C'était la seule issue possible : la sagesse l'a emporté sur l'irrationnel. Le projet de tramway entre Wolfisheim et Vendenheim sera bien un tramway et non un engin sur pneumatiques. La Communauté Urbaine de Strasbourg s'est rangé à cet avis tellement logique - et défendu par des associations particulièrement actives - qu'on se demande ce qui a bien pu motiver la proposition d'un Translohr si ce n'est un patriotisme alsacien fort mal venu et particulièrement préjudiciable au contribuable strasbourgeois.

Outre les coûts d'acquisition du matériel et l'absence d'économies réelles sur les infrastructures, une ligne de Translohr à Strasbourg aurait nécessité un atelier dédié pour un petit parc alors qu'une mutualisation des installations présentait un avantage certain dans un réseau d'une centaine de rames.

La ligne sera réalisée en deux phases : la première entre Bischheim (avenue Périgueux) et Eckbolsheim (avenue Mitterrand). Dans un deuxième temps, La ligne atteindra Vendenheim et Wolfisheim. La branche ouest, celle de Wolfisheim, sera en outre desservie par la ligne C prolongée depuis son actuel terminus de la gare, afin de mailler le réseau et de proposer un accès direct au centre-ville.

Même en Alsace, patrie du Translohr, le produit n'arrive pas à convaincre...