertations sont engagées en parallèle jusqu'au 23 octobre sur les projets de nouvelles ligne de tramway : T9 sur l'axe Charpennes - Vaulx en Velin - La Soie et T10 Gerland - Saint Fons - Gare de Vénissieux, présentées par transporturbain dans un précédent article.

Posté par Redaction TRUP à 09:11 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
27 août 2021

Nancy : comme un retour en 1980

La décision d'abandonner le tramway pour remplacer le TVR de Nancy a donc été confirmée. En termes diplomatiques, il ne s'agit que de différer sa réalisation de 10 à 15 ans, ou plus prosaïquement de laisser de futures majorités gérer le problème.

L'argument avancé porte sur le coût du projet, évalué à environ 500 M€, ce qui est effectivement beaucoup, surtout en comparaison avec une opération relativement similaire réalisée récemment à Caen qui a remplacer son TVR (complètement guidé contrairement à Nancy) par un vrai tramway pour environ 250 M€ pour un linéaire total supérieur d'un tiers. Certes, Nancy envisageait aussi une extension du réseau, avec un court prolongement à Essey et une nouvelle branche à partir du Vélodrome vers le quartier des Nations. On aurait un peu chargé la mule que cela ne nous étonnerait pas.

Donc point de tramway, pour le même argument financier, enrobé dans une argumentation technique, que celui avancé dans les années 1970, quand l'agglomération de Nancy déclina l'invitation du concours initié par Marcel Cavaillé au profit du trolleybus bimode (voir l'interview du maire de Nancy à FR3 Lorraine le 20 mars 1980). Il faut d'ailleurs retenir de ces déclarations que le plan mis en oeuvre avec les 48 PER180H ne devait être que la première phase d'un plan plus ambitieux, qui ne connut en réalité aucune suite. Tout comme 20 ans plus tard, le TVR était aussi envisagé sur un second axe dans l'agglomération. Il n'en fut rien. Bref, on peut avoir l'impression de voir une rediffusion...

Il est donc désormais envisagé de remplacer en 2022 les TVR par des trolleybus bi-articulés : il n'y aura donc aucun gain de capacité par rapport au TVR, alors que c'est l'un des problèmes de fond sur la ligne Essey - Brabois. De ce fait, pour l'instant, Hess, Van Hool et Solaris, respectivement avec leur Lightram, Exquicity et Trollino sont les candidats les plus probables, Iveco ne proposant pas - encore ? - son Crealis en version 24 m.

Le budget de l'opération est estimé à environ 50 M€ pour l'acquisition des trolleybus et les adaptations de voirie : il s'agira probablement d'ajuster le gabarit limite d'obstacle sur les sections guidés puisque l'emprise au sol d'un véhicule non guidé est plus importante. En revanche, il ne semble pas question, comme certains l'évoquent pour justifier cette décision, de nouvelles dessertes de maillage pour délester l'actuel axe du TVR. La branche envisagée vers Houdemont reste à confirmer, quoiqu'elle puisse être assurée par les mêmes véhicules sur batteries. Les trolleybus devraient débuter leur service au début de l'année 2023. En principe...

Au fait, on espère que cette fois-ci, les perches seront à la bonne hauteur...

Posté par Redaction TRUP à 19:49 - - Commentaires [64] - Permalien [#]
Tags : , ,
25 août 2021

Bruxelles : les M7 entrent en service

En Belgique, il ne faut pas confondre M7 et M7…La SNCB engage progressivement ses nouvelles voitures à deux niveaux sur ses dessertes Intercity et la STIB ses nouvelles rames de métro, d’abord sur les lignes 1 et 5. Héritières des M6 déjà livrées par CAF, elles vont progressivement remplacer le matériel d’origine du réseau (c’est bien normal après plus de 40 ans de service). La première tranche porte sur 22 rames à livrer d'ici fin 2022. Elles équiperont ensuite la nouvelle ligne 3 succédant au prémétro sur l’axe nord-sud. 

La première circulation commerciale a eu lieu le 8 juillet dernier.

M7STIB_1

Les nouvelles rames M7 du métro bruxellois et leur face avant à l'allure surprenante, sortie d'un manga japonais : dans la capitale de la bande dessinée belge, un comble ! Elles sont d'abord engagées sur les lignes 1 et 5. (cliché STIB)

M7STIB_2

A l'intérieur, le diagramme alterne les carrés à la française et la disposition transversale de façon régulière dans les 6 voitures alors que les M6 proposaient un aménagement longitudinal : y aurait-il un clivage linguistique sur l'aménagement intérieur du métro. La couleur caramel domine (mais où est le gaufrier ?). En revanche, le design des places n'est probablement pas des plus heureux avec une impression d'engoncement du voyageur côté couloir, surtout si son voisin a justement abusé des gaufres ! (cliché STIB)

Dans un premier temps, elles vont contribuer au resserrement de l’intervalle de 3 à 2 minutes 30 sur le tronc commun Gare de l’Ouest – Mérode des lignes 1 et 5, libérant des Mx d’origine pour procéder au même renfort sur les lignes 2 et 6 (entre Simonis et… Simonis par la petite ceintrure).

Pour mémoire, l’objectif est ensuite de réduire l’intervalle à 2 minutes et de passer à une exploitation automatique. Il sera intéressant de suivre les évolutions de ce matériel lorsque le système CBTC sera déployé et pleinement opérationnel : manifestement, c’est plus long que prévu et la STIB envisage une mise en exploitation progressive, d’abord avec conducteurs.

Posté par Redaction TRUP à 18:27 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
01 août 2021

Marseille : nouveaux travaux pour le tramway

L'enquête publique sur le Plan de Déplacements Urbains de la Métropole Aix-Marseille-Provence s'est achevée voici 2 mois : l'avis de la commission d'enquête est sans surprise favorable mais comprend plusieurs réserves, que la Métropole devra lever par des amendements, et recommandations incitatives.

Ce PDU est atypique, car il concerne 92 communes et 1,86 millions d'habitants dans un espace multipolaire, certes centré sur Marseille, mais incluant aussi Aix en Provence, Aubagne et le bassin urbain autour de l'étang de Berre. Ses objectifs sont assez classiques :

  • réduire d'un quart les émissions de gaz à effet de serre dues au transport routier, de 75 % les émissions d'oxyde d'azote, de 37% les particules fines PM10, de 50% les PM2.5 ;
  • abaisser la part de marché de la voiture sous les 50% et augmenter celle des transport en commun dans la même proportion pour porter sa part à 15% ;
  • développer le vélo pour passer de 1 à 5 % de part de marché et inciter à la marche (31 à 33%) ;
  • créer 500 km de voies cyclables, 200 km de transports en commun à haut niveau de service et 100 km de couloirs pour bus et cars sur les autoroutes ;
  • créer 93 pôles d'échanges multimodaux.

La principale critique portée à ce PDU tient au financement de ces objectifs : ils représentent environ 7 MM€ d'investissements et 200 M€ de dépenses annuelles supplémentaires de fonctionnement. C'est un point faible structurel : les moyens mobilisables sont inversement proportionnels aux besoins du premier bassin de vie méridional.

Non moins centrale, la deuxième critique souligne les incohérences entre le projet de PDU métropolitain et le Schéma Régional de Développement Durable et d'Egalité des Territoires (SRADDET). Plusieurs questions restent en suspens : il est beaucoup question de dessertes ferroviaires, de RER marseillais, mais le sujet dépasse le cadre du PDU et implique aussi et surtout la Région... pilote du SRADDET.

Il reste aussi quelques irritants, comme l'intérêt d'achever le boulevard urbain sud de Marseille. On sent aussi poindre des critiques au projet Val'Tram à Aubagne avec le retour du débat sur le tram-train pour une liaison directe vers Marseille (qui poserait problème du fait de l'incompatibilité capacitaire entre Marseille et Aubagne, mais aussi des différences techniques de gabarit... sans parler du surcoût colossal d'une solution tram-train !). A l'inverse, émerge assez discrètement l'interrogation sur son éventuelle connexion avec le réseau de tramways de Marseille. On a aussi noté des expressions soutenant un tramway à Aix en Provence (qui a misé sur le BHNS électrique), ou dans certains quartiers périphériques de Marseille avec une prévision de trafic probablement insuffisante pour justifier un tel investissement.


29 juillet 2021

Toulouse : premiers essais techniques pour Téléo

Les cabines Poma de Téléo, le téléphérique urbain de Toulouse, ont effectué leurs premiers essais techniques. La marche à blanc proprement dite débutera à l'automne avant une mise en service prévue en fin d'année. Il y aura 15 cabines de 34 places dont 20 assises, se succédant toute les 90 secondes à une vitesse maximale de 25 km/h. Il faudra 10 minutes pour effectuer le parcours de 3 km entre l'oncopôle et l'université Paul Sabatier. Le service pourra être renforcé car le système pourrait accueillir 5 cabines de plus.

Téléo-toulouse

Envolez-vous au-dessous de la Garonne avec Téléo : mise en service en décembre prochain. Ce sera alors le plus long téléphérique urbain de France avant la mise en service de la liaison Créteil - Villeneuve Saint Georges. (Toulouse Actu)

Posté par Redaction TRUP à 20:48 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , , ,
26 juillet 2021

30 km/h en ville : en Suisse, on fait les comptes

Genève, encore elle, envisage la limitation de vitesse à 30 km/h en ville, en développant 4 arguments classiques : le bruit, la pollution, la sécurité et la contrainte à la circulation automobile. Rien de nouveau et on assise aux mêmes développements côté français.

Néanmoins, l’expertise est tout de même d’un autre niveau quant à l’impact sur les transports publics. Ainsi, à Zurich, la ligne 46 des VBZ a été en partie impactée par le périmètre limité à 30 km/h. Bilan, les VBZ ont dû demander l’acquisition d’un trolleybus supplémentaire pour assurer la même offre, compte tenu de l’effet sur le temps de parcours et la rotation du matériel roulant. Et cela veut aussi dire des coûts de roulage et des conducteurs supplémentaires. 1,341 MCHF d’investissement, couvert par la Ville de Zurich, mais aussi 560 000 CHF d’augmentation du coût annuel d’exploitation de la ligne ne sont pas à ce stade pris en charge : c’est donc le VBZ qui devra assumer, par une charge supplémentaire qui devrait donner lieu, si l’initiative concernait d’autres axes, à une demande d’augmentation du coût des titres de transport, puisque la mesure est appelée à être largement étendue.

L'Union suisse des Transporteurs Publics s'est exprimée dans Le Temps le 19 juillet dernier : « L’UTP est d’avis que la généralisation des 30 km/h sur les principaux axes des villes rend les transports publics moins attrayants. En effet, le ralentissement des transports publics n’incite pas la population à les emprunter, voire les pousse à se remettre au volant d’une voiture. Il y a lieu d’éviter cela. L’UTP n’a en revanche rien contre les solutions 30 km/h ponctuelles s’il y a des compensations pour les transports publics, par exemple des voies réservées aux bus ou la priorité aux feux de circulation. En ce qui concerne les longues lignes de bus et de trams, reliant les quartiers et communes périphériques au centre-ville, la limite de vitesse doit rester à 50 km/h afin que les transports publics demeurent attrayants pour les usagers. De plus, rouler à 30 km/h s’avère très souvent plus cher pour les entreprises de transports publics : pour la même cadence, elles doivent engager davantage de véhicules. »

Bref, l’usager supporterait les conséquences d’une dégradation volontaire de la performance des transports en commun. Ubuesque.

A Genève, le débat porte également sur l’instauration d’un périmètre limité à 30 km/h, mais la plupart des lignes n’atteignent pas l’objectif - légal ! – d’une vitesse commerciale de 15 km/h. La section genevoise de la CITRAP (Communauté d'Intérêts pour les Transports Publics) estime l’impact prévisionnel entre 10 et 12 MCHF annuels, sans compter l’acquisition de véhicules supplémentaires. Cela de vient tout de suite moins négligeable !

Elle demande donc à ce que les transports en commun soient affranchis de la limitation à 30 km/h, ce qui nécessiterait d’abord des aménagements séparant physiquement bus et trolleybus du trafic automobile et des vélos : ce ne sera pas toujours facile. Il faudrait ensuite une modification réglementaire pour différencier les vitesses autorisées pour les véhicules individuels et collectifs routiers : seuls les tramways échappent aux règles routières, par la nature-même du véhicule. Dans une ville où le lobby automobile est très puissant, nul doute que de telles propositions seront fortement contestées.

Posté par Redaction TRUP à 09:47 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

Genève : comment électrifier le réseau d’autobus ?

Contrairement à la plupart des autres réseaux suisses, il n’y a plus d’extensions du réseau de trolleybus genevois. Certes, les évolutions techniques permettent désormais de ne plus lier la traction électrique et les lignes aériennes avec les véhicules à batteries rechargées pendant la circulation sous bifilaires.

L’objectif des TPG est de convertir à la traction électrique l’ensemble des services assurés par des autobus Diesel. Le débat, récemment relayé jusque dans La Tribune de Genève par la section genevoise de la CITRAP (Communauté d’Intérêts pour les Transports Publiques) porte sur la façon d’atteindre cet objectif. En ligne de mire, un désaccord sur les choix technologiques.

211219_25cornavin

Genève - Place de Cornavin - 21 décembre 2012 - L'un est appelé à disparaître (car fonctionnement au gasoil), l'autre, bien qu'ayant fait toutes ses preuves et sachant concilier traction électrique et absence ponctuelle de lignes aériennes, semble devoir être concurrencé par une solution qui certes fonctionne, mais présente quelques limites, comme la dépendance technologique sur les systèmes de rechargement des batteries. Redisons-le encore : le trolleybus est le seul bus électrique à recharge dynamique parfaitement interopérable ! © transporturbain

La CITRAP est favorable au développement du trolleybus, surtout avec la nouvelle génération, dont l’autonomie permet d’assurer jusqu’à 30 km sans avoir besoin de recharge sous des bifilaires. De quoi potentiellement équiper une bonne partie du réseau.

Manifestement, l’intention des TPG serait de convertir 3 lignes actuellement exploitées par trolleybus, le 6, le 10 et le 19, par des bus électriques TOSA, qui sont déjà utilisés sur la ligne 23, terrain d’expérimentation de cette technique fondée sur des batteries de capacité limitée et des rechargements en ligne et au terminus. Les TPG motivent ce choix par la simplification des installations dans le centre de Genève, c’est-à-dire la dépose de lignes aériennes existantes.

La CITRAP ne nie pas les qualités de cette solution, mais il s’agit d’une technique brevetée, et les modalités de rechargement peuvent s’avérer plus complexe sur des troncs communs. Elle soutient le maintien des installations existantes de trolleybus et leur extension en misant de préférence sur les véhicules à recharge en ligne.

Une solution de bon sens…

Posté par Redaction TRUP à 09:36 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
25 juillet 2021

Lisbonne : la relance du tramway ?

Un peu plus de 3 ans après le retour partiel de la ligne 24 entre Campolide et Praça Luis Camões, en attendant l’achèvement des travaux en direction de la gare Cais do Sodré, les tramways de Lisbonne semblent connaître un début de renouveau. La restauration de la ligne 24 a entrainé la mise en production de 10 electricos « remodelados » pour un montant de 8 M€, plus de 20 ans après les premières transformations de ce matériel « historique » (mais qui de fait ne l’est plus totalement). Un nouveau marché a été lancé pour le remplacement des motrices Siemens de la ligne 15, qui sont fort peu agréables.

Cette ligne est-ouest, qui dessert Belem et longe le célèbre monastère des Hiéronymites, fait l’objet de nouveaux projets. L’opération prioritaire est l’achèvement de son prolongement à l’est vers la gare de Santa Apolónia, pour desservir – à nouveau – la gare la plus proche du centre de la capitale portugaise, dans le lent processus de reconquête de la ville par le tramway.

plan-lios-lisbonne

A l’ouest, il a été acté de remettre en service la section Algés Jardim – Cruz Quebrada – Parc urbain de Jamor, actuellement abandonnée. A l’est, le tramway poursuivra au-delà de Santa Apolónia vers la gare Oriente et Savacém, avec 2 branches sur ce secteur. Mais surtout, une nouvelle ligne sera construite entre le parc urbain de Jamor, en correspondance donc avec la ligne 15, et Alcântara-Mar, pour la rejoindre à nouveau, en passant par Linda-a-Velha, Miraflores, l’hôpital Saint François-Xavier et le cimetière d’Ajuda, terminus de la ligne 18. Un tracé complémentaire à cette dernière, probablement un peu plus rapide, sera créé. Plusieurs possibilités de raccordement sont à l’étude.

Au total, ce projet représente 24,4 km d’infrastructures à créer. Le coût complet, incluant un nouveau dépôt et la fourniture du matériel roulant, est estimé à 490 M€. Pour l’instant, aucune date de mise en service n’est avancée.

Posté par Redaction TRUP à 18:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

Milan : bientôt l’ouverture de la ligne M4 ?

Il y a déjà 4 lignes de métro à Milan, baptisées M1, M2, M3 et… M5. La ligne M4 est en cours de réalisation et sera, comme M5, automatique. La première section entre l’aéroport de Linate et la gare de Forlanini (sur la Passante, le RER milanais), est achevée. Elle attend la validation ministérielle pour être mise en service commercial, mais le gouvernement italien ne semble pas trop pressé : l’aéroport fonctionne à 30% de son régime habituel, conséquence de la crise sanitaire, ce qui limite le besoin. On peut pressentir que la ligne M4 ouvrira quand la 4ème vague du covid-19 sera passée.

La section Forlanini – Dateo devrait être prête pour une ouverture l’été prochain et l’achèvement complet de cette ligne de 15 km comprenant 23 stations est envisagé en fin d’année 2023. D’ici là, les autorités milanaises étudient un phasage supplémentaire avec la mise en exploitation de Dateo – San Babila, pour accéder au centre historique de Milan, en fin d’année 2022.

Posté par Redaction TRUP à 17:33 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,