Après des débuts quelque peu laborieux compte tenu du caractère novateur de la technologie employée, le téléphérique de Brest connaît des débuts prometteurs puisque le trafic après 2 mois d'exploitation atteint en moyenne 2500 voyageurs pour une prévision de 1800 à 2000. L'attrait touristique n'est probablement pas innocent et la photo sur le site du GART montre une des faiblesses intrinsèques de ce mode transport : on passe plus de temps à l'attendre qu'à faire le trajet ! De quoi faire réfléchir, en particulier à Grenoble, Toulouse, Orléans et l'Ile de France, où des projets sont portés non sans un certain enthousiasme passant sous silence quelques faiblesses du principe du téléphérique...