Les élections municipales et l'alternance politique à la mairie d'Avignon bousculent le projet de tramway, pourtant déclaré d'utilité publique. Les débats sont vifs, parfois enflammés, et rappellent furieusement ceux du début des années 1980 à Nantes. Les mêmes poncifs, désormais éculés, sont brandis pour rejeter un projet pourtant considéré comme bénéfique pour l'intérêt de la collectivité.

Le président de la Communauté d'Agglomération indique que le projet sera redessiné dans les prochaines semaines. Pour autant, il risque fort de nécessiter une enquête publique complémentaire et surtout de retarder sa réalisation. A priori favorable au projet, il a cependant déclaré dans La Provence que "l'abandon du projet rue de la République fera l'objet d'un consensus dans l'enthousiasme général". Comment peut-on ainsi parler du retrait d'un maillon clé du projet ?

301213_6republique

Avignon - Rue de la République - 30 décembre 2013 - L'artère centrale dans les remparts d'Avignon ne verrait finalement pas le tram. Pourtant, la circulation autombile et le stationnement anarchique ne sont-ils pas des freins à la chalandise de ce secteur commerçant très concurrencé par les nombreux centres commerciaux périphériques ? N'y a-t-il pas besoin de penser autrement la mobilité ? © transporturbain

Le tramway rue de la République, l'artère centrale d'Avignon, est essentiel pour relancer la dynamique commerciale et surtout rendre l'espace urbain plus attractif : la circulation automobile rend peu agréable la déambulation sur des trottoirs de largeur insuffisante. Les commerçants considèrent que les usagers  ne descendront pas pour venir dans leurs boutiques... Argument d'autant plus risible que le projet prévoyait un terminus en haut de la rue de la République, place de l'Horloge. De fait, le tramway aurait bénéficié à tout le commerce du centre-ville, et bien au-delà dans les rues adjacentes... exactement comme cela s'est produit dans toutes les villes de France où le tramway a été réintroduit. Il serait bon que les commerçants de la cité papale voyagent un peu et fassent les comparaisons pertinentes avant de sortir ce genre de propos incongru !

Paradoxalement, c'est le président de la Chambre de Commerce et d'Industrie qui soutient le plus fortement le projet considérant qu'il ne faut pas rater "ce rendez-vous avec l'histoire : partout où le tramway est passé, il y a eu un développement économique important".

La nouvelle maire PS d'Avignon semble quant à elle avoir compris que le projet ne pourrait être cassé comme elle l'avait pourtant promis pendant la campagne (on appelle ça les réalités de l'exercice du pouvoir) sauf à envisager des coûts considérables pour la ville.

Pour transporturbain, le projet doit être maintenu, éventuellement phasé, mais surtout ne pas obérer l'avenir. La première section de l'Ile Piot au Pontet et au quartier de Réalpanier reste l'épine dorsale du réseau. Dans une étape ultérieure, la création d'une antenne vers Villeneuve les Avignon reste souhaitable pour drainer la frange gardoise de l'agglomération. La deuxième ligne de la place de l'horloge à Saint Chamand par la rocade Charles de Gaulle et les nombreux ensembles d'habitat qui la bordent amplifierait le regain d'attractivité du réseau urbain et la création d'une antenne vers le pôle hospitalier semble s'imposer comme une évidence compte tenu du trafic que génère ce type d'équipement.