Et voici le 19ème tramway de France : deux mois après la mise en service du réseau de Reims, c'est la cité angevine qui renoue avec le tramway disparu en mai 1949. Le réseau comporta jusqu'à six lignes urbaines et deux suburbaines, mais dès 1934, une première rationalisation limita le service à trois lignes diamétrales. Suspendu en 1944 et touché par les bombardements, le tramway ne fut rétabli qu'en 1946, mais les lourds investissements nécessaires ne furent pas entrepris et les tramways furent alors remplacés, comme dans bien des villes, par des autobus.

Le retour du tramway à Angers témoigne du succès de ce mode de transport et de son adaptation aux besoins de la plupart des villes de France. La première ligne de 12,3 km et 25 stations. Déclaré d'utilité publique voici quatre ans, la première ligne angevine relie Avrillé au quartier de la Roseraie, par l'hôpital, la place du Ralliement et la gare SNCF. Le coût du projet atteint 289 millions d'euros, avec un dépassement lié au renchérissement des matières premières et à la nécessité de procéder à des travaux complémentaires notamment sur les berges de la Maine au droit du nouveau pont dédié au tramway et aux piétons.

250611_TRAMberges-de-maine-brot

Angers, 25 juin 2011 - Le tramway dispose d'un ouvrage spécifique, accessible aux piétons et cyclistes, pour franchir la Maine et unir Avrillé à Angers. Il constitue l'ouvrage phare de cette première ligne. © C. Brot

Le temps de trajet est de 39 minutes, soit une vitesse commerciale très honorable de 18.9 km/h, sachant que la ligne traverse le centre de la cité dans des rues étroites, très commerçantes et avec une section de voie unique sur environ 400 m entre la place du Ralliement et les rives de la Maine. D'autre part, il s'agit du troisième réseau à retenir l'alimentation par le sol, après Bordeaux et Reims.

Pour assurer le service, c'est une nouvelle fois les Citadis d'Alstom qui ont été retenu : 17 rames de 32 m au gabarit 2,40 m portent une livrée blanche surmontée de frises aux couleurs de l'arc-en-ciel, très - trop ? - basique.

D'ores et déjà, Angers planche sur une deuxième ligne de 16 km d'orientation est-ouest, qui pourrait voir le jour en 2020.