Depuis samedi 31 août 13 heures, le tramway de Tours est officiellement mis en service. Longue de 15 km, la première ligne relie le lycée Vaucanson dans les quartiers nord de Tours, en rive droite de la Loire, jusqu'au lycée Jean Monnet de Joué les Tours, en rive gauche du Cher. Elle emprunte en très grande partie le long axe nord-sud constitué par les avenues de la Tranchée, la rue Nationale et l'avenue de Grammont, mais s'en défait sur quelques centaines de mètres pour desservir la gare.

La ligne dessert un territoire caractérisé par une densité urbaine assez homogène, avec peu d'espaces faiblement construits : l'importante chalandise à 500 m de la ligne devrait assurer une fréquentation élevée à cette première ligne.

Le Val de Loire est désormais bien lôti puisque Tours est le 4ème réseau de tramway ligérien après Nantes (1985), Orléans (2000) et Angers (2009).

310813_Agare1Tours, rue de Nantes - 31 août 2013 - Pour l'inauguration, les rames étaient placées en différents points de la ligne. La gare était un lieu d'autant plus symbolique que la SNCF a réaménagé le bâtiment pour proposer une correspondance très rapide entre le train et le tram à l'allure si singulière. © transporturbain

310813_Ajean-jaures1Tours, place Jean Jaurès - 31 août 2013 - Une foule considérable a emprunté le tramway durant les deux jours de découverte, profitant des nouveaux aménagements, notamment rue Nationale. © transporturbain

Du point de vue urbain,  la bonne intégration du tramway dans la ville rend plus conviviales les rues empruntées, notamment avec la piétonnisation de la rue Nationale, une forte réduction de la capacité routière sur le pont Wilson (une seule voie nord-sud) et le recours à l'aimentation par le sol entre la place Choiseul et la gare, fluidifiant la nouvelle image du centre-ville. Le choix de revêtements clairs contribue à renouveler l'image des artères empruntées dans le centre, tandis que les sections engazonnées végétalisent des quartiers périphériques d'allure autrefois très minérale.

On note aussi la construction d'un nouveau pont sur le Cher, ou plutôt la reconstruction, puisque le tramway franchir la rivière à l'emplacement de l'ancien pont ferroviaire dit de La Vendée, qu'empruntaient jusqu'aux années 1960 les trains de la ligne Tours - Chinon (qui rejoignait alors Les Sables d'Olonne) avant sa démolition en 1970.

Le tramway circule en plusieurs points sur des sections partiellement banalisées, notamment avenue Maginot. En plusieurs points, notamment place Jean Jaurès et au franchissement du Cher, le site propre admet la circulation des autobus, y compris sur les sections en APS, en recourant à des stations à quais décalés, l'arrêt des autobus étant situé en aval de celui du tramway.

La ligne est marquée par la présence régulière d'oeuvres de Daniel Buren, qui marque de ses célèbres colonnes rayées plusieurs points du parcours, comme par exemple la place de la Tranchée, mais aussi les quais des stations, et le matériel roulant : les 21 Citadis longs de 43 m adopte une étonnante livrée "miroir" gris argent, aux portes frappées des rayures noires et blanches, avec une face avant noire encadrée de deux rampes lumineuses. Le résultat anime les conversations tourangelles. Disons que la face noire n'est quand même pas du meilleur effet et on a parfois entendu le terme de "corbillard" au passage du tramway : il ne pouvait s'agir que d'esprits sarcastiques... car la très grande majorité de cette foule considérable était enthousiaste à l'idée d'utiliser au quotidien le nouveau venu.

Gageons que le succès de cette première ligne appellera d'autres réalisations, vers la gare de Saint Pierre des Corps et l'hôpital Trousseau à Chambray les Tours.

transporturbain vous propose son dossier sur le tramway tourangeau.