17 juin 2016

Transport Public 2016 : le bus électrique s'impose

Cela se confirme, l'autobus électrique prend son envol : entre le congrès du GART l'an dernier, la courte exposition en marge de la COP21 à l'automne dernier devant la Tour Eiffel et l'édition 2016 de Transport Public Expo qui s'est déroulée du 14 au 16 juin dernier, les constructeurs se sont résolument engagés à miser sur le véhicule électrique de 12 m fonctionnant sur batteries. Bolloré, Heuiliez, Solaris, les chinoix BYD et Yutong étaient évidemment présents mais on retiendra aussi l'Exquicity de Van Hool, en version articulée de 18 m. Un véhicule dont la base est déjà connue (Mettis à Metz en version hybride et trolleybus à Genève), et dont l'aménagement tire profit de l'ensemble du volume disponible à bord. Plus d'informations dans notre reportage illustré.

Il est encore trop tôt pour savoir quels seront les futurs leaders du marché, ou pour évaluer la performance et la pertinence économique dans la durée de l'autobus électrique sur batterie.

Percée aussi assez nette du "people mover automatique", ces microbus électriques sans conducteurs : pour l'instant, ils demeurent encore au stade de l'expérimentation, et la question de leur positionnement dans l'offre de mobilité urbaine n'est pas encore totalement clarifiée.

En revanche, le mode ferroviaire apparaissait bien morose, avec l'accumulation de mauvaises nouvelles et d'interrogations demeurant sans réponse, tandis que la question du financement des transports publics se posait une nouvelle fois mais avec une acuité de plus en plus sensible par l'ampleur de la crise des ressources. Eviter les mesures tarifaires d'affichage, revoir les tarifications sociales au cas par cas et maîtriser les coûts d'exploitation en augmentant la vitesse commerciale : les recettes sont connues, mais leur mise en oeuvre se heurte souvent à des considérations politiques...

 

Posté par ortferroviaire à 20:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

23 janvier 2016

Dossier 100 ans d'évolution du tramway

045

Cette photo prise à l'occasion des 125 ans de l'Union Internationale des Transports Publics en 2010 à Bruxelles résume quasiment à elle seule le contenu du nouveau dossier de transporturbain consacré à un siècle d'évolution du tramway.

A gauche, une Peter Witt de Milan, matériel constituant l'aboutissement du tramway de l'entre-deux guerres sur la base des conceptions des années 1910-1920 développées aux Etats-Unis et au Canada. A droite, une 3000 issue de la gamme Flexity Outlook de Bombardier, comptant parmi les matériels de référence en Europe.

La suite dans notre nouveau dossier en 5 chapitres qui attend vos commentaires !

Posté par ortferroviaire à 22:50 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , , , , ,
21 janvier 2016

Bus, GART et transition énergétique

Les voeux du GART hier ont été l'occasion de constater le désaccord entre les autorités organisatrices de transport et le ministère de l'écologie. Louis Nègre, Président du GART, a réitéré ses demandes d'assouplissement de la loi dans plusieurs domaines afin de correspondre d'une part à la réalité de la situation des réseaux, mais aussi aux capacités de financement des collectivités. En effet, dans les zones à circulation restreinte (ZCR), seuls les véhicules électriques seraient autorisés. Aussi, le GART demande non seulement d'élargir aux moteurs Diesel Euro6 l'accès aux ZCR, le temps de faire mûrir le marché de véhicules se passant d'un moteur thermique, mais aussi de soumettre à validation des AOT la définition du périmètre des ZCR. Refus de Ségolène Royal dans son discours faisant planer le risque d'interdiction des autobus dans le centre des agglomérations. Ubuesque !

La ministre répond qu'elle a déjà dû accepter que l'échéance de renouvellement des autobus soit différée à 2025 alors qu'elle demandait à l'origine 100% de bus propres en France d'ici 2020. Une position dogmatique puisque conduisant à réformer dans 4 ans des véhicules en cours de livraison. On pourra reprocher aux réseaux de continuer d'acquérir des véhicules Diesel, mais il faut aussi reconnaitre que l'industrie n'est pas encore en capacité de produire des autobus électriques fiables à coût de possession maîtrisés... Alors qui de la poule et de l'oeuf ?

Ségolène Royal précise enfin qu'elle souhaite rendre prioritaires les demandes de prêts à taux zéro auprès de la Caisse des Dépôts, dans le cadre de la croissance verte. Un point certes appréciable, mais sera-t-il suffisant compte tenu du surcoût d'acquisition des autobus électriques, aujourd'hui 3 fois plus chers que les autobus Diesel Euro6, et face au niveau très aléatoire des coûts de possession, notamment avec la question de la durabilité des batteries.

Le tout évidemment sans évoquer le moins du monde d'autres moyens d'améliorer la qualité de l'air dans les villes, en s'interrogeant sur les effets de la cohabitation bus-vélos dans les couloirs de bus, de la non-maitrise des livraisons, de la gestion des flux et de la régulation du trafic, autant d'éléments capables d'augmenter la vitesse commerciale des autobus, de réduire leur consommation de carburant, donc de diminuer leur empreinte énergétique (même s'ils ne représentent que 1,5% des émissions de gaz à effet de serre en France), mais aussi d'améliorer leur attractivité et donc le report modal.

Bref, à se tromper de cible, on encourage le statu-quo... déjà solidifié par un barril de pétrole à 27 $ ce matin !

Posté par ortferroviaire à 11:42 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,
09 novembre 2015

Un tramway parcourt 41,6 km sans fil

C'est le résultat d'un essai réalisé par Bombardier sur le réseau interurbain de tramways Rhein-Neckar (RNV) avec la technologie Primove de captage du courant par induction. Dès 2009, le RNV avait mis en place des batteries pour stocker l'énergie et s'affranchir de ligne aérienne sur de courtes distances.  Cette fois-ci, l'essai a porté sur une distance beaucoup plus longue, grâce à la consistance du réseau RNV comprenant 3 réseaux urbains (Mannheim, Ludwigshafen, Heidelberg) reliés par deux lignes interurbaine totalisant 197,6 km en un seul réseau de lignes homogènes. Un premier essai avait été effectué en service régulier sur une ligne de Nianjing en Chine, en 2014. Dans les deux cas, le tramway capte du courant en station par fil aérien et en sortie de station par induction.

Cette réussite technique ouvre donc la voie à une exploitation de tramways sans fil sur des distances longues y compris sur des parcours rapides ou sur des lignes plus courtes à profil difficile. En revanche, ce système crée une dépendance entre l'infrastructure et le matériel roulant puisque la technologie est liée au constructeur, ce qui place les collectivités dans une position d'infériorité, notamment lors de la négociation sur les prix. Par conséquent, la dématérialisation du captage du courant par les tramways devra passer à la fois par un stade de maturation technologique pour être capable d'assurer durablement le service régulier d'un réseau, mais aussi par celui de la pérennité sur le long terme, notamment au renouvellement du matériel, et n'échappera pas au bilan pour la collectivité sur le plan de la dépendance vis à vis d'un industriel et donc de la maîtrise des coûts.

Posté par ortferroviaire à 16:41 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : ,
19 octobre 2015

GART 2015 : de l'électricité à défaut de financement

transporturbain vous propose un rapide panorama des Rencontres Nationales du Transport Public organisées par le GART à Lyon fin septembre. Pour la première fois, le Premier Ministre s'y est rendu, ce qui fut l'occasion pour les élus du GART de rappeler le décalage entre les aspirations à l'excellence environnementale liées à la tenue de la prochaine COP21 et les carences de financement des transports publics urbains et régionaux confrontés à une demande toujours croissante. Dans les allées du salon, l'autobus hybride traçait son sillon, l'autobus électrique chinois pointait son nez tandis que l'industrie ferroviaire était dans une position d'attente quant aux décisions concernant les TET, le financement des TER ou la relance des projets de tramways.

Posté par ortferroviaire à 10:39 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,

15 septembre 2015

1965 - 2015 : 50 ans d'autobus Standard

C'était il y a 50 ans. La mise en service commercial des premiers autobus Standard constituait une nouveauté à de multiples égards dans le domaine du transport urbain.

Soucieux de rationaliser leurs effectifs alors que l'après-guerre avait entraîné, dans l'urgence, un foisonnement certain des modèles d'autobus parmi les principaux constructeurs (Renault, Somua, Chausson, Berliet), l'Union des Transports Publics avait, sous l'égide de la RATP, engagé dès 1958 la rédaction d'un cahier des charges d'un autobus urbain standardisé. L'objectif était de réduire les coûts d'exploitation, augmenter le taux de disponibilité du parc en réduisant le nombre de séries sur un même réseau.

Trois constructeurs avaient été sollicités : Saviem (issue de la fusion Renault, Somua, Chausson, Latil), Berliet et Verney, petit constructeur du Mans. Seuls les deux premiers avaient été retenus. Les deux véhicules, le Saviem SC10U et le Berliet PCMU, reposaient sur des bases techniques extrêmement proches du fait d'un cahier des charges très prescriptifs. Le premier allait devenir un succès commercial considérable, alors que le second allait souffrir d'innovations rendant l'autobus fragile, mais aussi d'une concurrence interne avec d'autres modèles d'autobus du constructeur, si bien que le production fut abandonnée en 1972.

06475

Toulouse - Place du Capitole - 15 juillet 1991 - Sur une place pas encore débarrassée de la circulation automobile, deux SC10 passent au pied de l'hôtel de ville. A gauche, un restylé au terminus de la ligne 21 et au centre, un SC10UM sur la ligne 5. Le restylage concerna aussi les choix de livrée. A Toulouse, les proportions de blanc et de rouge brique se sont inversées. © Th. Assa

Le SC10U fut produit sans interruption de 1965 à 1988 et marquait une forte évolution de l'offre de transport par l'amélioration du confort par rapport aux modèles des années 1950, mais devait aussi précipiter la chute des trolleybus dans plusieurs villes de province, le Standard se révélant une solution plus économique, d'autant qu'il fallait aussi renouveler les autobus de ces réseaux.

De ce fait, dans le petit monde du transport urbain, le SC10U (puis SC10R après son restylage), a constitué une référence, notamment par sa fiabilité aidée par une rusticité certaine, qui n'a été réellement détrônée qu'avec l'apparition des autobus à plancher bas. Dans le cercle encore plus restreint des amateurs, il atteint parfois un stade quasi-mystique quelque peu exagéré,comme tout ce qui a trait à la mécanique de l'émotion, et au même niveau que celui atteint par leurs ainés avec les autobus TN à plateforme arrière.

Accordons tout de même à l'autobus Standard d'avoir "incarné" la modernisation des réseaux et notamment à partir du milieu des années 1970, la reconquête des villes par des politiques plus favorables aux transports publics du fait des chocs pétroliers successifs.

Transport Urbain vous propose son nouveau dossier consacré aux autobus Standard. A vos commentaires !

 

Posté par ortferroviaire à 20:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
02 septembre 2015

Berlin lance le bus électrique à recharge sans fil

La ligne 204 du réseau d'autobus de Berlin, longue de 6,1 km entre Südkreuz et Zoologischer Garten, utilise désormais 4 autobus électriques Solaris Urbino 12 munis du système d'alimentation électrique par induction de Bombardier, Primove. Les autobus rechargent leurs batteries aux deux terminus, équipés d'une zone de captage. Les équipements de traction sont fournis, comme pour les trolleybus de la marque, par Vossloh et Kiepe. C'est un modeste début puisqu'il ne s'agit que de 4 autobus sur un parc de 1300. Pour le BVG comme pour les industriels engagés dans le projet, l'objectif est une expérimentation de longue durée pour viabiliser le produit.

solaris_urbino_12_electric_berlin

Les 4 autobus Solaris munis du système Primove pour l'expérimentation E-Bus Berlin sur la ligne 204 (photothèque Bombardier)

e-bus-berlin

Illustration du système de rechargement des batteries par le système à induction Primove. Pour l'instant, l'application se limite aux terminus, plus pratiques pour assurer le dégagement de l'espace pour le stationnement du véhicule. (photothèque Bombardier)

Posté par ortferroviaire à 10:27 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
17 août 2015

Quand des bus prennent le train

070815_26076donzere2

Donzère - 7 août 2015 - La BB26076 emmène le long du Rhône une trentaine d'autobus réformés des transports en commun lyonnais vers une destination (pour l'instant) inconnue. Une seconde vie pour des véhicules datant du milieu des années 1990... et une source de trafic (certes bien modeste) pour le fret ferroviaire.© transporturbain

Voici un train hors du commun, et à rebrousse-poil de l'actualité. Tandis que le ministre de l'économie fait l'apologie outrancière de l'autocar pour mieux affaiblir le chemin de fer, voici des autobus sur un train. Il s'agit de véhicules de type Agora S et Oreos 55 des TCL, récemment réformés, et qui partent pour une nouvelle carrière loin des rues de l'agglomération lyonnaise. D'ailleurs, si quelqu'un pouvait nous préciser leur destination, cet article pourrait être complet !

Posté par ortferroviaire à 16:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
12 août 2015

Relique au bord du lac du Bourget

Les réseaux des petites agglomérations se modernisent et l'usage d'autobus anciens se raréfie au gré des investissements de renouvellement de parc. Exemple avec le réseau savoyard d'Aix les Bains où l'arrivée en 2014 de Mercedes Citaro n'a pas encore permis le retrait complet de vénérables PR112 datant du début des années 1990 dont 5 exemplaires circulent encore alors qu'ils affichent une vingtaine d'années d'exploitation.

260615_PR112aix-les-bains-gare

 Aix les Bains - Boulevard Wilson, devant la gare - 26 juin 2015 - Avec son allure parallélépipédique et son plancher haut, ce PR112 circulant sur la ligne 2 semble venu d'un autre temps : il est vrai que la conception de ce véhicule remonte à 1971... © transporturbain

Posté par ortferroviaire à 21:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
30 juin 2015

TOSA : vers une exploitation commerciale ?

Le prototype TOSA développée par Hess dans la quête d'un véhicule électrique de grande autonomie est peut-être en train d'aboutir à une première exploitation commerciale régulière : 12 véhicules devraient être acquis et livrés d'ici la fin 2016 pour circuler sur la ligne 23 des TPG, laquelle devrait être restructurée pour relier l'aéroport de Cointrin aux Tours-de-Carouge. Avec un total de 50 points d'arrêt deux sens cumulés, le parcours comprendra 13 postes de rechargement dont 9 vers l'aéroport et 4 vers les Tours-de-Carouge. En complément, les terminus seront équipés de système de recharge plus poussée, compatible avec la durée normale de stationnement au terminus de cette ligne qui sera exploitée à une cadence de 10 minutes.

Pour mémoire, TOSA est un véhicule électrique à rechargement rapide par biberonnage, présenté au congrès de l'UITP en 2013, moyennant des installations ponctuelle de captage de l'énergie durant les arrêts commerciaux (15 secondes) pour franchir des distances de l'ordre de 1500 m, d'où l'équipement de 13 points d'arrêt sur 50.

Posté par ortferroviaire à 15:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,