C'était déjà une de nos conclusions, et elle est en train de se vérifier. La genèse du projet de tramway d'Avignon est marquée par une conflictualité politique à de multiples échelles. Il a failli prendre l'eau durant la campagne des dernières élections municipales, mais le processus était trop enclenché (y compris budgétairement) pour pouvoir reculer. La ville d'Avignon maugrée, puisque la maire est la première des opposantes au projet porté - à bout de bras - par l'agglomération qui a accepté un phasage au plus juste pour ménager les susceptibilités.

Ainsi, les travaux sont en cours sur une section de 5,2 km entre la porte Saint Roch, devant la gare centrale d'Avignon et Saint Chamand. Le conseil communautaire a validé 2 extensions : 1,5 kmm entre la porte Saint Ruf et la porte Saint Lazare et 2 km entre la porte Saint Roch et l'île Piot. Particularité de cette deuxième section, elle serait établie à voie unique alors que la première serait à double voie.

Le schéma d'exploitation passe donc à 2 lignes, comme initialement envisagé, mais 2 lignes de faible consistance malgré tout. La station Saint Roch de la première ligne serait affectée à terme à la deuxième ligne, impliquant la construction d'un nouveau terminus à l'intérieur des remparts, sur le cours Jean Jaurès, c'est à dire l'amorce du tracé initialement prévu jusqu'à la place de l'Horloge.

Bref, avec cette décision, la constitution du réseau initialement prévu est donc confirmée.