Alors que la plupart des collectivités locales serrent les budgets et réduisent la voilure des investissements dans le domaine des transports, la métropole toulousaine joue une partition différente en soutenant le projet d'une 3ème ligne de métro. Elle est fondée sur le constat de saturation du réseau existant, notamment des 16 000 voyageurs par heure sur la ligne A Balma-Gramont - Basso Cambo et sur la prévision de développement de l'agglomération, avec 12 000 nouveaux habitants par an, soit 500 000 déplacements supplémentaires par jour à horizon 2025 : c'est autant que le trafic journalier du périphérique.

Cette troisième ligne est actuellement étudiée sous l'appellation "Aerospace Express" car elle relierait plusieurs sites aéronautique d'Airbus : en quelque sorte, c'est un peu le Grand Paris Express version toulousaine. La ligne aurait son origine à Labège et rejoindrait Colomiers ou Saint Martin du Touch en passant par la gare Matabiau et en contournant l'hypercentre par l'est et le nord. Selon ses promoteurs, elle serait plus pertinente que le prolongement de la ligne B à Labège, quitte à en différer la desserte de plusieurs années.

La question des financements est encore loin d'être traitée : elle sera à coup sûr déterminante. En revanche, la polarisation du SMTC surce projet se fait au détriment des autres opérations envisagées, notamment le développement du tramway. Le nouveau PDU, adoptée hier afin de le rendre compatible avec le projet de nouveau métro, conserve cependant la réalisation de 10 itinéraires prioritaires pour autobus et continue de plancher sur un téléphérique pour la desserte de certains quartiers sud.