Notre dossier sur les tramways de Nice s'enrichit de nouvelles illustrations et d'une analyse des deux nouvelles lignes.

L'axe Est-Ouest est déjà un succès de fréquentation qui lui a valu un premier renfort d'offre. Nice est le seul cas de réseau de tramways dans une grande ville française à offrir des intervalles de 5 à 6 minutes le dimanche matin. Il est difficile de différencier le service selon les heures étant donné la grande régularité du trafic dans la journée et tout au long de la semaine, week-end inclus. En outre, l'accès direct à l'aéroport constitue un facteur d'attractivité supplémentaire.

190120_T1borroglione2

Nice - Avenue Borroglione - 19 janvier 2020 - La ligne 1 a bénéficié pour partie de l'allongement de son parc puisque le 15 rames ont reçu 2 modules supplémentaires pour porter leur capacité à 300 places. © transporturbain

180120_T2jean-medecin1

Nice - Station Jean Médecin - 18 janvier 2020 - Station la plus fréquentée de la ligne 2, Jean Médecin assure aussi une correspondance avec la ligne 1, avec d'abord une longue remontée à la surface et un trajet dans le centre commerçant et piétonnier. Le délai de transit est un peu long, tout comme place Garibaldi. © transporturbain

180120_T3simone-veil2

Nice - Avenue Simone Veil - 18 janvier 2020 - Peu de risque de croiser une automobile puisque l'artère est fermée à la circulation en amont des matches de football de l'OGC Nice dans son nouveau stade. Le photographe a donc tout loisir de mettre en image le tramway sur la ligne 3, l'arrière-pays et les sommets enneigés... sans oublier les nombreuses grues du nouveau quartier sortant de terre autour du stade, qui est habilement masqué sur le cliché ! © transporturbain

La section souterraine entre le port et la rue de France conforte le caractère assez atypique de la ligne 2 dans la conception française des tramways, au-delà de ses modalités d'alimentation électrique. En France, l'analogie avec Rouen est intéressante, plus qu'avec Strasbourg (où il fallait gérer le passage du faisceau ferroviaire et d'un dénivelé), même si le choix normand était lié à une hostilité locale à l'égard du passage du tramway dans l'hypercentre. Dans le cas niçois, le passage en surface aurait au moins doublé le temps de parcours entre le Centre Universitaire Méditerranéen et le port. On peut aussi rapprocher cette réalisation du réseau d'Anvers, plus que celui de Bruxelles, car dans la capitale belge, les sections souterraines de tramway ont été prédisposées pour un métro. Ce n'est pas le cas à Anvers, pas plus qu'à Nice. Autre comparaison : Madrid, avec les lignes de Metro Ligero (métro léger) qui sont des tramways en partie souterrain. A l'extrême, on pourrait aussi trouver quelques similitudes dans le principe avec des réseaux type Stadtbahn, comme par exemple à Cologne, où la composante interurbaine est forte : ce n'est pas - encore - le cas à Nice mais l'extension annoncée jusqu'à Cagnes ouvre d'intéressantes perspectives...